jeudi 19 mars 2015

Les Eclaireurs

Antoine Bello, Les Eclaireurs (2009)
Folio, 2012, 489 p.
(qui dit LC avec Miss Léo, dit photo genre Miss Léo..
et vu que je n'ai pas de chat...)
Juste le temps d'une parenthèse islandaise avec Olafsdottir (et encore en est-ce vraiment une puisque Sliv est de Reykjavic?), le temps de débattre avec ma clique s'il y a -ou pas- un message libéral dans les Falsificateurs (je suis dans le camp du non), et je me suis retournée vers le tome 2, les Eclaireurs, ferrée que j'étais par les aventures du Consortium de Falsification du Réel.

Alors soyons transparent, je l'ai moins dégusté que le premier. D'une part parce que je n'avais plus l'effet de surprise (comme le dirait Attila), et d'autre part parce que mon intérêt pour l'actualité mondiale s'est arrêté en 1947 (je n'ai pas résisté à l'avènement de la Vème République). Depuis je suis le cours du monde de loin, hormis des événements ultra-traumatisants comme le 11 septembre.

Et justement, c'est bien avec le 11 septembre que s'ouvre ce roman, le jour où (pas de chance pour eux quand même) Maga et Youssef (les deux amis de Sliv) se marient au Soudan.

La quasi totalité du roman se déroule (grosso modo) entre l'attentat de 2001 et l'entrée en guerre de de l'Amérique contre l'Irak autour de cette histoire d'armes de destruction massive qu'on supposait que Hussein dissimulait dans son pays . Cela m'a rappelé les interminables conversations de cette époque, et je dois dis que j'ai vite saturé des diamètres des tubes, des containers d'uranium enrichi, de Bush, de Colin Powell etc...bien que Bello ait quand même réussi à marquer un point avec moi, en citant Kepel p.69 (cet universitaire qui nous donne l'impression d'être intelligent et de tout comprendre ).

Donc la trame des Eclaireurs s'organise autour de la possibilité de cette entrée en guerre (dont on connait l'issue), alors même que Sliv et ses amis se demandent quelle part le CFR aurait tenu dans le 11 septembre et s'il n'y aurait pas un traitre dans le Consortium... L'auteur en profite pour brosser une sorte de peinture de l'Amérique et du peuple américain, pas des plus tendres, assez pathétique sans être caricaturale, qui quand même, n'est pas très loin d'évoquer la lente décadence des institutions et  l'effritement des piliers fondateurs d'une nation. 

Mais ce qui est le plus palpitant pour moi est bien sûr ailleurs. 

D'abord, le personnage de Sliv me plait de plus en plus, avec une délicieuse  mélancolie venant avec l'âge et qui ne gâche rien: "J'avais perdu le contact avec presque tous mes anciens camarades et - pour quoi ne pas l'avouer?- je ne résiste jamais à une bouffée de nostalgie" (p.35). Dans mes bras Sliv! c'est un art de ne pas résister au souvenir triste du temps passé. On retrouve aussi Maga-la-douce et Youssef-l'intransigeant, Gunnar-le-mystérieux et Dgibo-le-chaleureux, Lena-la-glaciale et ...une nouvelle arrivée : Nina-l'idéaliste,  qui est absolument délicieuse !

Je défie n'importe quelle personne qui a, un jour, fréquenté une université en Sciences Humaines de ne pas la connaître: mais si rappelez vous, cette fille qui s'insurge contre toutes les inégalités de l'univers, qui croit changer la donne en descendant dans les rue ou en faisant tourner des pétitions, mais si!, celle qui voit le monde en noir en blanc et qui nous fait culpabiliser de penser à nous. Nina est merveilleuse, et pour moi, elle incarne la grande réussite, discrète mais prégnante, de cet opus. De la même manière que Mathilde avait été mon numéro complémentaire du tome 1, Nina est mon bonus du tome 2. J'aime les arrières-plans soignés.

Et je défie n'importe quel lecteur de ne pas hurler de rire sur la scène pp. 34 à 40. Parce qu'au delà du ridicule de ses convictions inébranlables, le personnage de Nina pose la question de savoir, si après 30 ans, on peut se vanter d'avoir encore ce nécessaire fond de révolte aux injustices. (Enfin celles qui ne nous concernent pas directement). Sliv (comme le lecteur d'ailleurs) a peut-être besoin de Nina pour ne pas finir complètement cynique.

Mais surtout dans les Eclaireurs, on apprend la finalité du CFR et cela n'a pas de prix; sans rien déflorer (c'est difficile du coup), je peux dire que le dénouement est à la fois philosophique et humaniste. Bello réussit la prouesse de nous dire que les convictions des uns et des autres, aussi contradictoires et radicales soient-elle, nous protègent les uns et les autres. Il nous le dit, mais intelligemment, sans nous l'amener sur un plateau. Ceci dit, comme chacun sait, je fuis les bons sentiments, Bello ne semble pas être non plus un naïf sur le genre humain. Il nous montre que les ego surdimensionnés ne sont pas seulement pénibles, ils sont aussi dangereux. Peut-être que la vraie gangrène du monde c'est la vanité finalement...

Je ne veux rien dire de trop, mais si le coeur du livre m'a moins emballée que le premier, le dénouement lui est en revanche très supérieur, avec toujours pas mal de suspens, de retournements improbables  mais crédibles, de l'humour comme je l'aime et du fond dans le propos.

Ce tome dont il est difficile de parler en respectant celui qui ne l'a pas lu est une lecture que je suis heureuse de partager avec Miss Léo (que je ne félicite pas d'avoir triché à mon énigme de dimanche...c'est moche Léo).
Je reviens bientôt avec les Producteurs (en courant derrière ma clique) , troisième et dernier tome de la série dont je redoute autant que j'attends l'ultime dénouement...
Résolution de la photo du mois (j'en profite)
 Oui c'était bien le cadran solaire  sur un front de mer nommé Rauba Capéu
(là où les chapeaux s'envolent dans le texte)
Photo prise après l'orage quand le soleil revient et fait briller les chiffres mouillés
(Fin de la minute #JeMePrendsPourlOfficeDuTourisme)



35 commentaires:

  1. Donc j'avais bien trouvé un cadran solaire mais je ne voyais pas le lien avec les chapeaux !!!! maintenant je sais ! bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. voilà, c'était vraiment de l'ordre de l'anecdote ;-)
      Grosses bises ma Phili

      Supprimer
  2. j'ai lu plusieurs fois "Les falsificateurs" et "Les éclaireurs" , qui font partie de mes livres préférés, mais lire tes billets me donne vraiment envie de les relire encore une fois!! vraiment hâte de lire "les producteurs"!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon ! Carrément, punaise tu n'as pas traîné, je relis rarement des livres dans un délai aussi court (je crois que les éclaireurs est de 2009...), bon je vais aller lire ton avis sur les Producteurs.
      Des bises

      Supprimer
  3. Très jolie photo ! ;-) Et comme toujours, ton billet est parfait. Tu as raison d'insister sur Nina, qui est un personnage que j'ai moi aussi adoré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu veux ma Léo on se fait les Producteurs en Billet commun aussi ?

      Supprimer
  4. Pour lire le 3 (bientôt j'espère) il va falloir se remettre dans le bain, donc merci!!! Le deuxième m'a moins passionnée (quoique)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui et c'est étrange parce qu'autour de moi certains ont préféré le 2 au 1

      Supprimer
  5. je n'ai jamais lu cet auteur...

    RépondreSupprimer
  6. Ta photo surprise était parfaite, je n'avais pas trouvé. Et je ne sais laquelle est la plus jolie : celle d'aujourd'hui ou celle de la semaine passée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celle de la semaine dernière, car les chiffres brillaient davantage sous la pluie Alphonsine.
      Des bises

      Supprimer
  7. Comment continuer à être motivée pour écrire sur mon blog quand je suis admirative ( éblouie, scotchée et un brin jalouse ) de chacun des posts que tu écris ? Tu me fais rire tout en me donnant l'envie... j'adore te lire, sans flagornerie aucune !
    Reste à lire ces Bello à présent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nan mais ça va pas SIdo franchement? Ton affection pour moi t'aveugle chère amie...Jette-toi sur Bello et on en rediscute
      Des bises

      Supprimer
  8. J'attendrai que "les producteurs" soit sorti, comme ça, si je suis aussi passionnée que toi, je n'aurai pas à attendre :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas bête Aifelle, mais tu peux déjà voir si tu accroches aux Falsificateurs ;-)

      Supprimer
  9. Nous sommes à 8 donc je peux commenter ....:-)
    Et je ne te dirai qu'uqu'une chose : dépêche toi de lire le 3 qu'oon puisse en discuter !!! Je ne tiens plus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fait!!! Effectivement, je dois encore y réfléchir...

      Supprimer
  10. Nous sommes à 8 donc je peux commenter ....:-)
    Et je ne te dirai qu'uqu'une chose : dépêche toi de lire le 3 qu'oon puisse en discuter !!! Je ne tiens plus !

    RépondreSupprimer
  11. Je garde un excellent souvenir de ces deux opus, tout en m'étant plus délectée du premier (la mise en place de l'intrigue est vraiment géniale). Mais ça date un peu, il va falloir que je me rafraîchisse la mémoire si je veux lire le troisième...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non toi aussi Céline ? Super, je vais guetter ton avis sur les Producteurs alors.
      Bisous

      Supprimer
  12. Mais dis donc tu es vraiment accro !!! Je ne note pas de suite car j'en ai trop en stock mais ça m'intéresse !
    Bravo pour tes photos, ton intrigue (j'avais loupé), tu es forte ! Je n'aurais jamais deviné que c'était un cadran solaire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui enfin sous cet angle, ce n'était pas simple non plus Aspho ;-)
      Tu me fais trop de compliments, je vais prendre la grosse tête ;-)
      Des bises et prends soin de toi

      Supprimer
  13. J'aime décidément beaucoup la façon dont tu traites les lumières et les contrastes...
    Et la perspective, aussi.
    Sinon, non, je n'avais pas trouvé, mais je n'ai pas mis les pieds à Nice depuis l'année de mes 15 ans, tu imagines que les souvenirs qu'il m'en restent sont flous...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui mais ce sont les meilleurs les souvenirs flous
      Des bises Aliénor

      Supprimer
  14. J'ai lu ce billet et même si de prime abord ,le livre m'est inconnu et ne m'attire guère, j'ai vraiment pris plaisir au texte quand il y a toutes les impressions personnelles autour des personnages...et là , vient comme un regret de n'avoir pas sous la main , le premier tome pour voir ....
    Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui Hécate, essaie le premier tome (quoique l'Homme ait préféré le deux ici)

      Supprimer
  15. J'ai déjà croisé ce titre quelque part. Une étagère familière. Je l'emprunterai à l'occasion...

    RépondreSupprimer
  16. Bon je dégage en touche directement...mais tu ne m'en voudras pas, tu sais on a tous des préjugés.
    J'ai connu un personnage comme Nina...à la fac des sciences sociales...pas humaines...personnage attachant.
    Visiblement ce livre t'a vraiment plu mais je t'ai connue plus enthousiaste dans tes chroniques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai je l'ai moins aimé que le premier tome. Alors que finalement certains ont préféré ce tome-là. Tu sais MTG c'est ce que j'ai lu de mieux depuis un moment quand même, et je suis totalement Belloaddict ;-)
      Belle journée l'ami

      Supprimer
  17. Il faut vraiment que je découvre cet auteur ! J'ai la disparition d'Emilie B. dans ma PAL si mes souvenirs sont bons...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. moi aussi, je ne vais pas tarder à l'attaquer

      Supprimer
  18. Je suis en plein dedans et je dois dire que je me pose des questions :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il souffre de la comparaison avec le premier, mais tu verras la finalité est vraiment belle.

      Supprimer

Les commentaires sont modérés car je n'accepte que les remarques qui encensent mes billets ou qui crient au génie.
Merci de votre passage
(je plaisante!! La modération est activée pour échapper aux vérifications diverses et variées dont tout le monde sature ;-)