jeudi 14 février 2013

L'écrivain de la famille

Evidemment, rien que le titre, on se dit: " c'est fait pour moi". L'histoire d'un gosse de 9 ans qui fait trois pauvres rimes et se retrouve propulsé au rang d'"écrivain de la famille", forcément, ça fait résonner quelque chose.
Grégoire Delacourt, L'Ecrivain de la famille
Livre de Poche, 2012, 235 p.
Sauf que le pauvre narrateur ne récite pas seulement ses vers devant un public conquis, il se retrouve surtout portant le fardeau familial que ses mots doivent guérir. Il s'agit donc plutôt ici de l'écrivain raté d'une famille brisée. 

Déjà c'est beaucoup moins drôle.

Je n'ai pas tout aimé dans cet ouvrage. Qu'est-il d'ailleurs? Un roman, un récit, un  roman vrai, une autofiction? Peu importe. Le héros Edouard (double de Grégoire je présume), est donc cet écrivain raté qui devient publicitaire. Pour être honnête, j'ai eu l'impression à certains moments de relire  99 francs que je n'avais pas spécialement apprécié. Par conséquent, toutes les pages consacrées à sa Mercedes,  sa grosse maison, son salaire exorbitant, ses stagiaires pas farouches et autres nymphomanes désespérées, ses filles dont il ne s'occupe pas, et sa femme (actrice ratée et vénale) qu'il n'a jamais aimée...tout ça je l'ai déjà lu plusieurs fois. Il ne manquait que les lignes de cocaïne et Beigbeder était de retour!

Mais heureusement dans L'Ecrivain de la famille, il y a aussi Famille (celle dont il vient, pas celle qu'il construit) et Delacourt en fait autre chose.  Il rend un véritable hommage aux siens. Je ne vais pas tout dévoiler, mais c'est vraiment beau ce qu'il fait de ses parents: un couple détruit par l'époque et le quotidien. Il peint ses parents et sa soeur, pendant trente ans, sans complaisance mais avec tendresse.

Delacourt a le style efficace et percutant des publicitaires: il sait associer les mots , faire de belles figures de style. Par conséquent, le livre est court et dense, ce qui n'est pas pour me déplaire.

Moi, je retiendrai de cette famille démolie,  le petit frère pas "normal". Est-il trisomique, autiste, déficient? Peu importe, c'est l'éternel enfant au destin tragique, anonyme jusqu'à sa disparition. Ce frère, décrit comme un ange, apporte une vraie dimension au roman et donne consistance à tous les autres personnages.

Les second et troisième plans sont tout aussi soignés (de l'inquiétant camarade Moncassin au caviste ivrogne).

Et ce qui est beau dans ce livre, c'est que l'auteur va vers la lumière et échappe au cynisme, malgré la solitude et le désamour. Je pense qu'il a voulu faire un livre d'espoir, il le promet d'ailleurs page 214: "ça sera ça la fin de mon roman".

Je n'ai toujours pas lu La Liste de mes envies malgré tous les éloges...je pense que je vais à présent m'y pencher.

A tous prixCe billet est une contribution au challenge de Laure "A tous prix" (bien que je ne connaisse aucun de ceux qu'il a reçus)

Prix carrefour Savoir du premier roman 2011 (évidemment le prix que tout romancier rêve d'obtenir)
Prix du premier roman Meo Camuzet 2011
Prix Marcel Pagnol 2011
Prix Rive gauche à Paris 2011
Prix Coeur de France 2011

22 commentaires:

  1. Finalement, tu n'a pas l'air si déçue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non carrément pas; je n'ai pas tout aimé, mais ce que j'ai apprécié, je l'ai vraiment apprécié. J'ai remis la Liste de mes envies dans mes projets de lecture...

      Supprimer
  2. Je me pencherai aussi sur cet auteur ;)
    Bel article, bonne journée et merci pour ta participation ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mmm, je ne suis donc pas la seule à ne pas encore avoir lu "La Liste de mes envies"...

      Supprimer
  3. C'est drôle, car comme pour Catherine Cusset que nous aimons de la même façon, j'ai le même ressenti pour l'écrivain de la famille...J'ai lu, La liste de mes envies, je suis curieuse du billet qui en découlera après ta lecture ;-)

    RépondreSupprimer
  4. J'ai entendu parler de ce livre à la radio , je crois.
    Je ne suis pas tentée.
    Je viens de lire "La liste de mes envies".
    Ça fait mal. C'est cru. Une triste réalité humaine.
    Une interrogation sur le vrai bonheur, qui à mon sens reste sans réponse pleine, dans ce livre.
    Mais ça reste mon avis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha mince!!! Je croyais qu'il avait conservé la tendresse que j'ai aimé dans L"Ecrivain...", ceci-dit c'est vrai que son style peut être cru (il a été publicitaire!!!), mais je n' avais entendu que des avis positifs sur "La Liste..." alors que l'histoire ne me tentait pas du tout...je vais creuser ça!

      Supprimer
  5. Ce n'est pas un avis négatif :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ok, il faut vraiment que je m'y mette alors...

      Supprimer
  6. Loin de moi l'idée de te décourager, mais je n'ai pas aimé "La liste de mes envies", très culcul la praline et bien creux au final. Un avis parmi d'autres...
    J'ai hâte de connaître le tien.
    Bonne soirée :))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est précisément pour ces raisons que je ne l'avais pas lu à sa sortie malgré les encouragements des critiques. Je craignais la débauche de bons sentiments ... Mais "l'écrivain ..." m'a rassurée là-dessus . Il faut que je me fasse mon idée alors!

      Supprimer
  7. J'ai justement emprunté à la bibliothèque "la liste de mes envies" en livre-audio et ton billet me donne vraiment envie de lire celui-ci !
    Comment tu le présentes bien! Bravo !!!!
    La photo de tes deux petites filles est magnifique, j'aime beaucoup...
    Belle soirée et beau vendredi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut vraiment que je réfléchisse aux livres audio. Je n'arrive pas à sauter le pas et pourtant j'adore l'émission de G.Galliene sur Inter...j'ai hâte de savoir ce que tu en auras pensé.

      Supprimer
  8. Ce fut un gros coup de coeur pour moi, d'une part parce que n'ayant jamais lu 99F je n'ai pas eu cette impression de déjà lu que tu as ressenti et d'autre part parce que son histoire personnelle et familiale pour parvenir à "sortir les mots" m'a beaucoup touchée.

    Je l'ai lu à sa sortie avant donc tout ce tapage autour de "La liste de mes envies", et j'attendais donc avec beaucoup d'impatience le second roman de cet auteur qui m'avait tant touchée ...qu'elle ne fut pas ma déception en lisant cette insipide Liste de mes envies, qui m'a donné l'impression que le publicitaire avait repris le dessus sur l'écrivain pour écrire une bonne recette de best-sellers !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ho non!!!! je pensais justement que c'était l'inverse, que le publicitaire s'était effacé derrière le romancier qu'on sent poindre dans "L'écrivain de la famille". A sa sortie, tout le monde était unanime sur "La Liste..." alors que maintenant on sent les avis beaucoup plus divers. .. à suivre!

      Supprimer
  9. Je reviens un peu tard...oui j'ai aimé la liste de mes envies, je ne l'ai pas aimé comme un roman qui m'a marqué, touché et interrogé...j'ai aimé passer un petit moment avec cette mercière à qui je me suis attachée un peu comme à une voisine que l'on ne connait pas mais a qui on dit bonjour à chaque fois qu'on l'a croise, en se disant qu'elle a un jolie sourire...cela dit la fin m'a déçue....Bon week end ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très joli comment tu en parles...de toutes manières il faut que je me fasse ma propre idée. J'ai bien compris que ce n'était pas forcément un chef d'oeuvre (quand je pense que chez Busnel, les libraires le présentaient comme le roman incontournable de cet été). Et comme à chaque fois que les avis divergent, j'ai hâte de me faire le mien... toi et moi je pense que nous avons des goûts littéraires approchant ;-) A confirmer avec "La Liste de mes envies"

      Supprimer
  10. moi je retiendrai de ce billet tes 2 adorables puces regardant dans la même direction!
    bon ok, j'ai lu le reste aussi, mais comme je n'ai lu ni l'un ni l'autre, je n'ai rien d'intelligent à dire!;)

    je t'embrasse!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore ton commentaire!! En l’occurrence, c'était un jour de régate et elles n'en avaient strictement rien à faire des bateaux, elles regardaient dans la direction opposée...mais tu as raison, au moins c'est la même (direction), et c'est déjà ça de gagné...Des Bises de vacances.

      Supprimer
  11. Bonjour, personnellement je n'ai pas accroché à ce petit et premier roman. Ca sonne parfois juste et gracieux mais ce que je m'en fichais de son histoire à ce gars. En plus c'est celle de l'auteur mais pas complètement la sienne non plus ... Ca ne m'a pas plus touché plus que ça alors que je suis le public cible par excellence. Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Sorel c'est tout le principe de l'autofiction, c'est leur histoire mais pas vraiment en fait...
      Je comprends que vous n'ayez pas été séduit, même en étant le public cible.
      Bonne journée.

      Supprimer

Les commentaires sont modérés car je n'accepte que les remarques qui encensent mes billets ou qui crient au génie.
Merci de votre passage
(je plaisante!! La modération est activée pour échapper aux vérifications diverses et variées dont tout le monde sature ;-)