dimanche 7 septembre 2014

Absences


J'aurais du faire un billet de présentation pour le mois américain, mais voilà, le temps passe et nous sommes déjà le 7 septembre, je ne voudrais pas que Titine s'aperçoive que je suis effectivement une blogueuse peu fiable.


Alors je lance mon mois américain et ma première chronique américaine, avec Absences d'Alice Laplante, que j'avais lu dans le cadre du prix Elle 2014 (il y a déjà plusieurs mois). 

Quel étrange policier que celui-là!

C’est l’histoire d’une femme qui est accusée du meurtre de sa meilleure amie. Mais, atteinte d’un Alzheimer avancé, on craint que la meurtrière n’ait déjà disparu dans les méandres de la maladie, et que de fait, elle soit incapable de s'en expliquer.

Alice LaPlante, Absences (2011)
Robert Laffont, 2013, 407 p.
Je précise en préambule que s'il y a une maladie que je connais bien (en plus de toutes celles que je pense attraper régulièrement), c'est celle-là. Car dans ma famille, c'est notre petit fléau génétique, du coup, nous sommes tous à guetter notre mémoire. Et celui d'entre nous qui oublie ses clefs ou son digicode pense immédiatement avoir déclaré les premiers symptômes...(d'ailleurs, sans faire de la psychologie de comptoir, cette épée de Damoclès n'est sans doute pas pour rien dans l'existence de ce blog). 

Donc ce livre je l'ai lu avec l'oeil  inquiet, hypocondriaque et chipoteur du lecteur-potentiellement-malade-dans-l'avenir.

Et finalement, à travers cette dégénérescence de souvenirs, ces instants où l’on s’oublie à soi-même, La Plante reconstruit les personnalités de la victime, du bourreau présumé et des personnages périphériques. Je dois dire que c’est bien écrit ce récit d’Alzheimer, cette narration à rebours qui correspond si bien à la maladie, et qui fait ressurgir les souvenirs les plus anciens en effaçant les plus récents.

Ceci-dit, ce n’est pas à proprement parler un policier, hormis les meurtres du départ, il n’y a pas vraiment d’enquête. Les révélations ne viennent pas de déductions.

Mais en tant que roman, je l'ai plutôt apprécié, même si cela reste une histoire de femmes (en général ça me fait fuir). Et les femmes sont vraiment réussie avec:  Jennifer, la présumée coupable, (malade, ancien grand ponte de la médecine, femme de fer qui disparaît peu à peu), Amanda, la victime, (femme frustrée, manipulatrice et faussement chevalier blanc -honnêtement je l'ai détestée), Fiona, la fille de Jennifer, (petit prodige emprisonné dans ses névroses et ses tatouages- qui a remporté toute ma sympathie). 

Ce qui m'a gênée ce sont les hommes qui tous ne sont que des figurants sans beaucoup d’épaisseur, et qui apparaissent (au choix) vénaux, faibles ou corrompus. Et c'est là que ça pêche, j'aime quand les personnages masculins apportent quelque chose et là, vraiment, Alice Laplante, je vous le dis, n'a pas une très haute opinion de l'autre moitié de l'humanité. 

Mais, malgré la lenteur de ce policier, que j’ai mis du temps à achever, je peux dire que je l’ai bien aimé. Parce que ce qui est réussi c’est qu’il reconstitue la psychologie d’un monstre (qui n’est pas celui qu’on croit) et la raison d’un crime (qui n’est pas celle qu’on pense).

Je ne l'inscris pas au challenge de Liliba, car ce n'est pas vraiment un polar même si le New York Times trouve qu'il transcende le genre...(les journalistes, même américains, n'ont peur d'aucune exagération).

Bon dimanche à tout ;-)

24 commentaires:

  1. Alors là, sans moi ! je suis une hypocondriaque d' Alzheimer, je suis atteinte du syndrome de l'identification dépressive à toute maladie qui traîne, ( ce pourquoi je n'ai toujours pas lu "Réparer les vivants", je serai capable d'interdire à mes enfants de traverser la rue), j'ai horreur des policiers lents que je mets du temps à finir, je n'aime pas les policiers où il n'y a pas vraiment d'enquête ( bon, là, ce n'est pas tout à fait vrai quand même), et j'ai horreur des livres qui transcendent leur genre. Bref, merci du non-conseil (pour moi, hein !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucun problème Athalie, nous avons les mêmes névroses !

      Supprimer
  2. Je suis pour ma part passée totalement à côté, et je n'ai pas du tout aimé ce livre. Je crois que c'est la première fois que je ne suis pas d'accord avec toi :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non Laure voyons, ce n'est pas la première fois voyons, il y a le K aussi !!!

      Supprimer
  3. Moi qui suis indifférente au genre polar, j'ai bien aimé ! L'enquête n'est qu'un prétexte à l'étude de la perte de mémoire comme perte de connaissance de soi ( Jennifer, en conscience, ne sait pas si elle a tué son ancienne meilleure amie ) et projection un peu vertigineuse ( pour chacun de nous , je crois...) . Intéressant . Cela m'a ( un peu ) rappelé l'excellent " Small World" du non moins excellent Martin Suter,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec toi, c'est un prétexte pour parler de la maladie, et qui est très très bien rendue je dois reconnaître.
      Je ne connais pas Small world, je le note.
      Merci Mior

      Supprimer
  4. Pourquoi pas à l'occasion, mais je n'en ferai pas une priorité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu tombes dessus en poche Aifelle, je pense qu'il pourrait te plaire....

      Supprimer
  5. Déjà, un policier, ça commence mal. Si en plus c'est lent et que les hommes n'ont qu'un rôle insignifiant (un peu comme dans la vraie vie, quoi ;) ), alors là je dis non !

    RépondreSupprimer
  6. L'idée de départ est vraiment intéressante et étonnante mais je fais un blocage sur les romans qui évoquent la maladie ... Du coup, je ne le note pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux comprendre Mrs Figg, moi-même j'ai un souci là dessus ....

      Supprimer
  7. Je suis comme Laure, passée à côté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas si grave que ça, mais je pense que c'est parce qu'on nous l'a présenté en polar...

      Supprimer
  8. ça ne me tente pas trop, j'ai un peu de mal avec la maladie d'Alzheimer

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh oui moi aussi Tiphanie....mais ce n'est pas ce que j'ai lu de pire dessus

      Supprimer
  9. Déjà je n'aime pas les "policiers" et en plus les hommes y sont pas bien vus !!!
    Bel après-midi Galéa !!! Beaucoup d'absence pour moi sur les blogs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Enitram, c'est une drôle de rentrée avec beaucoup de blogueurs en pointillés, je ne t'oublie pas ;-)

      Supprimer
  10. Très intéressant, ce que vous en dites, mais je ne suis pas sûre d'avoir envie de lire sur ce thème... Avoir.
    Merci et bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  11. Je n'ai plus envie de lire de policiers en ce moment. Et surtout pas sur Alzheimer....
    Sinon, que Fiona, telle que tu la décris, remporte toute ta sympathie... je n'en suis pas vraiment étonnée... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OUi, rien d'étonnant effectivement. Un bon mercredi ALiéanor ;-)

      Supprimer
  12. Allons bon, rien n'est ce que l'on croit, finalement.

    RépondreSupprimer
  13. Non, heureusement, il y a des choses qu'on découvre à la lecture Alex ;-)

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés car je n'accepte que les remarques qui encensent mes billets ou qui crient au génie.
Merci de votre passage
(je plaisante!! La modération est activée pour échapper aux vérifications diverses et variées dont tout le monde sature ;-)