jeudi 26 mars 2015

Non challenge des pépites : le point du printemps

Vous n'avez pas pu aller au Salon de Livre de Paris? Votre radio préférée est en grève? Vous avez trop chaud en collants mais trop froid sans manteau? Vous n'aimez pas les intersaisons? Un beau gosse vous a donné 5 ans de plus que votre âge en pensant vous faire un compliment? Les infos vous rendent dépressifs ? 

Il est donc temps de faire le point de printemps pour le non-challenge des pépites.

Que vous dire les amis? Où sont les enthousiasmes de l'année dernière? Les grandes unanimités autour de grands livres? Point de grandes envolées dans cette saison, il faudra nous y faire. Avec pourtant plus de participants et de participations, mais aucun livre ne se dégage aussi nettement que l'an dernier (et là, je me dis: mais que vais-je donc lire cet été et l'année prochaine?).


Malgré tout, le Ce n'est pas toi que j'attendais de Fabien Toulmé chez Delcourt se hisse dans le peloton de tête avec le billet d'Eva qui s'ajoute à celui de Jérôme :  "Fabien Toulmé est très sincère, parfois brutalement honnête, il ne cache rien de ses larmes".  On rappelle qu'il s'agit du chemin personnel d'un papa qui se retrouve à devoir accepter d'avoir une petite fille trisomique. Ce roman graphique rejoint donc Price, Autour du Monde, et la Peau de l'ours qui sont, contre toute attente, ceux qui jusqu'à présent recueillent le plus de voix (2 précisément...on ne rigole pas merci).

Eva ne s'arrête pas là, puisqu'en deux mois elle remplit son quota de participation au non-challenge en y ajoutant Les Grands de Sylvain Prudhomme chez Gallimard qui nous emmène en Guinée Bissau avec un balayage sur 30 ans d'un pays en pleine mutation, sur fond de musique: "C'est un beau roman, extrêmement bien écrit, qui évoque l'amour, l'espoir, l'histoire la musique, de façon captivante. Un magnifique moment de lecture".


Enfin Eva termine son non-challenge avec un auteur que j'aime beaucoup et dont j'ai trouvé la dernière sortie peu médiatisée, j'ai nommé L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage d'Haruki Murakami chez Belfond. On y retrouve le lycée comme pierre fondatrice de notre avenir d'adulte, les grandes solitudes adolescentes, et le moment où on doit se retourner pour régler ses comptes avec ses démons de jeunesse, même si je suis étonnée que Murakami n'y ait pas mis, comme à son habitude, une petite touche de surnaturel. Et j'ai d'autant plus hâte de me jeter dessus quand je lis : "C'est un roman passionnant, qui réussit l'équilibre entre suspense et introspection, dépression et espoir, flash-backs et temps présent. C'est très bien écrit, et c'est un magnifique portrait d'un homme qui revient à la vie".




Dans les nouveaux venus, tout aussi inattendus que les autres, notons La route de Beit Zera d'Hubert Mingarelli chez Stock, qui a littéralement enthousiasmé notre Margotte nationale et préférée. Je vous dit lac de Tibériade, tendresse, un vieil homme juif qui écrit à son fils, un jeune Arabe qui croise son chemin, une vieille chienne malade..."c'est une ode à la tendresse humaine et à la fraternité dans ce qu'elle a de plus fragile", nous dit Margotte, "en 157 pages, il traite avec beaucoup d'humanité du conflit israélo-palestinien, mais presque sans le dire"...Tout le billet de Margotte est à l'avenant. En ce qui me concerne, je suis absolument convaincue.


La délicieuse et tempétueuse Mior fait son entrée dans ce non-challenge, par la grande porte et grâce à son libraire, avec la déjà très plébiscitée Rosa Montéro qui s'attaque à un monstre de notre patrimoine scientifique français, Marie Curie, dans L'idée ridicule de ne plus jamais te revoir chez Métailié. L'histoire d'une romancière qui a perdu son mari et qui écrit sur Marie Curie qui avait aussi perdu le sien, et comme nous le dit Mior avec son franc-parler habituel "voici en peu de mots la genèse de ce texte qui se penche sur le veuvage- un sujet plutôt casse-gueule et à ce titre pas si souvent abordé, et plus largement la perte. Le tout en vous filant une patate d'enfer, ce qui est tout de même fou!!. C'est vivant, c'est brillant, c'est éminemment digressif et passionné, quel plaisir!" Sachez, chers amis, que Mior a plutôt le coup de coeur difficile, apprécions donc sa pépite.


Une non-blogueuse, mais lectrice passionnée, Christiane, a décidé de pépiter elle-aussi, et propose de mettre en avant La couleur du lait de Nell Leyhson chez Phébus, qui raconte l'histoire d'une jeune domestique, placée dans une famille de pasteur, qui va apprendre à lire et écrire pour finalement livrer au lecteur "une implacable confession". C'est donc officiel, ce non-challenge est aussi ouvert aux non-blogueuses, Val avait ouvert la porte, Christiane ne l'a pas refermée en passant. ET c'est peut être aussi bien ainsi.


Notre Laeti (et ses bulles d'air) intègre ce non-challenge avec non pas une mais deux pépites. Elle nous chronique d'abord (et pour mon grand plaisir) Jacob, Jacob de Valérie Zenatti aux éditions de l'Olivier. Rappelez-vous, cette histoire d'un jeune séfarade algérien, Jacob le doux, Jacob le tendre, qui s'embarque pour participer au débarquement de Provence: "Le lecteur est confronté à plusieurs émotions: il traverse la fureur des événements de l'époque, passe ensuite à la douce naïveté de Jacob, pour repartir dans la désolation la plus paralysante d'une maman qui chercher partout après son cadet". Pas mieux Laeti. 

La deuxième pépite de Laeti a beaucoup été vue sur les blogs récemment : Les corps inutiles de Delphine Bertholon aux Editions de l'Olivier. Un roman qui évoque l'agression sexuelle d'une jeune fille de 15 ans, le repli sur soi, la volonté de ne plus ressentir, puis la femme qu'elle est devenue 15 ans plus tard. Je dois reconnaître à Laeti un billet vraiment bouleversant "Mais quel sens du détail incroyable ! Delphine Bertholon pense à tout lorsqu'elle ôte le sens du toucher à son héroïne. Du coup, elle arrive à questionner les autres sens du lecteur qui restent continuellement en alerte, pour avancer à tâtons dans cette incroyable histoire. C'est une maîtrise inconditionnelle des mots et de la mise en scène, du suspens." 

Mina nous rejoint aussi pour cette saison du non-challenge, avec le gros pavé d'un petit éditeur Dans le bleu de ses silences de Marie Celentin chez Luce Wilquin, qui n'est rien de moins qu'une fresque historique à l'époque des Ptolemée à Alexandrie au IIIè siècle av- JC, dont le point de départ est une certaine Bérénice, princesse pion de l'échiquier politique antique. A partir d'elle, l'auteur a monté un roman historique inattendu et audacieux  "L'humanité est l'une des caractéristiques qui fondent la modernité (...) au delà de l'époque choisie qui pourrait paraître lointaine ou peu attrayante. Les préoccupation des personnages sont certes ancrées dans leur temps et varient en fonction de leur condition sociale, mais elles n'en sont pas moins universelles (...) Marie Celentin n'hésite pas à jouer de la diversification, tant dans les registres d'écriture (...) que dans les genre (intrigues policières, de Cour, amoureuses, familiales ou encore romand d'aventure) (...) tout est parfaitement maîtrisé et servi par une très belle écriture". J'ai envie de dire, what else ?

Enfin nous terminons ce point de printemps avec Kathel qui nous rejoint in extremis avec Aucun homme ni Dieu de William Giraldi chez Autrement, un roman qu'on a déjà vu chez plusieurs blogueuses enthousiastes, qui à mon avis, n'étaient pas si loin de la pépite. Bon visiblement, âmes sensibles s'abstenir, parce qu'on est dans le sombre et le dur. Là, il est question de loups inquiétants, de paysage désolé, des enfants disparus, et surtout d'hommes et femmes (d'après ce que je comprends) visiblement de l'autre côté de la ligne : "Quand un auteur réussit à mélanger à la perfection une histoire qui nous attrape et ne nous lâche plus, des personnages peu communs, une écriture pleine de sensibilité et de force, que demander de plus? Une paysage à la rudesse extrême? On l'a aussi".  Quand Kathel s'enthousiasme, elle ne fait pas semblant.


Merci à tous de vos participations
On n'oublie pas les précédentes moissons pour autant ;-) 
et avant de vous laisser avec les récapitulatifs, 
je vous souhaite une belle fin de semaine et bon début de printemps (humour du Sud...).


Moisson de la nouvelle année


Moisson de la rentrée



Récapitulatif des pépites 2014-2015

Asphodèle (la grande prêtresse)

Aifelle (la photographe maritime que je jalouse)
Dans la gueule du loup de M. Levi-Strauss

Aaliz (une petite cerise exigeante )
Mon combat, t.2, Un homme amoureux de. K. Ove Knausgaard

Laurie (que je découvre avec plaisir)
Une vie à soi de L. Tardieu

Margotte (la petite Bretonne sauvage qui se cache dans les bois quand elle le peut)
La peau de l'ours de Joy Sorman
La route de Beit Zera d'Hubert Mingarelli

Vio (qui ne lit que sur un banc)
La Condition pavillonnaire de S. Divry
Tristesse de la terre d'E. Vuillard

Estelle (entre crochet, pouponnage, train et enseignement)
Retour à Little Wing de N. Butler
L'Ecrivain national de S. Joncour

La Comète (avec ses hommes entre deux bouquins garnis)
Autour du monde de Laurent Mauvignier

Jérôme (avec ses quatre femmes entre deux berges)
Je refuse de P. Petterson
Ce n'est pas toi que j'attendais de Fabien Toulmé

Maxi Vav' (qui n'arrête jamais de s'abîmer les yeux)
La Peau de l'ours de Joy Sorman
Price de Steve Tesich
Ce n'est pas toi que j'attendais de Fabien Toulmé
Les Grands de Sylvain Prudhomme
L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage d'Haruki Murakami

Papillon (présidente en chef des Reinhardtophiles)
Price de Steve Tesich
Autour du monde de Laurent Mauvigner
L'Amour et les forêtd'Eric Reinhardt

Valérie (Blogueuse Itinérante)
- Meursault Contre enquête de Kamel Daoud
- Le Puits d'Y-Repila

Anne (qui chapitre chez ELLE)
Le Violoniste de M. Borrman

Mior (ancienne jurée ELLE, adepte et initiatrice du slow-blogging)
L'idée ridicule de ne jamais te revoir de Rosa Montéro

Christiane (non-blogueuse mais bienvenue quand même)
La couleur du lait de Nell Leyshon

Laeti (la bulleuse de la blogo)
Jacob, Jacob de Valérie Zenatti
Les corps inutiles de Delphine Bertholon

Mina (l'intransigeante marquise du plat pays)
Dans le bleu de ses silences de Marie Celentin

Kathel (expressément lettrée)
- Aucun homme ni dieu de William Giraldi


56 commentaires:

  1. J'aurais dû mettre "la petite lumière" dans les pépites, Est-ce que je peux encore le faire pour le récapitulatif suivant ? Sortie du livre Septembre 2014. Je ne peux qu'approuver le choix de Margotte (MIngarelli) et celui de Kathel. Ma prochaine lecture sera le Rose Montero. Je colle assez bien à ta liste. Je trouve mieux la diversité, c'est plus intéressant que tout le monde sur le même livre pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui finalement tu as raison Aifelle, c'est vrai que l'année dernière je m'étais habituée aux unanimités, mais l'éclectisme c'est bien aussi. Bien sur que tu peux rajouter la petite lumière ;-) avec grand plaisir.
      Des bises

      Supprimer
  2. Ah, tout ça me met en joie ! C'est varié, c'est bariolé , ça donne envie . Vous voulez que je vous dise , nous sommes quand même de chouettes lectrices :-)

    RépondreSupprimer
  3. C'est vraiment sympa, ces pépites, et beaucoup plus varié que les meilleures ventes répertoriées dans les magazines ! Même si les pépites des uns ne sont pas celles des autres... je suis d'accord avec Mior : nous sommes trop chouettes !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je crois qu'un peu d'autosatisfaction ne nous fera pas de mal. Nous sommes très chouettes Kathel (même un mois après ;-)

      Supprimer
  4. Rassure-toi Galéa, ton billet me remonte bien le moral, malgré la grisaille, le froid, la pluie, et ces nouvelles toujours plus tragiques. Merci!!!!!

    Je constate, tout comme toi, peu de "gros titres" de la rentrée littéraire et d'hiver mais finalement ce n'est pas plus mal. Ton non-challenge permet de découvrir des auteurs/éditeurs/titres moins connus, tant mieux!

    Tu ne fais pas une pépite de Jacob, Jacob? Tu l'avais tant aimé!

    Gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non je ne participe pas (sinon ça biaiserait le non-challenge je pense). Je ne sais pas si je l'aurais pépité Jacob Jacob, il faut que je réfléchisse à cela ;-)
      Merci de ce gentil compliment Laeti
      des bises

      Supprimer
  5. Calme plat chez moi : pas de pépites à l'horizon (désolée : je ne deviens pas difficile mais un coup de coeur doit se mériter et pour l'instant, ps de battement vibrant !). Bisous, Galéa chérie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu as bien raison ma Phili, il ne se décide pas, il doit venir à nous.
      Je t'embrasse.

      Supprimer
  6. Mouais, je la trouve un peu décevante cette rentrée littéraire (septembre et janvier). Je ne retrouve pas la frénésie de l'an passé. Qu'à cela ne tienne, voyons le côté positif des choses, cela fait du bien à la PAL; et puis j'attends du coup avec impatience la prochaine moisson. Bises Galéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vrai il n'y a pas les unanimités de l'an passé, l'un dans l'autre, comme le disent les copines, un peu de diversité fait du bien quand même :-)
      Des bises Anne

      Supprimer
  7. Pas de pépites à venir dans mes lectures en cours. Du bon, du tout bon même parfois, mais rien de "pépitable" !

    RépondreSupprimer
  8. haha j'ai encore fait ma gourmande :-)
    je suis d'accord avec Asphodèle, c'est quand même sympa que les "voix" se répartissent ! en tout cas j'avais très envie de découvrir le Mingarelli et je note également le Rosa Montero que Mior nous vend très bien :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi le Mingarelli me tente énormément et le Montéro aussi, je viendrai lire tes avis Eva.

      Supprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  10. J'adore toujours ce travail de synthèse que tu nous proposes ! Merci...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me fais plaisir Sido, parce que ça me demande un boulot fou, bref je te suis reconnaissante ;-)

      Supprimer
  11. Pour le récap suivant, voici ma pépite de janvier 2015 :
    Je vous écris dans le noir - Jean-Luc Seigle
    http://www.sylire.com/article-je-vous-ecris-dans-le-noir-jean-luc-seigle-125427255.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon ?
      Pourtant il me semblait avoir lu ton billet, mais tu ne disais pas que tu en avais fait une pépite si ?
      Bon je corrige ça
      Merci de ta participation Sylire

      Supprimer
  12. "La couleur du lait" fait l'unanimité dans mon groupe de lecture. En tout cas plein d'idées à picorer

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui visiblement, ce livre a une belle trajectoire Gambadou.

      Supprimer
  13. Mitigée pour Les grands. La couleur du lait me tente mais a chaque fois que je regarde à la médiathèque il est pris.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as déjà fait ton billet sur les Grands? Je suis passée à côté ?

      Supprimer
  14. Chouette de découvrir toutes ces pépites dont on n'a pas forcément beaucoup parlé... Une jolie manière de sortir des sentiers battus, et rebattus!

    RépondreSupprimer
  15. J'adore ta petite introduction enjouée...le beau gosse a perdu tout espoir de te revoir alors...warf. Mais tu ne dis pas quelle fut ta réaction...j'aimerais bien le savoir...hi hi hi ! la pépite des challenges est ici on dirait !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh tu sais, je suis restée moi-même, j'ai fait semblant de trouver ça très drôle, en me forçant à sourire , et ensuite j'ai fait la tête toute la journée en faisant des incantations sur des poupées vaudou....
      Voilà MTG

      Supprimer
  16. Sans surprise, je préfère cette sélection hétéroclite aux grands enthousiasmes de l'an dernier, qui m'ont tenue éloignée de certains titres, le temps d'en avoir à nouveau envie et d'oublier ce qui a pu en être dit avant de les aborder (du coup, il est trop tard pour venir les pépiter chez toi à mon tour). Peut-être certains titres font-ils l'unanimité parmi des blogueurs qui ne participent pas au projet ; j'avais eu l'impression que le Rosa Montero avait beaucoup plu, par exemple, et j'ai été tentée quelques fois, notamment chez Mior.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu as raison Mina, c'est tout a fait exacte. Ah oui le Montéro a son petit succès, Mior est la seule à l'avoir pépité, mais il a vraiment ses fans.
      Merci de ton passage marquise.

      Supprimer
  17. Tiens, c'est amusant : je m'étais ruée dessus à sa sorite, mais je n'ai pas du tout aimé ce Murakami. Pourtant c'est un auteur que j'avais jusqu'alors beaucoup apprécié, mais ce livre là, rien à faire, je l'ai trouvé ennuyeux et décevant. Je n'ai pas été touchée par l'histoire, que j'ai trouvée peu convaincante.
    Lu à un mauvais moment ? Attentes trop forte par rapport à ce que j'avais lu de l'auteur ? Peut-être que je referai un essai, mais je ne suis pas certaine de l'avoir encore en bibliothèque (je ne garde plus que les romans que j'ai réellement aimés, par manque de place)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh zut c'est vrai ?
      Oh non, mais c'est vrai qu'il est sorti quand même très discrètement ce roman, on en a presque pas entendu parler de ce livre. Ecoute j'essaierai et je te dirais (bon il faut dire que tu as un emploi du temps chargé cette année)

      Supprimer
  18. J'ai ajouté le rosa montero à ma liste de livres à lire, et je suis ravie de voir que Jacob, Jacob et la couleur du lait ont été des pépites.
    Zut, j'ai raté le coche avec ma pépite Ferrari, je l'ai tellement aimé ce livre !
    Je te l'ai déjà dit, mais vraiment, j'adore ton idée de pépites :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le 200ème fois Laure, tu peux le rajouter le Ferrari (mais je crois que tu me dis la même chose à chaque fois et que je te réponds la même chose à chaque fois).
      Bonne journée bises

      Supprimer
  19. Coucou Galéa,
    Merci pour le lien. J'aime beaucoup ton billet, presque il me donnerait envie de revenir sur la blogo et de remettre un peu d'ordre dans ma paillote ;-)
    Bon we à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Reviens MArgotte, on manque de blogueuses asociales et recluses dans leurs bois.
      j'espère que tu vas bien.
      Des bises

      Supprimer
  20. J'ai beaucoup aimé La couleur du lait, également.

    RépondreSupprimer
  21. Pas de surnaturel dans le Murakami, de la magie alors. Il m'a un peu rappelé Modiano. En tout cas, je l'ai trouvé superbe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah tu me fais plaisir Jackie....et tu sais qu'en me disant cela, je vais me jeter dessus ;-)

      Supprimer
  22. Me voilà ravie, deux pépites m'attendent donc en avril. J'ai hâte de les lire parce que là, je désespère.

    RépondreSupprimer
  23. Mon Dieu, tout cela est très pointu. Au hasard de mes lectures, je tomberai peut-être sur l'un d'eux. J'ai beaucoup de retard, mais qui sait ? A bientôt. Sorel

    RépondreSupprimer
  24. Beaucoup de choses me tentent... Aaahh que c'est dur la vie de blogolecteur !
    Et c'est normal que ce soit plus éparpillé si on est plus nombreux.

    Et voici ma pépite de mars pour le prochain épisode :
    http://www.journal-d-une-lectrice.net/2015/03/le-principe-jerome-ferrari.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah super Papillon, je me demandais si le Ferrari allait faire son entrée ;-)

      Supprimer
  25. Si j'y avais songé, j'aurai également proposé "La couleur du lait" ! J'ai beaucoup aimé la force et la simplicité de ce témoignage (fictif mais qui aurait pu être authentique).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui visiblement, il en a convaincu plus d'un ce roman, je me le suis noté dans un coin ;-)

      Supprimer
  26. J'ai également beaucoup aimé "La couleur du lait", c'est un beau récit, crédible et émouvant. Je le conseille aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah bah décidément, il a carrément sa place ce livre alors ;-)

      Supprimer
  27. Elles sont belles vos pépites les filles, quelle belle idée tu as eu là Galéa :0) Cela donne encore plus envie (si c'est possible ;0) d'étoffer encore sa PAL de quelques romans... Le Rosa Montero en fait partie désormais et je pense le lire très vite, il me tente de trop ;0) Bisous et bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi Lor je suis très tentée par le Montéro, et merci beaucoup de ce gentil compliment ;-)

      Supprimer
  28. ben tu ne pépites rien toi même , Galéa ? Si la resonance est aussi forte que la lecture elle -même je repasse dans quelques jours pépiter le ...Despentes ! (incroyable mais vrai) Elle m'a scotchée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non je ne pépite pas, car ça fausserait ce non-challenge, et surtout parce que je lis très très peu de nouveautés (d'où l'intérêt purement égoïste de ma démarche).
      J'ai lu ton billet sur le Despentes, et il est top (même si je ne suis pas certaine de lire ce livre).
      des bises Mior

      Supprimer

Les commentaires sont modérés car je n'accepte que les remarques qui encensent mes billets ou qui crient au génie.
Merci de votre passage
(je plaisante!! La modération est activée pour échapper aux vérifications diverses et variées dont tout le monde sature ;-)