dimanche 27 octobre 2013

Passion arabe

Gilles Kepel, Passion arabe
Gallimard, 2013, (496 p.)
Autant vous dire que Passion arabe, document de ma sélection de décembre du prix Elle, n'a pas fait l'unanimité au sein de mes co-jurées.

Il faut avouer aussi qu'au début, on se dit qu’il est surtout question de Gilles Kepel dans Passion Arabe, avec cet égocentrisme propre aux universitaires qui s’auto-citent toutes les dix pages : nous connaîtrons ainsi l’année de sa thèse (qu’il a écrit jeune et qui est devenu culte), sa carrière (brillante bien entendu), les gens qu’il fréquente (beaucoup de grands de ce monde et d’ailleurs), le prénom de son fils, sa promotion à la Légion d’honneur…N’en jetez plus ! Personnellement, je suis très habituée à ce style d'auteur, donc à la limite, je peux passer outre.

Oui, mais...

En réalité, Kepel peut se permettre d'être un peu vaniteux, parce qu’il se rend physiquement dans les territoires troublés du Proche et Moyen-Orient…Israël, Syrie, Egypte, Tunisie, Libye, Yemen, Qatar, Bahreïn, Arabie Saoudite, Liban, Turquie, entre 2011 et 2013. Pas forcément des destinations qui brillaient par la sécurité qu'elles procuraient aux touristes.

Et finalement, Kepel sait drôlement bien restituer une atmosphère, un espace, une ambiance, une tension dramatique. Il sait ménager un certain suspens, il croque des personnages pris dans la tourmente de l’histoire. A chaque fois il détaille le niveau d’arabe de son interlocuteur et son habillement, comme pour jauger de sa place en Orient, de son engagement religieux, et de son rapport à l’Occident.

Alors, soyons quand même honnête,  c’est un livre très dense, très riche en information, très documenté, très pointu en géopolitique. Je ne suis pas certaine d'avoir tout compris. C'est vrai aussi que j'aurais aimé des portraits plus longs des Orientaux : ils surgissent dans le livre et disparaissent en quelques lignes. Mais, finalement c’est parce que le propos est ailleurs. C’est un journal qui raconte sa rencontre des peuples.

Après Passion arabe, on n’écoute plus la radio de la même façon, et les événements des pays arabes n’ont plus le même impact dans nos têtes. Après les articles racoleurs et simplifiés de certains magazines écrits et médias, je dois dire que lire quelque chose sur du fond fait beaucoup de bien. Parce que Kepel décortique, pays après pays, une région qui semble être devenue le nouveau centre de gravité du monde, à cause de tous les enjeux qu’elle charrie. 

J'ai lu avec passion le portrait de Kadhafi. J'ai dévoré le chapitre sur son voyage au Qatar qui est édifiant. J'ai  été ému de son rapport intime avec la Syrie et des allusions à son ami Michel Seurat tué au Liban. Kepel m'a aussi parlé des révolutions arabes ignorées de l’Occident comme Bahreïn.

AU bout du compte, la question qu’il semble poser fait un peu peur : entre despotisme militaire et pouvoir religieux, vers quoi les pays arabes vont-ils pencher ? Je me suis interrogée sur la notion laïcité, à la fois chère à l’Occident, mais aussi vecteur de corruption qui entraîne une perte des valeurs de la société arabe en même temps qu’un pouvoir militaire excessif. Et d'un autre côté, j'ai tenté de redéfinir l'idée que je me fais de l’islamisation :  gage d’une spiritualité qu’on tente de sauver, d’un ordre du monde, d’une assise de la société arabe, oui mais aussi d’un certain communautarisme et d’une vision du rôle de la femme dans la société. Lequel des deux modes politiques protège-t-il le mieux les libertés individuelles ? 

Rien n’est simple, ni tranché dans le document de Kepel, il ne donne pas de solution, il présente une situation. Il nous parle aussi de la culture qui devient un refuge face aux totalitarismes.

Et puis à titre personnel (et parce que je suis finalement égocentrique) même si certains éléments m’ont échappé, j’ai eu le sentiment que Kepel me faisait des clins d’œil : il cite Flaubert p. 86 mais surtout Modiano p.69, Braudel p.254, il a grandi là où je vis, il parle des aléas, des hasards et des déceptions d’une carrière universitaire, et surtout je lui ai trouvé pas mal d’humour même sur des propos graves. Un humour discret mais efficace, et qui rattrape tout le reste parce qu’il ne s’épargne pas en en jeune hypokhâgneux un peu désœuvré, gauchiste par mode, à la recherche d'une vocation. Ses dernières pages où il raconte la naissance de sa passion arabe sont d’une très grande beauté.


Finalement Kepel parle de SA Passion arabe dans cette tournée orientale qu’il fait. Il regarde les vestiges de sa propre jeunesse en Syrie. Ce serait presque un livre intime finalement, et le fait qu’il ait accolé le terme chrétien de Passion avec Arabe en dit long sur le personnage. Pour moi, il est à l’image des orientalistes du XVIIe siècle, dont les écrits sont maintenant des sources de premier ordre pour les historiens (et ont été les miennes pendant 10 ans). Je gage que Passion arabe le devienne également.

Je ne peux pas le conseiller abruptement, c'est un livre à côté duquel certaines sont passées. Mais à ceux qui iront au delà des 100 premières pages un peu difficiles, je le dis honnêtement (de vous à moi bien sûr), c'est un livre qui se mérite et qui est  important. 

C'était Galéa-la-sérieuse en direct de la sélection de décembre du prix Elle, catégorie document. J'intègre ce billet au projet non-fiction de Maryline de Lire et Merveilles.

22 commentaires:

  1. Très joli billet, en tout cas (je ne sais pas si j'accrocherais avec le livre, j'en doute fortement, n'ayant ni formation ni intérêt universitaire.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ose espérer CUné que ce livre intéressera aussi des non-universitaires, comme je pense qu'il ne sera pas unanimement apprécié par tout. Le sujet est tellement lourd et complexe que le livre l'est aussi.

      Supprimer
  2. Tu me donnes envie qu'il passe la présélection.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai comme un doute leader, mais j'espère que vous ne me détesterez pas trop quand vous aurez à le lire (il faut vraiment aller au delà des premières pages)

      Supprimer
    2. Valérie, tu as été écoutée :-)

      Galéa, ton post me donne presqu'envie de le reprendre pour lui donner une 2e chance. je pense que le contexte dans lequel je l'ai lu a beaucoup joué. C'est un doc qui demande beaucoup de disponibilité intellectuelle, et aussi des recherches en parallèle (notamment pour définir certains termes que Kepel utilise de manière très naturelle, c'est pourquoi je lui ai reproché de ne pas avoir inclus de lexique) et avec un temps aussi limité pour le lire, c'était juste injouable pour que je puisse entrer dedans autant que je l'aurais voulu... Dommage, parce que, comme tu l'as souligné très justement plus loin, c'était le premier vrai doc qu'on recevait et pas un doc-roman

      Eva

      Supprimer
    3. Complètement d'accord, le peu de temps dont nous disposions n'a pas joué en sa faveur!! Quelle surprise (agréable en ce qui me concerne). Nous verrons les réactions de nos amies-jurées!!

      Supprimer
  3. J'aime bien l'écouter quand il passe à la radio (en général France-Culture), je le trouve passionnant et éclairant. Je ne sais pas si j'aurai le courage de me lancer dans cette lecture, je le retiens dans un coin de ma tête.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. TRès honnêtement Aifelle, je ne me serais jamais embarquée là dedans sans la contrainte du prix Elle, mais vraiment je ne le regrette pas, j'ai l'impression d'avoir mieux compris le phénomène (enfin à mon niveau bien sûr)

      Supprimer
  4. Il ne me tentait pas du tout mais maintenant que j'ai lu ton commentaire, j'ai très envie de le lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après je préfère être honnête, Julie et Eva ne l'ont pas du tout apprécié, mais si on parvient à entrer dedans, c'est une vraie satisfaction. C'est du doc pur et dur Awa, jusqu'à présent, c'était des doc-romans qu'on avait reçus

      Supprimer
  5. N'arrivant pas a me faire une idée de la situation réelle dans ces pays, crois-tu que ce livre peut donner quelques clés de compréhension ? Ou bien est -ce uniquement une vision personnelle des choses ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça Petit Bonheur, il ne donne pas de réponse mais il donne de vraies clefs de compréhension, parfois même assez politiquement incorrectes mais toujours étayées.

      Supprimer
  6. Un thème qui m'intéresse beaucoup aussi mais lire un documentaire de plus de 400 pages sur le sujet, je ne suis pas certaine d'en avoir vraiment envie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux comprendre Sylire, mais je pense que c'est un livre important.

      Supprimer
  7. Un double merci pour ce billet ( pour son intérêt, sa précision, et également pour ta participation au projet non-fiction avec cette lecture qui y répond tellement ).
    A titre personnel, ce livre m'intéresse énormément, par son sujet, sa forme, l'esprit de son propos ( même si je sais pertinemment que cette lecture devra attendre alors que c'est maintenant quelle serait la plus " passionnante " )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OUi c'est très étonnant Maryline, parce que le sujet est encore brûlant alors que ses récits datent déjà un peu, et plusieurs choses ont changé. Il serait intéressant de le relire plus tard, quand la région aura évolué.

      Supprimer
  8. Merci pour cette critique fouillée . Une jurée qui fait bien son boulot, lol. Ça donne bien envie qu' il atterrisse chez moi par la suite.
    Amitiés blogueuses !
    Mior

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'il n’atterrissait pas chez toi, comme c'est probable Mior, je peux le faire voyager, mais il faut avoir du temps devant soi pour le lire je pense, pour vraiment en profiter.

      Supprimer
  9. Quel billet et bravo pour ta constance ! Je ne suis pas sûre de pouvoir aller au bout d'un essai actuellement (ou d'un documentaire). Je m'aperçois (avec regret) que j'en lis de moins en moins depuis que j'ai le blog, c'est une carence qu'il va falloir combler ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais Aspho, je suis plutôt roman dans l'ensemble, j'ai eu vraiment peur de ne pas pouvoir aller au bout au début, et après chaque soir, j'étais heureuse de le retrouver. Je me suis beaucoup attacher à Gilles en fait (qui l'aurait cru)

      Supprimer
  10. Ce livre me semble idéal car il grandit son lecteur : tu parles très bien des thèmes qu'il aborde, des problématiques qu'il soulève. Bravo ! Et bises pour le coup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement cela Philisine, il grandit son lecteur....(mais bon, il faut le vouloir très fort aussi)
      Bisettes

      Supprimer

Les commentaires sont modérés car je n'accepte que les remarques qui encensent mes billets ou qui crient au génie.
Merci de votre passage
(je plaisante!! La modération est activée pour échapper aux vérifications diverses et variées dont tout le monde sature ;-)