jeudi 12 septembre 2013

L'heure et la date


Lundi, le 9/09 à 9h09 PM, j'ai participé au jeu d'Enna qui consistait à prendre une photo juste à ces heure et date précises. J'étais donc misérablement en train  de fumer une cigarette sur mon balcon (pendant que l'Homme négociait avec Rayures un répit) quand mon portable m'a dit "c'est maintenant qu'il faut prendre une photo". 


Au delà du fait qu'elle soit artistiquement médiocre, je me suis quand même dit que j'étais bien mieux en vacances.

Alors en trois mots. J'ai passé des vacances merveilleuses, chez moi, au bout d'une pointe, dans une petite maison cachée dans un hameau où nous portons tous le même nom de famille. J'ai vécu coupée du monde (enfin presque, j'avais de temps à autre des nouvelles de Facebook sur mon téléphone...). Je ne me suis pas maquillée ni regardée dans une glace pendant 8 jours, j'ai mis le même short toute la semaine, les enfants ont marché pieds nus tout le temps, j'ai lu La Grande course de Flanagan, je suis allée courir tous les matins, sur les sentiers côtiers ou en faisant le tour d'îles accessibles à marées basses. Il faisait beau, nous n'étions qu'entre nous (ou presque...disons que la famille est très grande), j'ai fait le plein de crabes, d' araignées, d'étrilles et de palourdes pour toute l'année, j'ai pris l'apéritif devant la mer en fort coefficient. J'ai déterré un hortensia pour le ramener vers la Méditerranée ...l'avenir nous dira si j'ai eu raison de céder à mon caprice.


Et sur la route du retour, j'ai été assaillie par des questions métaphysiques (que je vais m'empresser de soumettre à Olivier Moss de Priceminister..certaines me comprendront):

1: Pourquoi les automobilistes qui ne dépassent pas le 120 Km/h restent sur la voie du milieu sur l'autoroute? Est-ce déchoir que de se rabattre ? 
(j'ai perdu 2 points sur mon permis pendant mes vacances...la loose...j'avais oublié qu'à partir de Nantes, c'était limité à 110...et j'ai appris à conduire à Quimper -aucune excuse- mon père envisage de me déshériter, il m'avait prêté sa voiture)

2: Pourquoi les stations d'autoroute sont-elles de plus en plus dégoûtantes à mesure qu'on descend celle du Soleil?

Et puis je suis rentrée.

Ici rien n'a changé: la manucure du coin de la rue cherche toujours le grand amour, le chef des urgences travaille une spécialisation au nom compliqué, le vieux colonel à la retraite s'enfile sa douzaine d'huîtres tous les jours, nous avons remis le tiramisu à la carte, ma grande copine quitte son mari, la nouvelle maîtresse de CE2 est très sympa...Il y a des jours chouettes et des journées un peu longues...


Et une certitude s'impose à moi tout naturellement. J'ai découvert que je n'étais pas faite pour travailler, je ne fais pas partie des gens qui se réalisent dans le travail. Les contraintes ne me conviennent pas du tout. Je le regrette bien sûr, mais c'est comme ça. 

Je suis faite pour lire, courir, coudre, prendre des photos, marcher le long de la mer, boire mon café à 8h30 pile, refaire le monde avec mes copines, me coucher tôt, parler très peu, bloguer...


De vous à moi, j'en ai parlé très sérieusement à l'Homme. Je lui ai proposé que nous allions vivre dans notre maison de la pointe, juste entre nous, où nous n'aurions besoin de pas grand chose pour être bien (donc pas besoin que je travaille). 

L'Homme a ri de bon coeur. Il m'a traitée d'éternelle adolescente et d'indéfectible paresseuse; puis il m'a parlé d'Emma et Fabien dans Scènes de ménage...


47 commentaires:

  1. tant que tu évites Liliane. ....ADH

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon je ne risque rien de ce côté là...l'esthétique et moi tu sais...sans compter mes talents déplorables de femme d'intérieur...

      Supprimer
  2. Tu vois j'adore les vacances et je ne suis pas sûre de me réaliser dans mon métier (d'ailleurs, qu'est-ce que ça veut vraiment dire?). Je traîne les pieds quand il faut reprendre mais quand c'est fait, je me dis que ce métier, c'est vraiment moi et je me demande si j'apprécierais autant la glandouille si je ne travaillais pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum...j'adore le tiramisu!!! Mais tu as passé des vacances de rêve, coupée du monde sans maquillage avec les gens que tu aimes, assise dans un transat avec une bon bouquin et un p'tit apéro, moi j'appelle ça le Paradis.
      Oh...mais comme je te comprends, moi non plus je ne suis pas faite pour le travail et je revendique la glandouille c'est trop cool. Lire, courir et refaire le monde avec les copines, tu as une idéologie de la vie qui me plait beaucoup. Tu as bien fait de mettre tes enfants à l'étude pour publier ça... Ta p'tite feuille d'érable. ;)))

      Supprimer
    2. Je sais Valérie tu as raison...mais que veux-tu, j'adore me plaindre, et j'adore la glandouille...et je trouve ça vraiment raide d'avoir très peu de moments à soi. Mais tu sais bien que j'ai une réputation de paresseuse à entretenir sur mon blog ;-)

      Merci ma super co-jurée canadienne...c'est dur de revenir du Paradis en l'occurence.

      Supprimer
  3. Notre société est intraitable avec ceux qui ne déclinent pas le Travail avec épanouissement personnel, réalisations profondes, contributions à l'effort national... Ceci est peut-être en train de changer car j'entends que nous préférerions partir tôt en retraite quitte à abandonner en chemin quelques trimestres.
    Alors patiente encore un peu, bientôt travailler va devenir très ringard et buller la seule façon de s'accomplir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hannnn! je vais découvrir que je suis à la mode en fait Fransoaz ;-)...et même mieux que ça avant-gardiste peut-être. Plus sérieusement, je pense vraiment qu'il faut faire attention au travail envahissant. Même si tout cela était un peu du second degré, je soigne mon personnage. Mais buller est clairement pour moi une façon de s'accomplir (j'aurais aimé trouver cette formule d'ailleurs)
      Kenavo

      Supprimer
  4. Décidément, nous avons beaucoup de points communs !!! Je ne suis pas faite pour travailler non plus, pourtant j'ai travaillé et depuis que je ne le peux plus, je m'éclate différemment mais qu'est-ce que c'est bien ! J'adore ta photo d'hortensia, j'en ai vu près de Limoges cet été, très beaux et pourtant il y fait froid... Tu nous tiendras au courant pour la greffe ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Aspho....oui nous avons effectivement de nombreux points communs je crois... pour l'instant l'hortensia est tout déplumé, c'est un peu triste. J'attends mars avec impatience, on va voir comment il résiste à l'air méditerranéen.
      Des bises

      Supprimer
  5. J'ai beaucoup aimé mon travail puis j'ai arrêté 15 ans pour élever mes enfants, ce n'était pas de la glandouille mais j'ai fait plein de choses différentes. Les circonstances de la vie font que je retravaille depuis 2 ans, un peu plus de temps libre me manque bien sûr car je suis à temps plein. En revanche je sais que dans les années à venir la maison va se vider (ma dernière a 15 ans) et alors je serai bien contente d'aller au boulot.... mais je suis déjà contente d'y aller il ne faut pas exagérer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr qu'élever ses enfants n'est sûrement pas de la glandouille...non je parlais de la vraie glandouille, celle où les enfants sont à la l'école et qu'on a quelques heures de calme devant soi...Tu sais Sandrine, moi aussi au fond, ça ne me déplaît pas tant que ça d'aller travailler, mais j'aimerais avoir plus de "flexibilité"
      Merci de ton passage

      Supprimer
  6. J'aime beaucoup ta deuxième photo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Tiphanie...les enfants même de loin, même flous, sont toujours assez photogéniques finalement...surtout quand ce sont les siens.
      Merci de ton passage

      Supprimer
  7. Je dois dire que je ne me pose pas trop ce genre de questions. J'aurais pu avoir un travail qui me passionne d'avantage, sans doute, mais bon ça va, je n'y vais pas en traînant les pieds, loin de là. Et j'essaye de rester motivée car la retraite, ce n'est pas pour tout de suite ! Bien-sûr mes journées sont trop courtes mais j'essaye de profiter le mieux possible de mon temps libre.
    Tu étais en Bretagne, j'imagine ? Dans quel coin ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es la voix de la sagesse Sylire...tu as la bonne attitude (la retraite est aussi très lointaine pour moi, j'ai intérêt à m'y faire aussi...).
      J'étais dans le golfe à côté d'un chantier ostréicole; j'ai eu un temps magnifique, c'était magique...j'ai eu un petit coup de nostalgie à mon retour...enfin je sais que tu me comprends

      Supprimer
  8. Ne t'inquiète pas, tu n'es pas seule... voilà dix jours exactement que je suis au travail, et dix jours que je me dis que vraiment, j'aimerais bien faire "autre chose". Dans le "autre chose", je mets, en vrac : lire, lire au lit, boire du thé, me promener au bord de la mer, rencontrer de nouveaux amis et voir les anciens, et bien d'autres choses ! Je crois qu'il faut vraiment que j'arrête d'aller dans les îles, cela ne me vaut rien, je n'ai jamais eu autant de mal à m'y remettre que cette année.
    Sinon, j'aime beaucoup les hortensias moi aussi alors je comprends ton opération en direction du sud ;-)
    Des bises et bon courage pour la reprise...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Margotte, merci de ton soutien, je me sentais un peu la seule en plein back-trip des vacances...je crois que les retours sont d'autant plus difficiles quand les vacances ont été bonnes. (alors toi après Ouessant, j'imagine bien)
      J'ai une passion pour les hortensias bleus, j'espère qu'il va tenir, je vous tiendrai au courant
      Des bises

      Supprimer
  9. J'aime ton récit de vacances autant que tes projets de vie. Personnellement c'est peut-être plutôt en montagne que j'irais vivre de lait de chèvre et de myrtilles sauvages, mais il y aurait sans doute moyen que je passe en Bretagne de temps en temps histoire de changer de régime alimentaire (crabes et langoustines). Si tu veux venir buller dans mes alpages, tu seras la bienvenue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ALbane, merci de ton invitation! quand j'aurais convaincu l'homme de vivre au bout de ma pointe en auto-subsistance, tu seras aussi la bienvenue chez moi, avec toute ta famille (d'autant que ce ne sera pas un terrain étranger pour toi et les tiens ;-)

      Supprimer
  10. Tu vois j'ai choisi. je travaille à mon rythme. Voila. Cool Raoul. L'homme travaille pour deux de t'façons.
    C'est bien des gens du sud ça de s'exiler chez les bigoudaines pour faire un break de cagnasse !
    Il est joli ton petit zèbre à rayures.
    Et moi je suis ravie de revenir sur ces pages savoureuses ! -Pas bien les deux points !-
    Bises !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est moi qui suis contente de te revoir sur la toile ma styliste, bon tu remarques quand même que les rayures de Rayures sont estampillées Gengi quand même!!!

      Supprimer
  11. Travailler... Ça me rappelle vaguement un truc du passé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais que moi dans le passé, j'attendais impatiemment d'avoir une reconnaissance sociale...jamais contente la Galéa, tu me connais

      Supprimer
  12. Ha ha !! tu n'es pas faites pour travailler .. je me suis répétée ça pendant presque 43 ans, parce que les premières années j'étais trop innocente pour même me poser la question. Le tour de passe-passe c'est que depuis les débuts de l'industrialisation, on a réussi à nous faire gober que seul le travail pouvait nous épanouir, tu parles ! la plupart du temps c'est seulement un rouleau compresseur. Heureusement que j'avais des centres d'intérêt forts par ailleurs, mais je garde un goût d'amertume devant tout ce temps gâché.

    RépondreSupprimer
  13. Mais c'est bien la tunique Genji qui est sur la photo ? Je m'étonne que Sophie ne la reconnaisse pas... Je te rejoints en tous points : je suis si bien à la maison, surtout depuis que je ne fais plus l'école à la maison ! C'est du bonheur d'être mère au foyer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OUi, Alphonsine tout juste!!! j'ai bien bien galéré pour y arriver, et je suis extrêmement fière du résultat (il n'y a pas de petits plaisirs dans la vie). En ce qui te concerne, avec 6 enfants, je ne pense vraiment pas que le terme de glandouille et de temps pour soi soit très approprié.
      Des bises

      Supprimer
  14. Bel article, tes vacances donnent envie, faire le pleins de fruits de mer pour l'année, le rêve....
    S'épanouir au travail, pourquoi pas mais c'est loin d'être le cas pour la majorité...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue ici Emma...oui je pense que c'est loin d'être le cas pour tout le monde; sauf qu'on fait tous avec...ou presque.
      Merci de ton comm'

      Supprimer
  15. Juste j'adore ton post ...
    bisettes

    RépondreSupprimer
  16. La négociation pour un peu de répit avec Rayures...ça me parle bien !
    Dans le match maison/boulot, un mélange des deux me convient très bien ! De quoi avoir des contraintes mais pas trop. C'est bien, c'est ce qui m'attend dans moins d'un an...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais mettre ça en place aussi, c'est la négo avec l'Homme pour l'instant. Quant à Rayures, la rentrée n'aide pas franchement si tu vois ce que je veux dire...

      Supprimer
  17. Tiramisu?? Bretagne?? Un bien joli article en tout cas! J'espère que tu auras plus de chance que moi avec l'hortensia, celui que j'avais pris chez ma mère est devenu rose et tout chétif, snif! À bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue à toi bene, J'ai acheté du bleuissant....je suis néanmoins soucieuse, je vais très mal le vivre s'il s'adapte mal, je crains de faire un transfert.
      Merci de ton passage...

      Supprimer
  18. J'ai moi aussi proposé très sérieusement à Monsieur qu'on s'installe sur ma pointe à moi, en lui disant que je pourrais ouvrir une galerie de peinture...
    Il m'a cruellement fait remarquer que je n'avais pas tenu un pinceau depuis des années et que mes croûtes ne nous nourriraient pas... ^^
    Concernant l'hortensia : à l'ombre, et beaucoup d'eau.
    Concernant les stations d'autoroute : j'avais constaté le même phénomène il y a quelques années en descendant l'Italie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pffff! Nos hommes sont trop pragmatiques (ça fait la balance avec nous remarque) ;-). J'étais limite dépressive à mesure que je descendais de Saint Etienne vers le grand Sud (et j'ignorais encore que j'avais perdu 2 points sur mon permis)
      Des bises ma ZAP

      Supprimer
  19. ... un beau billet.
    j'ai un métier passionnant, mais avec quelques contraintes; ma récente maternité m'a appris à mettre des choses de côté.
    J'ai aussi la chance d'habiter en bord de mer en normandie. Il n'empêche, à mon retour de vacances je me suis posée la question, pourquoi ne pas travailler moins ...pour faire plus de choses que j'aime (coudre, reprendre la lecture, profiter de la vie)...
    .... il faut se poser cette question régulièrement pour un jour passer le pas, peut-être.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement, je crois qu'à certains moments, il faut pouvoir remettre en cause les choses pour revenir à l'essentiel...

      Supprimer
  20. Et bien Madame Galéa, vous ne semblez pas très heureuse d'être là où vous êtes !
    Seriez-vous originaire de la même région que mon mari ?
    Il a quitté la sienne pour rejoindre la mienne !
    Alors travail ou pas travail ? Si ce n'était qu'un choix.... peut-être que je ferais le même que vous !
    Bonne fin de journée.
    Madame Anonyme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Mme Anonyme, en fait je pensais que ce billet serait pris au second degré, mais visiblement, ce n'était pas si farfelu que ça comme état d'esprit. Je crois qu'il faut à certain moment être capable de se demander si vraiment il faut rester tel quel...A 20 ans, nous rêvions de sud et de soleil, nous sommes partis et maintenant l'authenticité de nos origines (celles de votre mari aussi peut-être) nous manque un peu...
      Belle semaine à vous

      Supprimer
  21. C'est drôle de ne pas se connaitre, de se lire, juste se lire et retrouver des points communs là où l'on sait si peu de choses...sinon j'adore cette photo du 09/09 à 9h09 ... je ne sais pas de quelle ville il s'agit mais j'aime les 2 façades d'immeubles à l'esprit hausmanien, j'aime l'idée de savoir qu'il est 9h09 et imaginer ce qui se passe dans les appartemnts de cette rue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma chère Sophie, c'est vrai que vu comme ça , c'est très haumsanien cette photo tu as raison,(en fait c'est du bourgeois 1930, plutôt art déco), je n'habite pas dans l'un d'eux (nous c'est du 1880 pour ouvriers piémontais, avec toute la vetusté que tu peux imaginer) mais le quartier est plein d'âme c'est ce qui nous plait..La manière dont tu vois cette photo me réjouit...comme toujours
      Des bises à toi et belle semaine

      Supprimer
  22. Sous une fine couche d'humour et de légèreté tu poses des questions tout à fait pertinentes ;0) Se lever tous les matins pour un truc qui te gave peut vite être être mortel (ou presque ;0) Mais heureusement, nous, nous avons une belle passion qui nous fait tout oublier (ou presque aussi ;0) Sinon je venais te dire que je t'ai décerné un versatile blogger Award et qu'un tag t'attend donc chez moi :0) Bises

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés car je n'accepte que les remarques qui encensent mes billets ou qui crient au génie.
Merci de votre passage
(je plaisante!! La modération est activée pour échapper aux vérifications diverses et variées dont tout le monde sature ;-)