jeudi 9 mai 2013

6h41

Jean-Philippe Blondel, 6h41
Buchet-Chastel, 2013, 232 p.
On n'a pas tous notre heure de gloire au même moment (si tant est qu'on l'ait un jour).

C'est un fait.

Certains l'ont au lycée et à l'université, lorsqu'ils sont pleins de promesses et d'arrogance. D'autres l'ont à l'âge mûr, quand ils prennent leur revanche sur l'adolescent en retrait qu'ils ont été. Certains ne l'ont jamais, cette heure de gloire qu'on regrette ou qu'on attend toute sa vie. 

Au début je me suis dit que c'était le propos de Blondel dans 6h41. Dans le train de 6h41 donc, se rencontrent deux presque quinqua, Philippe et Cécile,qui se sont connus puis séparés il y a 25 ans dans des circonstances glauques. Chacun, face à l'autre, est bien obligé, pendant le temps de trajet, de faire le point sur ce qu'il est devenu. 

Cécile, qui fut une adolescente empruntée et discrète, est devenue à l'approche de la cinquantaine une femme d'affaire à qui tout réussit, parce qu'elle gagne plus d'argent que son mari, parce qu'elle est restée mince, parce qu'elle habite un pavillon de banlieue sympa comme tout. 

En face d'elle sur la banquette SNCF de 2nde classe, Philippe, celui qui lui a brisé le cœur un quart de siècle plus tôt.  Philippe était le beau gosse du lycée, charmeur et charmant, qui rêvait d'Amérique. Un quart de siècle plus tard, c'est devenu un homme bedonnant, divorcé, provincial et vendeur de télévision. Pour être honnête, ça démarrait moyennement bien pour moi. Je trouvais cela trop prévisible cette inversion des destins, et je n'aime pas du tout le principe qui consiste à établir les critères d'une vie réussie. Je me suis dit : c'est un peu facile cette histoire de rails qui partent dans des directions différentes.

Mais heureusement, ce n'est pas le vrai propos du roman. 

J'ai adoré le personnage de Philippe, parce que j'ai une tendresse pour les personnages qui n'ont pas répondu aux promesses de leur jeunesse et qui en font le constat amer à l'approche d'un demi-siècle de vie. J'ai aimé la lucidité du personnage sur lui même, la manière dont il fait le compte de ses petites indignités d'enfant, d'adolescent et d'adulte; sa remise en cause un peu désespérée en somme. Son amitié avec Mathieu (copain d'enfance devenu présentateur d'un jeu télévisé) est assez bouleversante, parce qu'elle est sans complaisance.

 Je dois avoir mon girl-power en berne, parce que je me suis régalée à détester Cécile. Je n'aime pas ces femmes en soif de revanche sociale qui se font un objectif de ne pas ressembler à la jeune fille qu'elles furent, et qui haïssent leur province et le milieu dont elles sont issues. Les working-girls qui rêvent de succès et de réussite ne m'attirent pas; et j'adore ne pas les aimer et les juger vertement pendant 250 pages.

Blondel me plaît :  sa plume, son histoire, son décors de train dont il restitue bien l'ambiance...Finalement 6h41 pose l'éternelle question: c'est quoi réussir sa vie? En tous cas, ni le succès de Mathieu, ni le salaire de Cécile, ni le tour de taille de Philippe n'en sont des critères. Il nous dit que peut-être réussir sa vie, c'est se réconcilier avec ses démons, sa part d'ombre, ses humiliations. C'est aussi accepter d'où on vient, ce qu'on a été, de digérer ses renoncements et ne pas se fier aux apparences.

Il me reste une dizaine d'années pour procéder aux constats de Philippe et Cécile (et rencontrer quelque part un beau gosse qui m'aurait brisé le coeur en fac), mais j'ai déjà retrouvé à plusieurs reprises les stars de mon lycée (capitaine de l'équipe de foot, la plus belle fille de Terminale, le major de promo de fac...et je peux vous dire qu'elles l'étaient toujours ;-)

Je l'ai trouvé touchant ce roman de Blondel : il échappe aux caricatures du genre, laisse une porte ouverte, fait vaciller l'ordre établi. Il nous laisse le choix d'imaginer la suite de ce voyage introspectif...à chacun de voir, selon son optimisme incorrigible ou son défaitisme profond, ce qu'il veut que Cécile et Philippe deviennent...


30 commentaires:

  1. J'ai lu un seul livre de Blondel, Le baby-sitter, qui ne m'avait pas vraiment convaincue...en tout cas pas au point d'avoir envie d'en lire un autre! mais tu parais plus séduite par celui-ci que par Accès direct à la plage?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le "Baby-sitter" a eu vraiment mauvaise presse, tu es la troisième qui me dit ne pas l'avoir aimé. Je ne l'ai pas lu mais sans doute ne donne-t-il pas une idée juste de Blondel. "6h41" m'a plu et je crois que "Rester vivant" est assez bouleversant, je compte le lire.

      Supprimer
  2. Ce qui me plait dans ton résumé : L'idée de détester un personnage de roman. Le meilleur défouloir. Lire un bon bouquin dans lequel déambule un personnage antipathique est une façon saine et pacifique de déverser -in petto au risque d'être prise pour une folle furieuse- son trop-plein de critiques , jalousie et autres propos-langue de p- :) Moi j'aime bien m'énerver contre un personnage fictif. Ça calme !
    Donc, à retenir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OUi ça calme...les fausses timides qui en fait méprisent les autres et qui rêvent de gloire, ça m'exaspère. J'en connais plein de ces filles, plus ambitieuses que les autres, qui finalement se font un point d'honneur à gagner plus que leur mari, qui n'ont pas vraiment d'amies tant elles se regardent le nombril...Bref, ça m'a fait du bien de la détester (mais Cécile se rattrape avant la fin du roman je te rassure...)

      Supprimer
  3. J'aime beaucoup la façon dont tu évoques ce livre... Et comme toi j'adore me prendre la tête avec des personnages de roman (moins pénible que dans la vraie vie !) Pas de personnage antipathique à ce point-là dans mes dernières lectures. Je guette !
    Bisous bisous ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne l'ai pas détesté à ce point là, tu sais. Je crois que je préfère les loosers au working-girls, je dois m'en sentir plus proche sans doute ;-)
      Mais bon halte à la dictature des femmes qui réussissent tout!

      Supprimer
  4. On vient de me l'offrir et avec une gentille dédicace de cet auteur qui a le mérite d'avoir su ne pas prendre le melon ! Mais ça ne suffit pas, nous sommes d'accord ! ;) J'avais vraiment beaucoup aimé "Et rster vivant", d'ailleurs si je le retrouve, je pourrais te le faire voyager donc j'ai hâte de lire celui-ci ! Et ton billet est génial, comme d'habitude !!!^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors là, volontiers si "Et rester vivant" voyage, je veux bien être de la partie (sauf si entre temps je tombe dessus).
      Tu as un livre dédicacé par Blondel ???? La Classe Asphodèle, tu vas lire un collector!
      Wahou
      (ça ne suffit pas, disons même que ça n'a rien à voir, mais lire un livre dédicacé par un auteur qui n'a plus franchement besoin de la blogo pour se faire connaître (vu le nombre d'articles dans les magazines), ça se pose là quand même)
      Des bises

      Supprimer
  5. Je n'ai encore lu aucun de ses livres, par lequel commencer ? Par celui là qui est son dernier né ?
    Ton billet m'en donne bien envie !
    Un premier amour ne s'oublie jamais...
    Belle fin de semaine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca c'est vrai, la mémoire du coeur brisé reste assez vivace ....
      Je n'ai lu que deux Blondel. Je te conseille "6h41" parce que je le trouve réussi, mieux que "Accès direct à la plage" que j'avais moins aimé. Je n'ai pas lu le baby-sitter mais j'attends de me jeter sur "Et rester vivant".
      Beau week-end Enitram

      Supprimer
  6. Je n'ai pas aimé du tout "Accès direct à la plage" mais il est très possible que j'apprécie beaucoup plus celui-ci. Je vais voir dès que j'en aurai le temps!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui "Accès direct à la plage" avait quelque chose qui mettait mal à l'aise; c'était son premier, mais je le trouvais bien blouclé. Moi celui-là m'a plu, pas le coup de coeur non plus (parce que je suis trop difficile sans doute), mais un bon moment qui permet de se poser quelques questions importantes quand même. J'ai trouvé la fin soignée...

      Supprimer
  7. J'avais déjà noté ce livre et j'en ai dans ma Pal... Ton article est superbe et tu me donnes toujours envie de lire ces livres que tu as aimés ;) Alors est-ce que je dois te considérer comme une amie qui m'aide à trouer mon porte monnaie ?! LOL je plaisante bien sûr ^^ Quoi de plus beau qu'une amie qui partage ses coups de coeur et ce qu'elle aime :) (j'espère oui qu'on pourra l'être ces amies ;) )
    Belle journée à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement ma Laure qu'on peut être amies sans aimer les mêmes livres (sinon dans la vraie vie, je serais vraiment seule de chez seule). 6h41 m'a plu, mais je pense que c'est un roman qui parlera à beaucoup de gens, ce style de questionnement est assez universel je crois...j'attendrai ton billet alors!

      Supprimer
  8. J'ai entendu beaucoup de bien à propos de ce livre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que c'est justifié. Merci de ce passage Yuko et bienvenue.

      Supprimer
  9. Je l'ai lu il y a moins d'un mois, et je m'en souviens à peine ... Une lecture pas désagréable pourtant mais bon ... sans plus !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OUi ce sont malheureusement des choses qui arrivent parfois. Je vais voir ce que j'en pense dans un mois.

      Supprimer
  10. j'ai "et rester vivant dans ma Pal" ....il faut que. ....
    au fait : il arrive parfois que la reine du lycee devienne grosse et moche et que les derniers deviennent les premiers. ...ça leur fait du bien 5 minutes. ..et puis aprés... ça ne rachètera pas les années passées à vouloir être qui on n'est pas. . .
    ps : je suis l'anonyme habituel (pas madame anonyme. ..l'autre) devineras tu qui je suis?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu as raison!! La belle fille du lycée était ma meilleure copine, je ne lui souhaite vraiment pas de devenir grosse et moche. Mais tu as raison la décrépitude des stars de notre adolescence ne fait du bien que 5 mn, et puis bon tout dépend de ce qu'on est devenu, hein!!!!!
      PS: impossible de t'identifier, tu ne me donnes pas assez d'indice, mais je reste sur le coup (mine de rien, deux anonymes ce n'est pas rien à gérer ;-))

      Supprimer
  11. un vrai bon moment de lecture mais c'est vrai avec tous ses romans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens tiens, je crois que j'ai trouvé un Blondelophile....J'avais l'impression que ces romans étaient assez inégaux, mais je n'en ai lu que deux. Merci de ton passage Lucie

      Supprimer
  12. Et bien voilà qui me donne envie de me remettre à Philippe Blondel, je suis restée sur "G229" (numéro d'une salle de classe), excellent !

    RépondreSupprimer
  13. Je n'en ai lu que deux de lui, je ne connais pas "G229", c'est pour adulte ou un livre jeunesse? en tous les cas j'ai passé un bon moment, sans avoir (malheureusement) un vrai coup de coeur...je me demande si je ne suis pas devenue trop difficile...

    RépondreSupprimer
  14. Un roman intéressant que j'avais bien aimé.

    RépondreSupprimer
  15. Encore jamais lu Blondel et pourtant ça fait un moment que j'ai envie de découvrir cet auteur. Bientôt j'espère...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tous ses romans ne semblent pas être égaux. Je n'ai lu que de mauvaises critiques sur "le Baby Sitter" alors qu"Et rester vivant" semble faire l'unanimité.

      Supprimer
  16. J'adore Blondel, je me sens toujours très proche de lui et de ses personnages. 6h41 est mon titre préféré avec Et rester vivant. En plus c'est un type qui je le crois est simple et abordable...un mec normal quoi. J'ai hâte qu'il sorte un nouveau titre, j'attends...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as été exaucé mon cher MTG ;-)
      Je dois absolument lire Et rester vivant, vous êtes trop nombreux à 'lavoir aimé.
      J'aime Blondel pour les mêmes raisons que toi tu sais...

      Supprimer

Les commentaires sont modérés car je n'accepte que les remarques qui encensent mes billets ou qui crient au génie.
Merci de votre passage
(je plaisante!! La modération est activée pour échapper aux vérifications diverses et variées dont tout le monde sature ;-)