mardi 18 août 2015

Du côté de chez Swann (Proust, la Recherche et moi)

Marcel Proust, Du côte de chez Swann (1913)
folio (2013), 706 p.
A toi l'ami qui hésites à te lancer dans la Recherche, parce que Proust n'a pas nécessairement bonne presse, parce que "Les classiques c'est ennuyeux et peu divertissant", parce qu'on craint de longues descriptions introspectives avec un langage d'un autre temps, je t'offre ce billet.  Alors que la rentrée littéraire annonce son grondement de nouveautés, aussitôt lues aussi vite oubliées, je te promet du durable. A toi qui as le vertige quand tu vois un pavé de 600 pages, tente de lire ce billet-fleuve jusqu'au bout. 

Galéa a testé Proust en s'immergeant dans le premier tome, inquiète et circonspecte de ne pas aimer et de passer ainsi à côté de ce que les gens cultivés considèrent comme un chef d'oeuvre du siècle dernier. Me voici donc journaliste d'investigation littéraire, en mission sur le terrain, avec tout le matériel nécessaire :  canapé, bol de thé , enfants vendus aux voisins (oh ça va je rigole, elles jouaient aux Kappla), radio éteinte, Iphone mis sur silencieux (Yes I can). En temps normal, il y aurait eu un cendrier et une cigarette, mais les temps changent....(ce billet vous est quasiment offert par la Sécurité Sociale d'ailleurs). 

Soyons honnêtes Proust est éblouissant, même en 2015.

Mais jouons franc-jeu.

Certes, il faut une bonne trentaine de pages pour y rentrer, bien sûr il y a des réflexions métaphysiques sur plusieurs pages, oui il observe la nature et les fleurs de manière tout à fait détaillée (le passage sur les clématites est assez déroutant pour qui n'y connait rien en botanique), oui parfois on aurait presque la tête qui tourne tellement on est dans un autre monde. Evidemment la langue est désuète avec des imparfaits du subjonctif (qui moi me font frissonner, on ne renie pas sa nature l'ami), d'accord, ils ont tous les prénoms de nos grands-parents, oui, c'est vrai les phrases font parfois 15 lignes avant qu'un point ne vienne se poser.

Tout ça c'est vrai.

Et pourtant, on ne s'ennuie pas si on accepte de se laisser emmener là-bas.

Ca commence par les souvenirs d'un petit garçon de la haute bourgeoisie du XIXe siècle. Si roturier et tellement confortable. On a tout : la maison, la grand-mère, les arbres du jardin,  la domesticité, le besoin de sa mère et l'immense solitude de l'enfance...et le mystérieux voisin Swann. De mon point de vue, personne, mieux que Proust, n'avait jusqu'à présent, reproduit avec autant de précision les tourments banals de l'enfance et du début de l'adolescence.

Les vieilles dames sont totalement incontournables. Tante Léonie qui ne bougera plus de cette fenêtre d'où elle observe les allées et venues de Combray, est un pur délice. Léonie c'est un roman à elle toute seule, d'autant que le coup de la madeleine, c'est chez elle à Combray.  La grand-mère du petit Marcel, mérite aussi le détour, tellement elle est originale, vive et déterminée pour l'époque "En réalité, elle ne se résignait jamais à rien acheter dont on pût tirer un profit intellectuel" (p.94) (voilà, comme moi, quand je considère qu'un robot ménager ne PEUT pas être un cadeau). 


Et au delà des personnages, Proust c'est un peu le peintre des castes de la société du XIXe siècle, et alors là, il est d'une méchanceté et d'une lucidité sur ses contemporains, tout à fait réjouissantes pour quiconque a un mauvais fond (Galéa pour vous servir). Une mention spéciale évidemment pour le concept du "snob" (non, pas le notre, celui du XIXe siècle, le roturier qui espérait fricoter avec la particule). Et on en un un spécimen de très haute volée, j'ai nommé Legrandin:   "il aimait beaucoup les gens de châteaux et se trouvait pris devant eux d'une si grande peur de leur déplaire qu'il n'osait pas leur laisser voir qu'il avait pour amis des bourgeois..." (p.204). Legrandin, c'est le snob collector, à côté duquel il serait dommage de passer.

Dans cette première partie, tout est juste, vrai, pensé, limpide : "notre personnalité sociale est une création de la pensée des autres" (p.69). Il y a le regard d'un petit garçon et les réflexions de l'écrivain, tout est mesuré et pesé.

Mais on a à peine le temps de s'y habituer, qu'on passe à la deuxième partie : "Un amour de Swann". Et là on pénètre dans la vie intime du mystérieux voisin Swann. Mais pourquoi personne ne m'avait dit que Proust était si critique avec ses contemporains, je me serais jetée dessus plus vite. Une chose est sûre: rien n'a changé en 150 ans, et c'est réjouissant.

Je te promets donc un Dr Cottard bête à manger du foin et convaincu d'être spirituel, un couple Verdurin  riche, vulgaire et globalement inculte, de ces gens qui s'entourent d'une cour qu'ils nourrissent pour avoir l'impression d'être le centre du monde, en régnant sur un petit monde de pique-assiettes qui se disputent leurs faveurs. Je te promets de l'artiste flatteur et de la courtisane vénale. 

Et surtout, dans cette deuxième partie, j'y ai trouvé du bouillant et du sensuel. 

Mais oui, ça on ne m'en avait pas parlé non plus, mais l'histoire de Swann c'est quand même celle d'un type chic et classe qui a une grue dans la peau. Alors forcément avec Proust, c'est joliment dit et écrit, on joue sur la suggestion, il faut avoir un peu d'imagination et des hormones qui travaillent. Mais c'est bien de cela qu'il s'agit quand même. La relation entre Swann et Odette de Crécy est avant tout l'histoire d'une passion physique (c'est Proust qui le dit), aussi suggestive que tragique. Il y a ce qu'il raconte, et surtout ce qu'il suggère -bien qu'enrobé dans des mots tout à fait décents. C'est bien cette volonté de possession, de soumission et de jalousie maladive qu'il nous décrit (mais avec élégance évidemment, le vrai talent, c'est savoir parler de tout ça avec le champ lexical d'un khâgneux qui n'a jamais approché une fille).

Et au delà de la madeleine de Proust, il y a la petite phrase de Vinteuil, une phrase musicale bien sûr, inventée par Proust pour les besoins de son roman, mais qui donne des pages sur la musique que même les non-mélomanes lisent le coeur serré, parce qu'on a tous connu ça, quand les compositeurs font surgir des choses qu'on ignorait avoir au fond des tripes (moi c'était sur Biolay en ce moment, mais à la limite c'est une question d'époque).

Et puis la troisième partie est  destinée aux futurs fans de Modiano. On revient à Marcel enfant, qui découvre les émois de l'adolescence, et les premières amours contrariées (ah Gilberte qu'il cherche des yeux au parc....). Et Proust comme Modiano, se joue d'une géographie approximative (dans la quelle Nice est encore et toujours une ville vénéneuse), et d'une réalité aléatoire qui nous offre ce que la littérature nous promet de meilleur : l'impression d'avoir retenu, quelques instants, le temps qui passe. 


Passage réussi donc pour ce premier volume, qui m'intronise dans la clique des fans et des puristes.

Ce billet sera ma participation classique chez Miss Léo (au cas où elle retrouve le chemin de son blog) pour le mélange des genres et mon deuxième pavé de l'été chez Brize. 

Je dédie ce billet à MTG qui tergiverse à le lire mais également à Lux l'insulaire, fouineuse professionnelle depuis 1981, et petite soeur de son état. Elle savait que je cachais un truc, je savais qu'elle finirait par trouver ce que c'est. Ma soeur, elle aurait du être détective et vu qu'elle envisage vaguement Proust, ce billet est aussi pour elle. 

Fournisseur de ce billet: Rayures l'imprévisible, qui me l'a offert (avec les sous de mon père) pour mon anniversaire (après avoir lu le Fantôme du Petit Marcel qu'elle a adoré). 

La boucle est bouclée. 
C'était Galéa en direct des grands classiques français
A vous les studios. 

101 commentaires:

  1. Après un tel billet, j'aurais lu Proust si je ne l'avais déjà lu. Mais il ne m'a pas laissé un souvenir éblouissant. Je préfère de loin le style de Victor Hugo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecoute, j'ai du lire Hugo trop tôt, la lecture m'avait laissée un souvenir ardu comme très précis, je ne te cacherai pas que je suis emballée par Proust Alphonsine...à chacun son classique finalement ;-)

      Supprimer
  2. Je l'ai lu... il y a presque vingt ans... mais je ne m'en souviens plus ! Je suis également à la pointe de l'actualité littéraire, puisque je suis en train de lire un roman russe des années 20. Je compte ensuite enchaîner sur un roman hongrois de 1935, puis sur un pavé chinois de 2006. L'envie de réanimer mon blog commence à me titiller, mais j'ai tellement de chroniques en attente qu'il va me falloir opérer des choix douloureux ! Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est le problème quand on laisse filer, ensuite on ne sait plus par quel bout prendre son blog ...Mais en ce qui concerne c'est pour une bonne raison ;-)

      Supprimer
  3. Je n'ai jamais eu le courage de me plonger là-dedans malgré mes tentations .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourtant vraiment, si on l'aborde au bon moment, il fait du bien ce livre...

      Supprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Tu me donnes envie de le relire, une vraie madeleine ton billet ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un très beau compliment que tu me fais....Merci

      Supprimer
  6. J'adore ton billet qui bouscule l'icône tout en montrant son génie. Moi, je suis "proustolâtre" depuis très longtemps, le genre à collectionner tous les "produits dérivés", même les plus nuls (heu surtout les plus nuls, c'est plus drôle !) de l'oeuvre du" Maître". Bonne continuation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais qu'entre ton pseudo et ton compte FB je l'avais deviné Albertine ;-)

      Supprimer
  7. Lux l'insulaire fouineuse te remercie de penser à elle et de donner envie de lire des livres qu'on croit réservé aux lecteurs passionnés... Arte a diffusé un téléfilm "A la recherche du temps perdu" : http://www.arte.tv/guide/fr/042266-002/a-la-recherche-du-temps-perdu-2-2. Je suis bien tentée de le regarder avant de lire le livre mais je sais que c'est la facilité!! A dopu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecoute, visblement, Titine disait que l'adaptation était moyenne et que ça risquait en plus de notre Spoiler l'intrigue ... Tu l'as regardé finalement ?

      Supprimer
  8. Sacré Proust! Malgré les longueurs, il reste incontournable et La Recherche est assez atemporelle. Visiblement, nous avons beaucoup en commun: Modiano, Proust, Biolay... Du coup, tu poursuis avec A l'ombre des jeunes filles en fleur? (Peut-être mon tome préféré...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument, je l'attaque fin septembre, début octobre ;-)
      Je me réjouis de nos points communs.

      Supprimer
  9. Voilà un deuxième très beau pavé (que je viens d'enregistrer sur la page du Challenge), avec un commentaire enthousiaste et qui m'a souvent mis le sourire sur les lèvres ! Mention particulière pour ce beau passage où tu évoques "une réalité aléatoire qui nous offre ce que la littérature nous promet de meilleur : l'impression d'avoir retenu, quelques instants, le temps qui passe".
    J'ai lu ce premier tome il y a pas mal d'années. J'avais aimé, alors, mais calé sur le deuxième ... et comme mes souvenirs sont trop diffus, je suppose qu'il me faudrait le relire (et le courage me manque).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je comprends qu'en relecture, ce soit plus compliqué, ceci-dit je ne suis pas certaine qu'on y lise les mêmes choses selon l'âge qu'on a. Je mise beaucoup sur le deuxième dont on m'a dit beaucoup de bien. J'espère l'aimer autant que le premier. Merci Brize, d'être moins négligente que moi, en te lisant, je l'aperçois que je ne suis pas certaine d'avoir déposé mon lien sur ton blog.
      Belle journée.

      Supprimer
  10. je n'ai jamais pris la peine d'aller au bout mais je vais y penser...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois qu'il ne faut pas le lire à n'importe quel moment mine de rien ce Marcel....il faut un minimum être prêt à une certaine contemplation littéraire (ceci expliquant peut-être cela).

      Supprimer
  11. Et te voilà déjà plongé dans la suite ?

    RépondreSupprimer
  12. J'ai commencé il y a longtemps puis je suis passée à autre chose. Faudrait que je recommence et ça me grattouille

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu serais prête zazy à te refaire la Recherche...en relecture....?

      Supprimer
  13. Bien joué ! Et bienvenue au Club :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup chère Mior (je suis encore novice comme tu l'auras remarqué)

      Supprimer
  14. Galéa dans Secret Story : "J'ai un blog" :)

    Proust... oui, sans doute, un jour...tiens j'ai une tante qui s'appelle Madeleine ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rho oui dis....le secret carrément punk "j'aime lire"...ah ah ah

      Supprimer
  15. Je trouve votre billet très bien écrit. Il encourage à lire Proust, ce qui n'est pas chose facile. J'ai relu le premier tome de la Recherche il y a un an après avoir lu le roman très amusant de Michael Uras, "Chercher Proust" mais je l'avoue j'ai manqué de courage pour la suite. Alors merci à vous de rappeler Proust à mon bon souvenir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est moi qui vous remercie cher(e) Anonyme, j'ai noté le livre de Michael Uras ainsi que celui de Paul Vacca sur Proust (ce doit être ce qu'Albertine appelle les produits dérivés), j'attends juste d'en avoir un peu plus lu pour m'y plonger.
      Merci de ce gentil compliment.
      Bonne journée.

      Supprimer
  16. Je dois m'y attaquer depuis deux ans, d'ailleurs si Keisha passe, elle ne va pas manquer de me le rappeler .. Il me faudrait un mois d'isolement pour y arriver je crois (ou une détermination plus forte que la mienne).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être faut-il simplement attendre le bon moment mine de rien...Attends j'entends Keisha qui arrive...

      Supprimer
  17. Keisha est là, tu penses bien! Et elle pense fortement à toi, Aifelle, depuis qu'elle a lu un bouquin sur la lecture et Proust, et est actuellement dans Un été avec Proust.J'ai même été voir combien de pages pour la suite A l'ombre des jeunes filles en fleurs (non, il ne rentre pas dans le challenge de brize, trop court)(bien la première fois qu'on doit trouver Proust trop court). Bref, je suis à deux doigts de craquer pour la suite de ma lecture décennale de Proust (c'est comme les crues, c'est décennal)
    Galéa, je t'envie presque d'avoir encore à découvrir des splendeurs, tu vas te régaler! Mais sache qu'à chaque lecture, comme on a oublié des détails, on redécouvre.Oh la la quand je pense à tous ces personnages dont tu vas faire la connaissance!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah qu'est ce que je disais, je t'entendais arriver Aifelle ;-) J'ai offert un été avec Proust à Val l'année dernière, je crois qu'il est vraiment chouette ce livre. Tu relis Tout Proust Tous les 10 ans vraiment ?
      Je suis très heureuse tu sais de le découvrir maintenant....
      Merci de ton enthousiasme Keisha.

      Supprimer
  18. Tu m'as vraiment donné envie de le lire, j'irai le chercher dans les étagères à mon prochain passage à la bibliothèque (mais faut déjà que je trouve le temps de finir ceux que j'ai.....)
    Plein de bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut choisir le bon moment finalement, je serais curieuse d'avoir ton point de vue mine de rien.

      Supprimer
  19. Me voilà ravie, enchantée, comblée par ce billet qui me va droit au cœur. Mon cher petit Marcel t'a conquise ! Je suis comme Keisha, je t'envie d'avoir encore à découvrir Albertine, le baron de Charlus et tant d'autres. Tu vas encore en avoir de la méchanceté, de l'ironie, de la tendresse, de la sensualité et de la jalousie. La Recherche est si riche, si merveilleuse, si poétique qu'il devrait être interdit d'en avoir peur ! Un ami l'a commencé récemment et il adore aussi alors qu'il avait peur de s'y plonger. Le problème c'est que vous me donnez une forte envie de faire un tour du côté de chez Swann ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais tu sais c'est vrai qu'on ne s'attend pas du tout à une telle richesse en fait....La Recherche n'a pas l'image qu'elle mérite auprès du grand public...

      Supprimer
  20. Ha la la, ta chronique que j'aie lue deux fois est vraiment géniale...quel talent et je ne dis pas ça pour te flatter !
    J'avais envie de le lire, j'ai plusieurs fois failli prendre le livre en librairie...maintenant je vais le faire, d'ici Noël ce sera fait et j'espère bien entendu y trouver du plaisir si j'arrive à rentrer dans cet univers.
    Merci pour la dédicace, elle me touche...j'ai de la chance avec la blogosphère...
    Ce qui m'étonnes en fait dans ce que tu dis, c'est le côté moderne de la prose de Marcel, j'imagine ça comme poussiéreux même si le désuet me plait beaucoup en littérature en général.
    A suivre donc en ce qui me concerne !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention, soyons honnête, c'est écrit à la façon du XIXe siècle, des phrases longues et construite, mais si on lit profondément, ça passe tout seul, il faut vraiment accepter l'immersion en fait ;-) M'est avis que tu devrais bientôt voir un petit Marcel....

      Supprimer
  21. Je fais partie de celles qui aiment beaucoup les classiques mais qui fuient Proust, par peur de l'ennui, de la longueur du roman peu enthousiasmant. Mais finalement, tu vas finir par me faire changer d'avis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il m'a fait peur hyper longtemps tu sais, sans la clique des proustiennes, je serais passée à côté.

      Supprimer
  22. Quand je préparais le CAPES (année 2007 il me semble) je me suis fait la promesse de lire la Recherche si j'obtenais le fameux sésame.
    Été 2015, titulaire depuis 8 ans de ce concours qui me faisait si peur, je n'ai toujours pas honoré ce contrat moral avec moi-même.
    La littéraire que je suis a découvert Proust au lycée pour le détester avant d'être fascinée par ses écrits à la fac.
    Tu me rappelles que j'ai une promesse à tenir... Joli billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle est belle ton histoire Moka...Je m'étais promise de m'y coller si j'arrivais à avoir un troisième bébé, ce serait la saga de ma grossesse, comme quoi on fait tous des marchés avec le sort concernant Proust ;-)

      Supprimer
  23. As-tu relevé ce moment de son récit où Proust brosse le portrait d'un type qui pourrait être à rayures ? ça m'avait beaucoup marqué, à la lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans le tome 1 Aliénor? Je serais passée complètement à côté de cela ? Il faut qu'on en reparle...

      Supprimer
  24. Lu il y a trop longtemps, j'étais trop jeune pour en percevoir tout le sel. Il faudrait que j'y retourne...
    Et puisque je vois que tu mets Proust entre les mains de tes filles, je ne saurais trop te recommander un superbe album que mon cadet a adoré : La madeleine de Proust. Je te mets le lien
    http://www.cleditions.com/La-Madeleine-de-Proust
    Extra à lire en famille !

    RépondreSupprimer
  25. Moi qui cherchais une bonne raison (et de la motivation lol) pour le lire, c'est plus que réussi. Comme toi, il me fait un peu (beaucoup peur) mais après ce billet, plus le choix et surtout trop envie de me plonger dedans ^^ Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors là Alexielle, tu me flattes carrément ....

      Supprimer
  26. Bon alors là, Galéa, tu as trouvé l'Argument pour que je me lance avec Proust puisque cette année, j'ai rejoint le clan des Modianettes...
    Ps : suis entièrement d'accord avec toi pour la question du robot ménager...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me fallait le déclic, je l'ai eu. Mais tu verras, les derniers passages sont vraiment étonnants pour qui connaît un peu Modiano. A un siècle d'écart, c'est fou comme ils sont proches dans leur manière de parler du temps qui passe. J'ai hâte de t'entendre la-dessus Balabolka.

      Supprimer
  27. J'ai lu Proust à la fac. Le temps retrouvé, le dernier. Ce n'était évidemment pas la meilleure façon d'appréhender l'ensemble de "La recherche" et les phrases de 15 lignes sans point m'ont épuisé. Du coup je n'ai jamais eu envie de retenter ma chance mais qui sait, avec l'âge, j'y reviendrai peut-être un jour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais que je reste convaincue que faire découvrir un texte par des extraits (hors incipit) ou une saga par un unique volume (hors le premier) est une hérésie....donc je comprends ta réaction ;-)

      Supprimer
  28. Comme toi j'ai découvert Proust assez tard (l'année dernière !) et je suis tombée sous le charme de ses souvenirs d'enfance si désuets ... J'ai moins apprécié l'histoire du béguin de Swann pour Odette cependant ... Je suis contente que tu aies aimé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecoute j'ai trouvé cette histoire tellement sensuelle et passionnelle que j'ai adoré, je m'attendais tellement à de la naphtaline que cette Odette de Crécy a été une excellente surprise ;-)

      Supprimer
  29. (J'ai le droit de dire que je n'aime pas Proust...? OK, je sors...) (Parce que ton billet, là, il serait presque capable de me faire changer d'avis, j'ai dis presque...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu as largement le droit, il suffit de ne pas le lire au bon moment, et on passe à côté.

      Supprimer
  30. Eh bien ! Si après la lecture de ton billet personne ne lit Proust, ce sera incompréhensible ! Amazon doit se demander pourquoi d'un seul coup ils ont autant de commande ;)
    Bon, il va falloir que je m'y mette aussi alors. Je l'ai acheté quand Attila et Malika l'ont lu, je l'ai mis sur ma table de nuit quand tu l'as lu, il est sans doute temps de l'ouvrir moi aussi mais vu le temps que je passe à lire 200 pages, je m'interroge quand même sur ma disponibilité mentale.
    Et j'espère que ma minette aura autant de bonnes idées de cadeau d'anniversaire que ta rayures (parce que son papa, il est vraiment pas doué :p )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rho Estelle, si les blogueurs étaient influents sur le marché du livre et sur le CA d'Amazon, ça se saurait ;-) mais merci de flatter mon égo. J'ai vraiment hâte d'avoir ton avis mine de rien, Proust c'est révélateur de quelque chose. Pour ma grande fille, a la fin di produit pour enfants, c'est marqué que ça aide les adultes à retrouver l'enfant qu'ils ont été...je crois que ça a été déterminant (et j'avais un peu insisté aussi)
      Oui je suis machiavélique....

      Supprimer
  31. J'aime beaucoup le résumé que tu fais d'une partie du roman, ce type classe qui tombe amoureux d'une grue (une grue pas sympa pour deux sous d'ailleurs). Mais tu sais, je pense que ce n'est pas parce que Proust n'a jamais touché une fille qu'il n'a pas éprouvé la jalousie maladive et le désir. Par contre, c'est sans doute parce qu'il n'a jamais eu envie de toucher une fille qu'il rend les femmes si antipathiques.
    Encore un billet que j'aime, parce que Proust, parce que ta fille, parce que ta soeur... et parce que toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais je ne dis pas cela Val, je dis juste qu'il a le vocabulaire d'un rat de bibliothèque qui ne va pas souvent draguer en boite, mais justement, c'est ce qui est formidable dans ce premier tome. Et tu sais que tu n'y es pas pour rien si je me suis décidée ...

      Supprimer
  32. Alors ma chère Galéa, merci pour ce billet aussi succulent que l'odeur des madeleines. Je ne pense pas lire Proust, mais je lirai tous les billets que tu y consacreras !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecoute, au moins tu as le mérite de la sincérité ma chère Sido. Tu me flattes tu sais ;-)

      Supprimer
  33. Sacrée Galéa qui glisse son Modiano chouchou même chez Proust :)) mais en plus tu n'as pas tort ! De mon côté j'adore aussi tout le côté critique vachard de ses contemporains, les Verdurins sont franchement à mourir de rire, par exemple. Proust c'est vraiment un univers mais quand on parvient à y entrer c'est assez fabuleux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout chez Proust tu veux dire, je pense que c'est le classique qui se rapproche le plus de mon moderne chouchou.
      Rho oui les Verdurin, écoute, je me suis totalement régalée, il y a tellement de choses qui ne changent pas ;-)
      Merci de ton comm Sandrion.

      Supprimer
  34. J'avais encore plus adoré le deuxième "à l'ombre des jeunes filles en fleurs" et le dernier qui donne du sens à l'ensemble. Si tu continues fais moi signe , je relirais bien le 2 avec toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'ici 15 jours je pense, ça t'irait pour une LC ?

      Supprimer
  35. Ça s'est du pavé de l'été !!! Chouette que ta miss pense à ta faire ce genre de cadeau :-) J'avais essayé Proust puis abandonné car je ne parvenais pas à le finir avant de de voir le rendre à la bibli... Il faudrait que je me l'achète ! En tous cas tu en parles très bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Céline, je crois que j'ai eu la chance de le lire au bon moment ...et ce n'est pas un détail vraiment.
      On a un peu aidé ma miss, il faut l'avouer.

      Supprimer
  36. J'avais échoué à entrer dedans il y a quelques années (je préfère ne pas compter... j'étais jeune et belle...). Ton billet me donne envie de réessayer:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, j'avais raté le coche au temps de ma splendeur ...quelques varices et une tête de déterrée et tout de suite ça passe mieux . Tu me tiendras au courant.

      Supprimer
  37. J'avais ressenti ce même émerveillement en découvrant Proust il y a quelques années. Et pourtant, je n'ai pas poursuivi immédiatement. Ton billet donne envie de tout reprendre... Bon, celui-là, il va peut-être partir avec moi au bout du monde !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wahou Proust en lecture de bout du monde, ça a de l'allure quand même....

      Supprimer
  38. Aïe aïe aïe, jamais billet sur Proust ne m'a autant donné envie de me noyer enfin dans ses oeuvres. Il se pourrait donc que j'en fasse mon classique 2016. (En espérant que Keisha ne repasse pas par là pour me prendre au mot)Bravo pour cet exploit car je m'étais déjà résignée au fait que ce livre serait un des classiques que je ne prendrai jamais le temps de lire de ma vie (hélas hélas, mais PAL, LAL et autres tentations oblige), et que ce n'était pas grave au fond.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un truc je crois qu'on s'est tous dit à un moment, qu'on passerait ) côté et que ce n'était pas si dramatique...et puis à un moment , il y a un déclic, quelque chose qui se produit....
      Je laisse donc Keisha te pister...

      Supprimer
  39. J'ai honte ! Je ne garde aucun souvenir particulier de ce côté de chez Swann lu il y a quelques années... Hmpf...

    RépondreSupprimer
  40. Lorsque j'ai relu ce premier volume il y a deux ans, je me suis sentie incapable d'en parler, incapable de raconter. Parce que oui, Proust a le don de m'ôter les mots de la bouche tant il atteint à mes yeux le summum de la perfection stylistique ! Alors mille bravos pour ce billet qui me donne envie de me remettre à ce deuxième tome que j'ai quitté l'été dernier :)
    À eux seuls, la madeleine, les fleurs de l'église de Combray et la petite phrase de Vinteuil méritent largement d'être reconnus d'utilité publique !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me flattes ELiza, et oui effectivement ces trois choses là sont des monuments littéraires à eux tout seuls ;-)

      Supprimer
  41. il est fantastique ton billet, tu devrais intervenir dans les collèges et lycées :) Merci pour Proust! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouh la Violette tu préjuges de mes talents à l'oral, mais tu me fais très plaisir ;-)

      Supprimer
  42. quel bel article!
    J'avais commencé, et puis j'ai abandonné... et voilà que tout d'un coup, j'ai une folle envie de m'y remettre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois vraiment qu'il y a une question de moment et de maturité, mieux vaut ne pas être trop jeune....

      Supprimer
  43. J'ai adoré grâce à un prof de fac qui nos en faisait la lecture !!! On ne soupçonne pas à quel point les lectures offertes par les enseignants peuvent laisser des traces indélébiles...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors là je suis bien d'accord, je garde une reconnaissance éternelle à ma prof de français de seconde qui m'a fait découvrir Aragon....

      Supprimer
  44. "Soyons honnêtes Proust est éblouissant, même en 2015."
    Comme vous avez raison. Et ce n'est pas Christine Angot qui lui fera de l'ombre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rho là non!!!! Vous êtes assez perfide Drouin, mais après La Grande Librairie de jeudi dernier, je ne peux pas vous donner tort.

      Supprimer
  45. J'ai commencé plusieurs fois des livres de Proust, je ne suis jamais allé jusqu'au bout, même si j'ai tenu assez longtemps.... mais ton beau billet me redonne envie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je serais flattée que tu t'y remettes un peu grâce à moi Yv ;-)

      Supprimer
  46. Joli billet, en espérant qu'il réussisse à convaincre les personnes visées, je sais pour ma part que je lirai Proust un jour, sans doute pas dans els années à venir (faut pas déconner je me suis lancée dans la lecture des Rougon-Macquart dans l'ordre d'abord) mais je le lirai.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'étais exactement dans le même état d'esprit et puis un jour c'est devenu évident.

      Supprimer
  47. Des idées de tags proustiens : #MadeleineForever #PetitePhraseDeVinteuil #VerdurinTsoinTsoin #CettePoufdOdette #UnAmourDeSwann.. #LongtempsJeMeSuisCouchéDeBonneHeure #Maman ;)

    RépondreSupprimer
  48. Superbe billet ! J'avais hâte d'avoir ton ressenti sur Proust, vu que nous avons quelques goûts en commun ;-) J'ai lu ce premier volume mais je n'ai jamais pu aller plus loin, et du coup tu me donnes sacrément l'impression d'avoir manqué quelque chose. Je vais peut-être y revenir, si je trouve le temps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'on a stock de gout en commun Papillon ....Je vais bientôt attaquer le 2

      Supprimer
  49. quel très très joli billet ! je découvre ce blog et comme ça tombe bien pour moi qui suis justement en train de lire le "dictionnaire amoureux de Marcel Proust"... Pour te donner encore plus envie de lire la suite (aaah ces pages sur le couple Guermantes, quelle poilade ;) écoute aussi les deux émissions que Guillaume Gallienne avait consacré à La Recherche dans son émission "ça peut pas faire de mal" sur France Inter.
    Bonne lecture !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sur Isabelle, je les connais, et ça m'avait sacrément donné envie de m'y mettre ;-)
      Merci de ton message.

      Supprimer
  50. J'ai très envie de découvrir ce monument de la littérature française, elle est entière dans ma bibliothèque à m'attendre, mais je dois dire que je n'ose pas...je l'avais commencé une fois, mais à un très mauvais moment et je m'étais arrêtée au bout de 50 pages...mais ce que tu en dis me donne vraiment envie de m'y remettre...pas tout de suite, mais peut-être en 2016!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je crois vraiment que le moment est important ;-) tu me tiendras au courant Accalia

      Supprimer
  51. Coucou,
    Je découvre avec bonheur votre billet aujourd’hui. Oui, je sais, j'ai quelques années de retard. Mais, s'agissant de Marcel Proust, l'intemporalité est de mise, n'est-ce pas ?
    Grande année pour moi : l'année 2017 sera Proustienne ! Le défi est le suivant : lire les 7 ouvrages que compte l'oeuvre d'A la recherche du temps perdu.
    A date, j'en suis du côté de Guermantes. Plus je lis, plus j'apprécie les mots, le style. L'effort de concentration exigé en début du côté de chez Swann laisse place à une lecture fluide et agréable.
    J'engage ainsi, vos lecteurs à persévérer ♥ Au fil des pages, le lecteur s'imprègne de l'univers de Marcel Proust, en savoure chaque détail et j'imagine que c'est de cette manière-ci que l'on devient fan ♥
    Si cela vous intéresse, pour tenir mon "défi" personnel, j'ai même crée une chaîne booktube avec la ferme intention de présenter en vidéo mes impressions proustienne.
    Au plaisir d'échanger avec vous.
    Bien cordialement.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés car je n'accepte que les remarques qui encensent mes billets ou qui crient au génie.
Merci de votre passage
(je plaisante!! La modération est activée pour échapper aux vérifications diverses et variées dont tout le monde sature ;-)