samedi 19 juillet 2014

La petite communiste qui ne souriait jamais

Lola Lafon,
La Petite communiste qui ne souriait jamais
Actes Sud, 2014, 315 p.
Ce livre j'aurais aimé l'adorer.

Parce qu'il m'a été offert par une toute jeune blogueuse pour qui c'est le coup de coeur, parce qu'il a enthousiasmé plus d'un lecteur, et que Fleur en a fait une pépite...bref, j'aurais aimé être au rendez-vous.

Et puis non, je suis passée à côté.

Pourtant les sportifs me font rêver, les enfants géniaux aussi, j'adore la gymnastique (que j'ai pratiquée), mon cousin (celui qui prend à la belote sans le 34) a épousé une Roumaine de Bucarest. Le pire c'est qu'elle écrit bien Lola Lafon...alors je ne sais pas ce qui s'est passé.

Est-ce que c'est parce que Nadia Comaneci avait déjà passé son heure de gloire la première fois que je me suis brulée la cuisse sur une poutre, ou raté mon piston sur les barres?  Ce ne peut pas être la seule raison. En plus, ça démarrait bien pour moi, j'ai adoré la première scène, celle du 1,00, qui est absolument géniale. "La gamine a défait l'ordinateur" (p.16).

Peut-être que c'est le postulat de départ qui m'a gênée: la fascination totale pour une championne, une toute petite fille volontaire et dure comme l'acier. Peut-être que ça me gêne qu'on qu'on décortique son corps, ses cernes, l'angle de ses cuisses, sa puberté... ça m'a fait presque mal qu'on l'observe à ce point. 

Peut-être aussi que faire parler fictivement quelqu'un qui vit encore, ça me dérange. Qu'une Nadia de fiction vienne donner son point de vue, ça me heurte quand la Nadia réelle vit encore.

A moins que ce soit le titre. Parce que dire qu'elle ne souriait jamais, JAMAIS, ça me fiche le moral en l'air. Un enfant normal qui se concentre ne sourit pas, alors un génie de l'équilibre, on imagine bien que c'est encore pire. Ca me blesse plus que je ne le pensais au départ, et plus les jours passent, plus je retins cela: ce titre qui nie la part d'enfance de Nadia. 

J'ai bien compris que Lola Lafon en fait un emblème communiste et nous parle aussi d'une gymnaste dans un moment particulier de la vie de son pays, une sorte d'instrument politique (presque plus contre l'URSS que contre l'Occident d'ailleurs). Et tout ça je l'ai apprécié. Et puis, j'ai aimé le personnage de l'entraîneur, j'ai aimé découvrir comment on apprend à des enfants à ne pas avoir peur, à ne pas penser à la chute.

J'ai aimé le passage ou Nadia répond (pour de faux) à Lola Lafon qu'elle a préféré une enfance dure mais exceptionnelle à une vie banale. Mais que sait-on de ce qu'a voulu une gamine de 8 ans dans un régime totalitaire?

Le mélange des genres me retourne moi: enfance, politique, représentation du corps, culte de la performance, totalitarisme....parce que je suis psychorigide, j'ai du mal à tout prendre. Tout comme je suis passée à côté des réflexions fictives de Nadia sur le régime de Caeaucescu vs/ libéralisme de l'Ouest. Oui c'est vrai que l'économie de marché à ses diktats, c'est vrai que le monde c'est un peu plus compliqué que les gentils d'un côté et les méchants de l'autre...mais quand même. Disons que je souscris à tout ce qu'elle dit sur la surconsommation, à la manipulation des marques, oui, trois fois oui....mais ça m'ennuie qu'elle prenne Ceausescu en contrepoids.  Les Roumains que je connais baissent encore la voix quand on l'évoque, alors je peine.

Comme je peine sur la seconde moitié du livre, avec l'adolescence et la vie d'adulte de Nadia, ce que Lola Lafon sous-entend des choix de la gymnaste, de ses fréquentations ou de la crudité de certaines de ses expériences.

Je ne sais pas, un vague malaise. J'ai le sentiment qu'on a volé quelque chose à quelqu'un à qui on a déjà beaucoup pris.

Et pour le coup, je ne m'en prends qu'à moi, car je crois qu'il a été très bien accueilli ce roman, sans doute que les raisons qui m'empêchent de l'aimer ne sont pas d'ordre littéraire, et sans doute ne l'ai-je pas lu au bon moment non plus.

Mea culpa Pauma donc ....;-)

66 commentaires:

  1. Eh bien j'hesitais à le lire... Je crois que je vais m'en passer... A part ça, je t'espère en forme ma belle Galea ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas ma Comète si tu dois passer ton tour, je suis quand même une exception, c'est un livre qui a été très bien accueilli...
      des bises et bel été ma belle (profite de tes hommes)

      Supprimer
  2. Je me situe aux antipodes de ta lecture, mais je comprends tes arguments, sans partager ta déception. J'avais peur justement de bloquer sur un personnage que l'on sait encore en vie, mais je m'y suis adaptée très vite, et je trouve qu'elle a gardé sa part de mystère à Nadia. Pour moi, ça a frôlé le coup de cœur et j'ai encore plus aimé après avoir assisté à une lecture musicale par l'auteure elle-même. Et elle ne fait que décrypter avec talent la façon dont Nadia a été scrutée toute sa carrière, en lui redonnant un certain respect je trouve. Mais je sens qu'on ne se mettra pas d'accord sur ce coup là ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aifelle, je sais que tu l'as aimé et tu n'es pas la seule, je ne m'explique pas mon manque d'enthousiasme, il y a quelque chose qui m'a complètement bloquée. Ca reste très mystérieux pour moi mais je comprends complètement qu'on le trouve formidable. Le problème vient de moi sur ce coup ;-)
      Belle journée à toi

      Supprimer
  3. Je vais le lire cet été en version audio. Comme je pars en rando sur plusieurs jours avec le sac sur le dos, je préfère prendre mon lecteur MP3 qui est moins lourd qu'un ou plusieurs livres !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu l'as lu du coup, vu que tu reviens de rando....(et que je réponds à mes commentaires très en retard)

      Supprimer
    2. Et non, toujours pas terminé. Je traîne, je traîne... et ce n'est pas bon signe !

      Supprimer
  4. Moi ça me donne envie tout de même ! En raison de la description de la vie communiste à cette période. Toujours pour essayer de réaliser ce que c'était.
    A voir donc ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Honnêtement Clémence, je crois être l'exception, je pense que les raisons de mon blocage ne sont pas du tout littéraires, c'est perso sur ce coup. je pense que tu l'apprécieras
      des bises

      Supprimer
  5. J'ai aimé plus que toi mais moins que d'autres. Et je comprends ton impression qu l'auteure a dérobé quelque chose à son personnage car je le ressens souvent dans ses pseudo fictions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh oui, vraiment, j'ai eu ce sentiment, que cette gamine était une fois de plus scrutée de façon malsaine , on en fait une vérité après...bon bref, j'ai bloqué, mais tu le savais déjà Valérie

      Supprimer
  6. je n'en suis qu'à la moitié de ma lecture audio mais j'aime beaucoup justement ce mélange de fiction et de réalité. j'aime aussi tout ce qui est dit sur le régime en Roumanie et le système. Je comprends ton billet mais je me laisse vraiment prendre par l'histoire de cette femme/petite fille. Il y a un entretien à la fin de la version audio, j'aurai donc peut-être quelques éclaircissements sur la manière dont elle a crée son "personnage"

    RépondreSupprimer
  7. Je ne pense pas avoir envie de lire ce livre. J'avais vu un film sur Nadia il y a un paquet d'années. C'était à la fois beau de voir cette montée fulgurante, et désolant de constater la chute brutale.Une étoile filante... ça me pose beaucoup de problèmes lorsque je vois de jeunes sportifs à l'action.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OUi, il y a ce côté extraordinaire de ces gamins géniaux, qui met mal à l'aise sous le regard des adultes.
      Belle journée Alphonsine

      Supprimer
  8. "Un livre à deux auteurs, celui qui l'écrit et celui qui le lit", disons que ta sensibilité, ton vécu et ton caractère t'ont empêché d'apprécier un roman que d'autres ont aimé ... au final on se fiche de savoir si le roman est bon ou pas (et puis bon pour qui, selon quoi ??), ce qui est intéressant justement est de savoir comment tu as vécu ce roman !! ... En tout cas moi tout ce qui tu déplores dans ce livre, ça me parle ... alors pas sur que je le lise (...déjà qu'il ne me tentait pas ;0)).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je crois vraiment que pour le coup, j'ai eu un truc perso qui a coincé, c'est tellement cruel ce regard d'adulte sur les enfants hors norme...ça me met très mal à l'aise...

      Supprimer
  9. Bonjour Galea, ce qui me fait hésiter à lire ce livre c'est une biographie romancée d'une personne vivante. Est-ce que Nadia Comaneci a eu son mot à dire, je l'ignore. J'ai d'autres lectures en cours. Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je ne crois pas Dasola, en plus il semble qu'elle se soit un peu inspirée de l'ouvrage autobiographique qu'avait écrit Comaneci mais sans y faire référence...

      Supprimer
  10. C'est vraiment étonnant de voir à quel point tu étais faite pour ce roman mais que ça ne l'a pas fait. Ne crois-tu pas que ça puisse aussi être le style de l'écrivaine, qui ne te convenait pas ?
    Je me suis complètement sentie concernée car j'ai aussi fait de la gym et je vivais très mal le fait d'avoir un corps différent : toutes les gymnastes étaient petites et menues alors que moi j'étais déjà entrée dans la puberté et j'étais grande.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que c'est le parti pris de départ Fleur qui m'a dérangée, mais c'est vrai que par contre qu'est ce qu'elle sait bien retranscrire l'ambiance d'un gymnase et le contact avec les agrès (bon, moi non plus, je ne risquais pas de faire une grande carrière de gymnaste).

      Merci de ton indulgence car je sais que tu l'as adoré et que tu en as fait une pépite ;-)

      Supprimer
  11. Je crois que le but de l'auteure n'étant pas d'écrire une biographie, ces souplesses prises avec le réel ne m'ont pas gênée, et le mélange des genres m'a paru être une acrobatie plutôt réussie, risquée, soit, de même que cette gêne que l'on peut ressentir devant ce corps scruté, surexposé. L'auteure dans la conférence à laquelle j'ai assisté, disait avoir voulu rendre surtout compte d'une sorte de regard pervers sur ce corps, justement. J'avoue que l'aspect sportif m'a moins passionné, comme toi l'aspect politique, juste, mais un peu simpliste quand même. On sent qu'il est là pour servir un propos, un peu bancal ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais moi Athalie, c'est son regard à elle sur la gamine que j'ai trouvé malsain, cette fascination assumée et mêlée d'un peu de perversité. Moi j'ai adoré l'aspect sportif, je trouve qu'elle parle très bien du sport et de la performance, mais c'est vrai que l'aspect politique manque je trouve de finesse (bon l'un dans l'autre c'est un roman, pas un doc).

      Supprimer
    2. Malsain, je n'irai pas jusque là, mais il est vrai que l'on sent que l'auteure se sert de l'histoire de l'histoire de Nadia pour en faire son crédo à elle. Pour la performance sportive, j'avoue qu'ayant juste lu peu de romans sur le sujet, je ne suis pas bonne juge. Il y a juste "Courir" de Echenoz que je te conseille, juste génial ( et puis, lui, il est mort ^-^)

      Supprimer
  12. Je comprends tes réticences car moi aussi j étais genee par les interventions de la Nadia de fiction...et puis j ai outrepassé ces réticences et j ai adoré ce travail sur le corps, la féminité, l'image de l enfant star...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est ce qui aurait du se produire chez moi aussi, mais je trouve qu'elle a sali l'enfant que Comaneci a été, en nous parlant aussi crument de ses premières règles par exemple. En fiction, ça aurait été parfait, mais en parlant de quelqu'un qui a existé et qui existe encore, vraiment, ça me heurte.

      Supprimer
  13. ça faisait partie des romans que j'avais envie de découvrir..et puis, je crois que cette semaine j'ai eu ma dose de fille-ado qui ne sourie jamais (et qui ne fait même pas de gymnastique sous le régime communiste en plus !)..je passe mon tour LOL

    RépondreSupprimer
  14. bon, j'ai cliqué trop vite ! c'est pas "sourie" mais "sourit"...
    et en plus je me suis inscrite en "anonyme" !
    Virginie

    RépondreSupprimer
  15. Un roman qui ne m'a jamais attiré. Ce n'est pas toi qui va me faire changer d'avis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non c'est sûr mais les autres blogueurs oui Jérôme...

      Supprimer
  16. Il y a des sentiments dans ce livre là? Je n'en ai pas l'impression...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, c'est peut-être ce manque d'amour et de tendresse qui m'a déçue.
      Bien vu MTG

      Supprimer
  17. Mon avis est complètement différent du tien. Je trouve que Lola Lafon a su préserver une part de mystère autour de son héroïne.

    RépondreSupprimer
  18. Et bien voilà, je penses EXACTEMENT comme toi ! Et comme d'habitude tu le dis très bien ! Je suis jalouse de ton billet, tiens ! ;)

    RépondreSupprimer
  19. Mais qu'est-ce que ce -s vient faire au bout de pense ???? Une anomalie qui me chagrine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais que ce n'est pas moi que ça choque hein?!

      Supprimer
  20. Attirée et pas attirée ;-) j'ai peur d'être déçue par cette lecture donc je ne sais pas encore si je vais me diriger vers elle ou pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La petite communiste a globalement été bien accueillie, donc tu as plus de chance d'aimer que d'être déçue je pense.

      Supprimer
  21. Le contexte historique me tentait beaucoup mais comme toi, je suis un peu gênée par les biographies fictives (ou adaptées) de personnes toujours vivantes ...
    Si tu es intéressée par les fictions ayant pour toile de fond la Roumanie, je te conseille "Un brillant avenir" de Catherine Cusset que j'avais apprécié (cela dit, peut-être connais-tu déjà ce titre !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, Un brillant avenir est selon moi, l'un des romans de Cusset les plus aboutis....
      Je l'ai beaucoup aimé

      Supprimer
  22. "J'ai le sentiment qu'on a volé quelque chose à quelqu'un à qui on a déjà beaucoup pris." C'est aussi mon sentiment et c'est pour cela que je n'avais aucune envie de lire ce livre. J'ai vu/lu des films, documentaires, interviews sur/de Nadia, et ce sont certainement ces mêmes documents qu'a utilisés l'auteure. Et si c'est pour inventer ce que Nadia n'a jamais voulu dire, ça ne m'intéresse pas. Tiens, ce soir, elle est passée à la télé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Jackie, vu qu'elle vit chez toi, tu dois la voir de temps à autres à la tv. Disons que quand j'ai découvert que Comaneci avait publié une autobio et que Lafon ne la cite pas une seule fois, ça m'a gênée quand même...parce que j'imagine qu'elle a du s'en inspirer , ou pas.

      Supprimer
  23. J'ai très envie de le lire, c'est toute ma jeunesse, j'étais fan de cette Nadia 'jalouse aussi), j'étais trop naïve et ignorante pour savoir qu'il y avait autant de travail et de souffrance derrière. Une anecdote, avec ma sœur nous avons voulu faire comme elle, je lui ai cassé l clavicule, dans une de mes roulades désordonnées, nous ne sommes pas prêtes d'oublier Nadia Comaneci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais que ça ne m'étonne pas de toi Louise, et que ça me fait beaucoup rire ;-)

      Supprimer
  24. je te serre la main :-) J'ai bien aimé le contexte historique mais l'histoire de la sportive bof bof... et puis la manière dont le bouquin est écrit m'a aussi dérangée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois dire que Violette que je trouve que Lafon a vraiment un style percutant, mais je comprends qu'il dérange aussi...

      Supprimer
  25. Madame Zèbre à Pois25 juillet 2014 à 19:52

    Je crois que ça me gênerait aussi un peu de lire la biographie d'une personne qui vit encore.
    Tiens, une petite citation de Cioran pour la route : « Il est incroyable que la perspective d’avoir un biographe n’ait jamais fait renoncer personne à avoir une vie »
    :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais tu sais ZAP finalement ce n'est pas vraiment une biographie, c'est vraiment un roman (bon le problème c'est que c'est sur quelqu'un qui existe; mais je crois que c'est aussi la raison de son succès)/

      Supprimer
  26. Je vais l'écouter très bientôt... J'espère être plus enthousiaste que toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a de bonnes chances que ce soit le cas tu sais...

      Supprimer
  27. Premier billet peu enthousiaste que je lis sur ce livre, heureusement que tu es là Galéa ;-)
    Et je vais t'avouer un truc : on a un point en commun, je suis également une ancienne gymnaste (mais j'ai bien changé depuis...).
    Bon we !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui alors moi aussi Margotte, (surtout que je me suis mise à grandir d'un coup après avoir arrêtée la gym)
      Belle journée à toi ma belle

      Supprimer
  28. Je n'ai pas bien compris pourquoi tu n'as pas aimé mais ce n'est pas grave, je n'avais pas l'intention de le lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bah zut, c'est que j'ai bien raté mon billet alors! car je pensais l'avoir expliqué, je n'ai pas du être assez claire...

      Supprimer
  29. J'ai lu beaucoup de bien sur ce titre forcément, mais aucun ne m'a fait sauté le pas. L'histoire ne me tentait pas trop et ta note confirme cette impression ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après tu sais Céline, je suis très minoritaire quand même

      Supprimer
    2. Je viens de lire un autre avis qui confirme ton impression, alors tu vois ! Le sujet pourrait peut-être me plaire, mais j'ai vraiment peur d'être gênée par le mélange fiction/autobiographie.

      Supprimer
  30. Finalement, tu n'as pas tout détesté dans ce livre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heuuu, entre Loo qui ne comprend pas pourquoi je ne l'ai pas aimé et toi qui me dis que je ne l'ai pas détesté, je vous jure, je me pose des questions sur la clarté de mes billets.

      Supprimer
  31. tombée "chez vous" par hasard, merci pour votre billet, mais je cite, bien entendu, dans mes sources, la biographie de Nadia Comaneci, avec les passages exacts :-)
    merci!

    RépondreSupprimer
  32. Bonsoir, oui bien sur j'ai vu la référence dans la bibio, je me suis mal exprimée, ce que je voulais dire c'est que dans le corps de texte vous n'y faites pas référence , vous n'évoquez pas le fait que NC a souhaite s'exprimer et a écrit une auto bio. Mais je m'aperçois en écrivant que c'est un réflexe du a ma formation, avec le culte de la note de bas de pages et de la sacrosainte source. Peut-être que ça n'a pas lieu d'être en littérature, et peut être est-ce le fait d'être a la frontière entre réel et fiction qui m'a déstabilisée .

    Je suis flattée de votre passage, même par hasard, et c'est moi qui vous remercie de votre fairplay (comme dirait ADH).
    Bonne continuation a vous ;-)

    RépondreSupprimer
  33. Merci pour vos commentaires. Voici les miens: http://la-petite-communiste.blogspot.com

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés car je n'accepte que les remarques qui encensent mes billets ou qui crient au génie.
Merci de votre passage
(je plaisante!! La modération est activée pour échapper aux vérifications diverses et variées dont tout le monde sature ;-)