dimanche 5 novembre 2017

Compte rendu de vacances #ToussaintForEver

J'ai testé pour vous : les vacances inratables.

Pour, nous les vacances constituent une vraie réflexion philosophique (parce qu'on en a très peu et du coup on a bien le temps d'y réfléchir en amont). L'Homme et moi considérons qu'en août, c'est risqué de partir en vacances : la canicule, le rythme ralenti, les bouchons sur l'autoroute, les beaufs en vadrouille, non vraiment on est au dessus de cela, du coup on travaille les 9 semaines des vacances scolaires et on joue la sécurité (#SecondDegré). Par conséquent cette année et on a privilégié novembre.

L'Univers était de notre côté: beau temps, couleurs d'automne, grand chalet au calme, frigo plein; non là comme ça a priori,  partir tous les cinq ne pouvait être qu'une totale réussite. J'avais même prévu de poster des photos des girls sur Instagram, s'enlaçant avec tendresse sur fond de coucher de soleil, rigolant aux éclats, genre "famille Ricorée". En plus, je n'ai pas vomi dans les virages en montant, présage on-ne-peut plus optimiste pour des vacances réussies, je me suis contentée de chouigner sur Arrivederci de Biolay sous le regard consterné de l'Homme et des girls qui ne comprennent pas ma passion pour les chanteurs dépressifs (ou morts...ou les deux- mais la il est vivant...la preuve il fait la Nouvelle Star, ce qui réjouit l'Homme qui me titille avec cette histoire, bref).

Je suis donc partie avec l'entrain qui me caractérise, bien décidé à mettre ce séjour à contribution pour résorber  les cernes bleues qui me défigurent et ce petit teint grisâtre qui fait ressortir la frange que je me coupe moi-même (coiffeur c'est un métier, mais je n'ai jamais le temps d'y aller). J'étais d'autant plus optimiste sur nos vacances en famille qu'on m'avait toujours dit: un bébé difficile fait un ado tranquille . Dans la mesure ou Rayures a eu ses premiers amis imaginaires dès 2 ans, qu'elle a fait ses nuits à 3 ans, que toute sa scolarité jusqu'à présent a été un long chemin de croix où je passais ma vie dans les bureaux des maîtresses, directrices ou psychologue scolaire, honnêtement, je me suis dit que la puberté couplée à l'entrée au collège serait plus que tranquille (même si bien sûr le fait qu'elle ait été collée dès la deuxième semaine de son entrée au collège aurait du me mettre la puce à l'oreille).

ERREUR

Rayures découvre à 11 ans que le monde est moche et ne s'en remet pas du tout. Elle déplore la déforestation, le racisme, la cruauté des hommes, l'indifférence des pays riches pour les pays pauvres (cf: cours de géographie à réviser pour la rentrer, attention évaluation sur table), les faits divers qu'elle apprend on-ne-sait-où vu qu'elle ne regarde pas la TV et n'a pas Internet sur son téléphone (les copains au collège peut-être, car elle en a...pas ceux que j'aurais espéré mais bon). Elle n'échappe évidemment pas à cette langueur adolescente qui m'exaspère, à l'absence d'enthousiasme dès qu'il s'agit de sortir, elle tente d'échapper à la plupart des corvées domestiques et souffle en déambulant dans la maison, plein de rancoeur contre l'ONU qui ne fait rien contre la guerre, sa prof d'histoire géo qui pratique la classe inversée, les chasseurs qui font du mal aux animaux "juste pour le plaisir", la peste de sa classe qui lui a dit que son idée de roman était bof, et l'ophtalmo (le seul qui accepte de lui prescrire des lentilles) qui arrive toujours à lui glisser une petite vacherie lors de la consultation.

Du coup, pour ne pas garder tout ça pour elle ("parce que Mamie, elle dit qu'il vaut mieux que ce soit dehors que dedans, sinon on s'abîme la santé"),  elle en fait profiter sa soeur de 8 ans (pour qui le dernier drame tient à un rebondissement malheureux du  Royaume de feu), Numérobis donc qui découvre qu'à 9 ans une petite fille peut disparaître lors d'un mariage et pour toujours (ambiance ambiance). Le problème subsidiaire c'est effectivement les capacités vocales de Numérobis dotée d'une voix forte et éraillée. Elle hurle donc sa résistance au monde réel à grand coup de "Elle est méchannnnnnnnnnte, elle dit ça pour que je fasse des cauchemars". 

On m'avait dit aussi "3 filles, c'est cool, bien mieux que 3 garçons, au moins tu évites les bagarres".

ERREUR

L'Homme et moi élevons nos filles comme n'importe quel garçon,  et du coup fatalement, elles se cognent, se menacent de mort, se donnent des coups de pieds, se courent après avec des bâtons. Il y en a une qui souffle et l'autre qui hurle. Chacune est bien sûr convaincue qu'on lui préfère l'autre, c'est délicieux, surtout avec les arbres qui rougeoient et le dégradé des jaunes chaleureux de l'automne.

A cela bien sûr, il a fallu ajouter Duracell dont on pensait qu'une maison avec jardin lui ferait le plus grand bien (le grand air, le calme, la nature....)

ERREUR

Duracell est dangereuse juste dans un salon avec une simple table basse. Quand elle tente de sauter de la table au canapé, je manque de faire une crise de spasmophilie, donc là avec des escaliers partout, j'ai juste passé ma semaine à répéter en boucle "les barrières sont bien rabaissées devant l'escalier ?". Au bout de 2 jours, évidemment plus personne ne me répondait: l'Homme ne m'entendait pas, Rayures soufflait genre "ma mère cette relou" et Numérobis chantonnait l'air des chevaliers du Zodiaque (sa nouvelle lubie ramenée de la bibliothèque grâce à l'influence de l'Homme). Bien entendu, au mieux Duracell a dormi jusqu'à 4h (5h ancienne heure donc presqu'une nuit, yeahhhhhh), au pire elle s'est réveillée toutes les trois heures (à cause de l'altitude, ou parce qu'elle n'est pas dans son lit et toussa quoi; l'avantage des vacances c'est qu'on a des prétextes à la pelle pour justifier qu'à presque 2 ans elle ne dorme toujours pas).

Duracell a également découvert qu'elle a deuxième parent, l'Homme, avec qui tout est plus facile. Miel pops au petit déjeuner, courses sur les épaules, verre en verre pour boire, pas d'obligation de mettre un manteau pour sortir ("Il fait 8 degrés quand même" "mais elle ne veut pas, c'est qu'elle n'a pas froid je te dis" "nan mais à 21 mois, peut-être qu'on sait encore mieux qu'elle?")

Au final, je me suis dit: tiens et si j'allais courir pour évacuer.

ERREUR

Courir à 1000m d'altitude, c'est courir en côte, se bruler les cuisses et les poumons (honnêtement je ne suis pas médecin mais je pense vraiment que je n'étais pas loin de pneumothorax ) . Juste avant que je parte, Rayures m'a rappelé que courir seule dans un chemin désert, c'était risqué, surtout vu les événements récents (moue de connivence et regard appuyé) et évidemment elle sait que je suis peureuse comme tout et que moi aussi j'ai peur de la mort et des gens méchants. Je suis donc partie moyennement rassurée, et pendant que j'écouter System of a down, une idée a germé dans mon cerveau suroxygéné.

J'ai envisagé de simuler ma disparition pour aller faire le plein de sommeil dans un hôtel reculé. Il suffisait que je vide discrètement le Livret A de Duracell (qui s'en rendrait compte qu'à sa majorité), et que je m'organise comme Walker dans le dernier Bello pour me reposer quelques temps (je n'ai besoin que de livres, cigarettes, une ou deux bières, des capsules de café et du pain frais).  Je comptais revenir 3 jours après et dire que j'avais souffert d'une amnésie passagère suite à une chute dans un petit chemin (futée la Galéa!! Plus crédible tu meurs). Au moment où je réfléchissais à la manière dont l'homme pourrait gérer les 3 pendant 3 jours (et l'éventualité de mettre ma mère -qui n'a jamais su garder un secret- dans la confidence pour lui apporter un soutien logistique),  ma playlist a enchaîné les premiers accords follement joyeux de "Ton héritage".

"Si tu aimes les soirs de pluie mon enfant mon enfant" ; bon fatalement j'ai été obligée de reconsidérer la situation. Biolay décidément. "Si tu parles à ton ombre de temps en temps" alors déjà que Rayures est dans un phase compliquée, peut-être n'est-ce pas le meilleur moment pour disparaître, même pas longtemps, sans compter ce que je risque de me prendre si jamais un jour elle attaque une thérapie. "Si tu aimes ce qui est bon, si tu vois des mirages" après, il y a aussi Numérobis qui doit travailler ses saletés de démanchés pour son audition, et honnêtement on n'y est pas, l'Homme est encore plus nul que moi en clef de fa, et je ne suis pas certaine que la table de 8 soit totalement acquise (le 7 X 8 reste un problème récurrent). Enfin il faut bien avouer que vu l'autorité que l'Homme a sur Duracell, je crains quand même qu'elle se prenne pour Dieu  (autant il va lui faire d'une entrecôte maître d'hôtel à midi parce qu'elle ne veut pas de steak haché). "Ce n'est pas de ta faute, c'est ton héritage, ce sera pire encore quant tu auras mon âge"; oui donc là je me suis dit que déjà, vu qu'on vient tous les deux de familles dysfonctionnelles, ce n'était pas la peine d'en rajouter et qu'il fallait mettre toutes les chances de leurs côtés.

En plus j'ai croisé un type bizarre avec un chien et un fusil: 3 éléments qui m'inquiètent toujours quand je suis seule, même en baskets; j'ai regagné la maison mine de rien en fredonnant "il faudra faire avec ou plutôt sans".

J'ai été accueillie par un "déjà?" de Numérobis, par un "j'ai oublié tous mes devoirs à la maison et j'ai 4 évaluations à la rentrée" de Rayures, et par une cascade de Duracell à qui l'Homme tentait péniblement de mettre des chaussettes "elle préfère être pieds-nus je t'assure"

Nous sommes repartis le lendemain de mon projet de fugue, parce que j'avais oublié qu'il y avait un rappel de vaccin pour Rayures (et que l'infirmière du collège m'a mis un mot dans son carnet de santé avec des gros points rouges d'exclamation). 

Une fois de retour à la maison, les filles ont décidé qu'il serait bien mieux pour tout le monde qu'elles dorment toutes les trois dans la même chambre (on a déménagé et fait 6 mois de travaux juste pour avoir une chambre de plus- c'était vraiment une idée géniale, merci l'Homme). Rayures  a eu le rappel de son vaccin, Numérobis a passé une nuit à toucher les 40 de fièvre, Duracell a enrichi son vocabulaire d'un nouveau mot "oh la la". J'ai un jour et demi pour faire les devoirs de tout le monde et 4 ou 5 machines à faire tourner avant lundi.

Belle rentrée à tous.  Je le répète la Toussaint, en termes de vacances en famille, c'est une valeur sûre. Demain je vais afficher une mine réjouie et répondrai avec un sourire éclatant "c'était une semaine merveilleuse".

"Et si tout se déroule jamais comme dans tes plans, si tu n'es qu'une pierre qui roule, roule mon enfant"

24 commentaires:

  1. Alors là, tu me fiches un sacré... coup de jeune : ton billet me rappelle Miss Minerve qui escaladait sa chaise haute à un an (entre autres acrobaties créatrices d'attaques de panique chez sa génitrice), Numéro6 et ses tirades désabusées sur son éternel dégoût de la bassesse dont peut faire preuve l'espèce humaine...
    Courage : nous, les tables de multiplication, on n'a jamais réussi à les mémoriser (moi la première), mais arrive un âge où on peut dire sans état d'âme à nos gremlins de se débrouiller tout seuls, et retrouver le plaisir des petits séjours en duo(à condition bien sûr que ce ne soit pas en Bretagne, sinon c'est incident diplomatique assuré, mais bon, la France est grande...)
    Très belle rentrée à vous tous...

    RépondreSupprimer
  2. Ce que ça fait du bien de lire ça 😜!
    Bon, ok, si tu m'éjectes de tes contacts sur les RS et que tu bloques mes commentaires sur ton blog, je comprendrai !
    Plus sérieusement, je suis en train de lire "Libérées" de Titou Lecoq et ce qu'elle dit sur les blogs famille et autres comptes FB ou IG fait beaucoup réfléchir. Même quand on a du recul et de l'esprit critique, on se fait un peu avoir.

    RépondreSupprimer
  3. Quel plaisir toujours renouvelé de lire vos billets !! Si ça peut vous rassurer, un jour ils/elles grandissent et quittent la maison. Et on apprécie tout ce temps qu'on a pour soi !! En attendant, bon courage et continuez à écrire svp, ça me fait trop rire !!! ;)

    RépondreSupprimer
  4. Entre rires et larmes, l'émotion est forte en te lisant !
    Galéa... tu as une merveilleuse famille !
    Vive les vacances de novembre, dans une campagne dorée...

    RépondreSupprimer
  5. A quelque chose près, cela me rappelle nos vacances quand les enfants étaient petits!!!

    RépondreSupprimer
  6. Et bien en voilà des vacances ....rires !!!
    Je crois bien que nous avons tous connus cette periode , ados , enfants, bébes ....et les vacances ......et le plus dur c'est de garder sa bonne humeur !
    Merci pour ce partage plein d'humour ..
    Vivement les vacances de Noel...sourires !!!!
    Bises et bonne soirée

    RépondreSupprimer
  7. Mais dis-donc, quelles vacances ! Tu dois être bien reposée. En fait, ça ne t'a pas vraiment changé du temps ordinaire. Bon, vivement que les pimprenelles retournent à l'école, ça te reposera.

    RépondreSupprimer
  8. Comme d'hab j'adore
    On a un truc en commun:se couper la frange 😂

    RépondreSupprimer
  9. Youhou, te voilà de retour! Ca fait plaisir de te lire, tu m'as bien fait rire (même si je sais que ce n'est pas sympa de rire du malheur des autres :-)).
    Dis toi que même en faisant 1500 km on n'a pas réussi à laisser les disputes, les caprices de préados, les enfants qui râlent à Paris...mais j'avoue qu'au moins on avait le soleil :-)
    Plein de bises et bon courage pour la reprise!

    RépondreSupprimer
  10. J'adore ce billet! Et quand je te lis, je remercie tous les jours les astres d'avoir fait de Bastien un bon dormeur car je crois que ma vie ne serait pas la même (je te plains sincèrement, même si par écrit tu me fais beaucoup rire mais dans ton quotidien ça doit pas être la joie tous les jours)

    RépondreSupprimer
  11. Que dire, sinon que tu es en grande grande forme pour ta verve et ton descriptif de cette semaine de vacances. C'est drôle et touchant en même temps.
    l'homme croisé était un chasseur non, tu sais les gros cons qui tuent des animaux pour le plaisir. Plus tu parles de Rayures et plus je suis séduit par son style...dommage de ne pas pouvoir la croiser de temps en temps.
    Pour les nuits qui ne se font pas, ben si je comprends bien ce fut le cas pour les 3 ? Ou au moins 2 sur 3 ? J'ai souvent entendu dire qu'à trois ans les petits même les plus récalcitrants dormaient, le plus dur est passé, ça va aller en s'améliorant !
    Biolay par contre, faut arrêter en courant, c'est déjà très dangereux dans son salon alors en faisant du jogging ! Je vais regarder un peu la Nouvelle Star, il a l'air le plus méchant des 4 ... ça peut être drôle !
    Bisous

    RépondreSupprimer
  12. Tout à fait d'accord, 7 x 8 (ou 8 x 7 ?) on oublie toujours.

    RépondreSupprimer
  13. Ohlala Galéa, je t'adore encore plus maintenant que tu parsèmes tes billets de chansons de Biolay ! C'est vrai qu'il n'est pas follement joyeux mais on s'en fout, je l'aime depuis Rose kennedy (et j'ai un peu de mal aussi avec le fait qu'il fasse la Nouvelle Star, mais ici l'Homme ne le sait pas, sinon il se moquerait aussi vu qu'il le déteste). Sinon, tu peux te reconvertir en blogueuse famille, j'adore ! Tu as réussi à lire un mini peu ? (comme dit mon pré pré pré ado de presque 7 ans, qui a, lui, découvert l'expression "c'est trop stylé"). Des bisous !

    RépondreSupprimer
  14. Profites, quand elles seront toutes 3 ados et qu'elles ne décrocheront pas un mot....

    RépondreSupprimer
  15. quel plaisir de te lire! alors la montagne pr les bonnes nuits je confirme ce n'est pas le bon plan! ma grande qui dormait très peu....dormait encore moins à la montagne (à cause de l'altitude je pense) ....

    RépondreSupprimer
  16. C'est si réaliste. Et ça me rappelle des souvenirs (sauf la course à pied). Courage !! Maintenant, j'ai deux ados silencieux et calmes. Si bien que quand ma fille m'a dit une fois "J'étais certainement très sage quand j'étais petite", j'ai failli m'étrangler en me disant que ce n'était pas possible que je sois la seule à me souvenir de cette petite fille vive et jamais jamais jamais fatiguée !!

    RépondreSupprimer
  17. Enfin une personne qui est fan de Biolay... danse de la joie! J'aime ses écrits, ses mélodies, tout!
    Et je donne aussi dans la chanson triste, dépressive (dixit ma belle-mère) mais je ne m'en rend pas compte... "je suis malade" version Dalida (la meilleure à mon sens), Bruxelles de Dick Annegarn, Flo de Pierre Bachelet et Florence Arthaud... et bien d'autres... oui chanteurs décédés, ce n'est pas de ma faute; j'ai même appris les paroles par coeur des chansons précitées... et bien sûr Joe Dassin!
    Tu me fais tellement rire avec tes billets Galléa, tu n'as pas d'égale, alors continue! Bises. Laure

    RépondreSupprimer
  18. Tu me fais rire ! Je te trouve très en forme en ce moment. Je suis atterrée de constater que l'adolescence commence si tôt (à l'âge de ta fille je jouais encore à la poupée !), mais je trouve touchant les préoccupants humanistes de ta fille. Et j'adore évidemment la référence à Bello (tu feras un billet ?) Imagine un peu les titres des journaux : disparition mystérieuse d'une mère de famille suite à la lecture d'un roman, et tout le monde dira encore que la fiction c'est dangereux !!! Des bises.

    RépondreSupprimer
  19. Ah nan mais quelle verve !!! J'ai gloussé (intérieurement car les filles dorment). Rien que d'imaginer Duracell devant son entrecôte, je me poile ! Rooh et dis, c'est mieux d'avoir une ado idéaliste qu'une ado cynique je trouve. Courage et joie danston tourbillon quotidien 😉

    RépondreSupprimer
  20. Merci pour cet article, j'ai bien rigolé ! Sacrées vacances en effet.
    Les miens ne parlent pas encore (1 an pour le petit et 2 ans et demi pour le Grand qui a décidé pour le moment de refuser de parler) mais ils commencent à faire des bêtises ensemble en rigolant bien. Quand aux nuits... je m'accroche au fait qu'un jour cela finira forcément !
    Bonne rentrée en tout cas!

    RépondreSupprimer
  21. Diantre, ça semble avoir été épique ! C'est presque reposant d'avoir repris le boulot, du coup ? Bon courage à toi !
    Bises douces :*

    RépondreSupprimer
  22. Bonjour Galéa, de te lire est un moment privilégié car j'ai toujours le sourire aux lèvres. Merci. Bonne après-midi.

    RépondreSupprimer
  23. je plussoie ! Bon sang, si tu connaissais mon fils, tu relativiserais :) Je déconne à moitié, on a beau dire les enfants c'est du pur bonheur et blabla blabla, la vie avec eux 24h/24 tient du marathon! J'ai écouté cet album de Biolay, il fut un temps, mais pour courir, naaaan :))

    RépondreSupprimer
  24. Totale compassion... Je suis affublée d'un ado garçon, pas le même topo mais dans l'ensemble j'ai droit à la panoplie complète et je suis absolument sur les nerfs...! Et je te dis même pas les bastons avec sa soeur de 8 ans, ambiance ! :-D
    Allez courage, nous vaincrons...!

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés car je n'accepte que les remarques qui encensent mes billets ou qui crient au génie.
Merci de votre passage
(je plaisante!! La modération est activée pour échapper aux vérifications diverses et variées dont tout le monde sature ;-)