lundi 9 octobre 2017

Mon immersion #4

Je m'appelle Galéa, j'ai 38 ans, j'étais plus ou moins addict aux réseaux sociaux,
Je suis abstinente (sur FB et IG) depuis 47 jours.

Je considérais être arrivée au bout de ma désintoxication 2.0 (c'est à dire que je ne suis pas retournée sur FB et IG, hormis la page du blog, mais j'ai repris twitter en douce pour être au courant de ce qui se passe dans le monde et pour suivre les blogs).

Je pensais donc m'arrêter là, quand j'ai reçu un mail du service du CHU. La prochaine séance serait donc à "ciel ouvert", c'est à dire en extérieur pour que nous puissions "reprendre contact avec le réel" . Oui rien que ça. Cela consistait à se retrouver dans un café, un vendredi soir à 18 heures ( heure bâtarde s'il en est: trop tard pour un thé, trop tôt pour un apéro).

J'ai donc renvoyé un mail où je déclinais. En me servant honteusement de mes 3 enfants comme prétexte, j'ai expliqué que c'était impossible pour moi, car c'est l'heure maudite, où je suis seule à gérer avec une bienveillance en deuil, les douches, les devoirs, les heures de colles, les histoires de copinages du collège, les gammes de violoncelle (saleté de position du pouce)...donc 18h, désolée, merci mais non merci.

Sauf qu'en réponse, on m'a dit que ce serait, si tout se passait bien, mon ultime séance, rapport à ma pathologie considérée comme modérée (tu m'étonnes vu les boulets).

J'ai donc du y aller, en espérant que cet effort surhumain marquerait la fin de ma thérapie.

Je suis arrivée évidemment un peu en retard, le mascara moyennement en place, la frange frisottant, avec dans mon sac des restes du gouter des grandes, le tout me donnant une allure franchement négligée. Ils étaient tous assis autour d'une table basse dans un bar totalement impersonnel, ni branché, ni ringard pour que toutes les classes d'âge se sentent à l'aise, et pour qu'on ne paie pas 7€ la consommation (j'ai tenté une photo mais j'ai eu peur qu'on s'en serve contre moi à l'avenir). Déjà mauvaise surprise, il n'y avait que des jus d'orange et des infusions sur la table, et Jean-Charles m'a prévenu "on ne prend que des soft hein ?" (RIP la bière que je me faisais une joie de boire à l'heure des bains).

La seule à côté de qui il restait de la place c'était évidemment Paméla (celle qui t'accroche comme une bernique en se pensant ta meilleure amie). Thierry, toujours dans les tons beiges est à côté de la dame pro-commerce-équitable (celle qui donne des leçons de moral à tout le monde). Je ne connaissais pas les autres, mais au total nous étions 7. Nous avons été sélectionnés pour cette séance parce que nous sommes ou avons été blogueurs à un moment (perso j'ai menti sur le formulaire, en disant que j'avais arrêté de bloguer après la naissance de Duracell, j'ai juste omis de dire que j'avais repris depuis).

"Vous êtes là réunis parce que le fait de bloguer a biaisé votre rapport aux réseaux sociaux, les pages FB, le nombre de like, les retweet, les partages etc...tout cela  a modifié le rapport que vous aviez à la communauté, parce que globalement vous aviez tous quelque chose à vendre".

Silence de plomb. Jean-Charles (qui est habillé d'une sorte de jogging -!- sans doute pour éviter que naisse toute ambiguité avec ses patientes - objectif largement atteint), Jean-Charles donc propose de faire un tour de table pour que chacun présente son blog (ou ce qu'il en reste).

Paméla commence fièrement par annoncer qu'elle a un blog lifestyle (je comprends qu'il s'agit d'un blog où on raconte sa vie et ses achats) avec tous réseaux confondus 9000 abonnés, un petit millier en moyenne de vues par jour, 3 billets par semaines, une dizaine de partenariats par mois etc...Je scrute les autres participants, en commandant (la mort dans l'âme) une menthe à l'eau. Ils hochent tous de la tête, pas franchement impressionnés (alors que moi j'hallucine). Thierry, comme on s'y attendait, alimente un blog d'opinion, ses chiffres claquent moins, mais bon ça reste le triple de ce que je faisais à ma période faste. Mme commerce-équitable tient un blog de "cuisine responsable" (on s'en serait douté),  puis se présente un blogueuse mode (qui cache bien son jeu tant elle est quelconque), une blogueuse famille (au secours purée), une blogueuse run (chouette ...mais en fait non, on voit qu'elle se la raconte même quand elle se tait) et un blogueur SEO (avec l'accent anglais) dont je ne comprends pas bien ce que ça veut dire mais je hoche la tête aussi.

Quand vient mon tour, je marmonne en toussant "littérature". Je sens bien qu'on évolue pas dans les mêmes sphères. Petit silence mi-gêné, mi-connivent.  A voir leur visages plein d'empathie à mon endroit, je me sens dans le même état que le dernier mariage où je suis allée, quand, au milieu des Mercedès et des Audi coupées,  nous nous sommes garés avec notre monospace français qui n'est plus si jeune (et dont j'ai déjà fait l'aile droite, embouti le pare-choque et rayé la portière passager). Je me sens à peu près dans le même sentiment de décalage, mais le pire est à venir.

Personne n'ose me demander mes scores (de toutes manières, j'ai dit que je l'avais supprimé), mais Jean-Charles poursuit sur sa lancée.

"Qui parmi vous n'a jamais quémandé des like, qui n'a jamais organiser des concours auxquels ne pouvaient participer que ceux qui partageaient votre page Facebook,   lesquels parmi vous n'ont pas inondé les fils et time-line de leurs followers en leur promettant des cadeaux pourris fournis par un sponsor qui ne servaient qu'à engranger des j'aime et des commentaires, qui n'a pas fait des demandes d'amis en cascade juste pour envoyer des invitations à aimer sa page ?".

Gros silence. Perso, je jubile. J'ai ma revanche, je me sens un peu comme l'incorruptible blogueuse du siècle, pour un peu j'embrasserais ledit Jean-Charles qui me regarde avec des yeux de veau. Je sirote très bruyamment ma menthe à l'eau, et je réponds un peu fort "moi, Jean-Charles! Je ne me suis jamais livrée à te telles manoeuvres"

-"Même pas pour faire gagner un livre de poche à 6€ Galéa ?
-"Même pas non.

Je savoure ma supériorité éthique; et j'entends derrière moi, une blogueuse famille qui me lance:

-" Oui enfin évidemment...une blogueuse littéraire"  elle rit bêtement ",je crois aussi que les blogueuses genre...heu...qui parlent des chevaliers de l'an 1000 au lac de Paladru, elles ne le font pas non plus, ou celles qui font de la peinture sur soie". Rires de fayots autour de la table. Dois-je me réjouir qu'elle ait vu un film de Resnais ou bien est ce que je l'attaque tout de suite sur son physique (et il y a de quoi) puisqu'elle vient de se moquer non seulement des gens qui lisent mais aussi de ceux qui ont fait des études d'histoire?

Mais à voir la tête des autres,  je comprends que la blogo littéraire, c'est la blogo du pauvre. Je vois les autres "patients" lever les yeux au ciel et la blogueuse mode, avec ses affreux ongles tigrés, pouffe carrément "Nan mais sérieux quoi!!! Un blog qui parle que de bouquins ?"

Je suis vexée comme un petit pou.

Jean-Charles qui sent que j'ai du potentiel en matière de frittage tente de calmer le jeu:

"Non mais Galéa, c'est juste que bon la littérature...non mais déjà la littérature c'est bien, c'est sûr il en faut, mais comment te dire, ce n'est pas ce qui génère le plus de flux sur les RS tu te doutes bien (j'ignore tellement sa présence qu'à un moment il va penser qu'il n'existe plus). Galéa, arrête de bouillir, ce n'est pas méchant, mais économiquement, tu comprends bien que bon, si tu tiens un blog littéraire, ça restreint beaucoup le public tu vois, personne ne peut te citer un blogueur littéraire connu, aucun d'entre vous n'est devenu secrétaire d'état par exemple (rire d'autosatisfaction communicatif au reste de l'assemblée), tu ne vas pas te faire sponsoriser par des marques de vêtement ou de puériculture, tu comprends, au maximum des éditeurs, enfin je ne sais pas, tu as déjà vu des foules se presser devant une librairie pour s'arracher un livre en solde? Non mais je plaisante hein...mais bon ça reste une niche assez marginale, tu comprends, mais ça t'honore d'avoir continuer malgré cela".

Dans ma carrière de perditude, je crois que cet épisode restera gravé à jamais dans ma mémoire. Je me concentre très fort sur un lampadaire, dans ma tête je compte jusqu'à 2 000, j'allume une cigarette en soufflant ma fumée bien fort pour tous leur donner le cancer, et je me dis que là, je devrais m'en aller, drapée dans ma dignité.

C'est alors que Paméla se sent obligée d'intervenir

"Nan mais attends Galéa il en faut pour tous les goûts aussi, je te comprends, c'est chouette de lire, moi j'aime bien aussi parfois, tiens par exemple là tu vois j'ai reçu le livre d'une blogueuse qui a fait une téléréalité avant de monter sa marque de thé, c'est drôlement bien, vraiment je le lis avec plaisir".

"Oui, oui c'est No Filter", rugit la blogueuse mode

Vu que je ne sais pas du tout à quoi elles font allusion,  je réponds :

"Certains blogueurs littéraires font ce que tu dis: les partages, les concours, les likes etc...hein, tu crois quoi, qu'on est trop stupides pour faire comme les autres?"

Rires contenus, puis moins contenus, puis carrément éclats de rires, j'entends des phrases genre "Tu crois que les blogueurs littéraires arrivent à en vivre toi ?", même Mme commerce-équitable est secouée de rire, Paméla tente de se contenir, et Thierry me regarde un peu désolé. Les autres tables nous regardent en souriant. Là de loin on passe pour une bande de copains qui rigolent joyeusement.

La blogueuse run m'assène le coup de grâce "C'est un peu facile de se la jouer détachée de tout ça quand on est sur un créneau qui n'intéresse personne". Saleté. 

Jean-Charles reprend la parole "Bon peu importe, je pense que Galéa, même à son échelle [vague de rires discrets autour de la table],  va pouvoir enrichir le débat, car si je vous ai réunis tous ensemble, c'est pour que vous compreniez que de toutes manières, le blog en tant que média, c'est complètement dépassé".

Silence de mort. C'est à ce moment là que L'Homme me harcèle de textos car il est seul avec les trois filles dont Duracell qui a décidé de manger ses lentilles à la fourchette (purée dans quel état vais-je retrouver ma cuisine?). Paméla, interloquée, regarde Jean-Charles avec les yeux du désespoir, Thierry semble résigné, Mme Commerce-Equitable fait une moue dubitative, M. SEO hoche la tête avec tristesse comme quelqu'un à qui on annonce un diagnostique qu'il sentait venir, la blogueuse mode réajuste son étole léopard en faisant non de la tête...On sent que ça pique pour tout le monde. L'Homme m'envoie que Numérobis à 39,7 et me demande s'il lui donne un doliprane. Je me dis qu'il est temps de lever le camp.

Mais, j'ai encore du tenir encore 1/2h avant de rentrer chez moi.

La question est: dois-je sur mon propre blog expliciter en quoi la blogosphère est devenue ringarde?

Ou bien  je fais comme si je ne m'étais pas rendue à cette ultime séance.

75 commentaires:

  1. Argh, que les blogs littéraires soient ringards, je pourrais m'en remettre, mais là, à entendre tes comparses, il semblerait que ce soit la littérature elle-même qui soient ringarde (sauf à parler de téléréalité !)et là, je bous aussi ! Heureusement que tu ne vas plus les revoir, sinon, je t'aurais chargé de leur dire leurs quatre vérités, à ces ploucs !
    Sinon, j'ai encore bien ri à ta manière de raconter, et au jogging de Jean-Charles ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je pense honnêtement que la lecture est considérée comme relativement vintage, et que ça ne vend pas vraiment du rêve, il n'y a qu'à voir comment sont considérés les enfants qui participent au club lecture du collège ;-) (j'ai appris qu'intello était une insulte chez les teen-agers) mais j'aime assez l'idée d'être à contre-courant finalement.
      Des bises Kathel

      Supprimer
  2. Oooh ce doit être une drôle de sensation d'être moquée par des cons... Je comprends ta rage,félicitations de t'être contenue. En plus tu as le don d'attirer les lecteurs par ta simple ferveur envers un livre. JC et sa bande de ploucs devraient te lire pour faire une cure de désintoxication mentale ! En tout cas bravo, tu n'es pas du genre à te laisser faire par un pseudo gourou de CHU puisque te voilà à nous racontertes aventures tordantes ( mieux vaut en rirequ,en pleurer !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De toutes manières, n'importe qui qui suit twitter a une idée de l'étendue d'une certaine bêtise finalement.
      PS: Mail bien reçu, je te réponds ce we

      Supprimer
  3. Que c'est drôle mais que c'est drôle ! Oui Galéa, je suis désolée mais j'ai vraiment rigolé en lisant ce nouveau billet. Car j'ai subitement eu une révélation existentielle : celle de ma non-existence totale. Je suis donc sur la voie de la zénitude parfaite :-) En effet, non seulement je tiens un blog littéraire, mais en plus je ne sais même pas combien de "vues" il fait par jour ou par mois. Je vois de temps en temps des courbes sur "blogger" que je ne regarde jamais de près. Pour couronner le tout, je me fiche comme de mon premier club des cinq des RS. Autant dire que je suis près de la non-vie.
    Je trouve que tu as été d'une patience qui t'honore car face à tant de stupidité, difficile de rester stoïque ! Cela m'a fait penser à la vendeuse qui, l'autre jour, dans un magasin d'une marque connue me ventait un vêtement en disant : "mais enfin, à la 'fashion weeeeeek', avec ça, vos collègues vont être mortes de jalousie". Ou quand on a la pensée aussi pleine qu'un cendrier vide... Courage Galéa, des bises et bonne soirée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais attends Margotte, c'est qu'elle a vu en toi la fille bien dans sa vie, bien dans son époque et à l'aise dans ses escarpins, pour penser qu'il fallait que tu tiennes ton rang à la fashion week, j'aime j'aime j'aime....on n'est jamais déçu par certaines personnes.

      Supprimer
  4. Et la blogo littéraire, n'en parlons même pas 😂. Plus ringard tu meurs. Non mais franchement, lire Modiano, c'est vraiment pas dans l'air du temps alors on s'en fout, non ? Et puis dans quelques mois, on ne sera pas ringard, on sera vintage 😬

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, la blogo littéraire c'est la blogo du pauvre !!!
      Par contre je te trouve dur, depuis 2014 il me semble que Modiano est dans l'air du temps (scandinave sans doute mais quand même)

      Supprimer
  5. Tu fais comme si nous n'avais rien entendu ! Punaise, je les aurais toisés avec tout le mépris dont je peux être capable ... en me faisant pipi dessus de rire en mon for intérieur. J'espère que tu exagères parce que sinon ils sont tous graves, à commencer par l'animateur. Il faut qu'il entame une cure de désintoxication sur le paraître et la frime.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais bien Aifelle que je n'exagère jamais enfin !!!!

      Supprimer
  6. Oublie ....ce sera sans mieux et surtout s'il te plait reprends ce blog si passionnant !!!
    La cuisine et la mode moi je n'y vais pas ..les livres si ....
    J'espère que pour Numerobis cela n'etait pas trop grave !
    Bonne soirée à toi

    RépondreSupprimer
  7. Dis donc, ça vaut sacrément le détour tes séances de sevrage !
    En tout cas, les ringards sont toujours aussi heureux de te lire :-D

    RépondreSupprimer
  8. Bonsoir,
    Je ne sais pas si cette aventure a un fond de réalité ou non, mais en tous cas, vous me faites bien rire !! Comment ça c'est dépassé les blogs ?? Moi qui ne me suis pas encore décidée à créer le mien... (je squatte chez les autres !) Bonne soirée et bonne continuation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Visiblement, trop de quantité au détriment de la qualité, trop d'offres, trop de vide...Du coup il ne resterait (tu notes que je parle au conditionnel) qu'une poignées d'influenceurs (oui c'est comme ça qu'on dit)
      A bon entendeur ;-)
      Belle journée Nathalie

      Supprimer
  9. Non mais je rêve, quelle suffisance ! Je crois que la sportive ou la modeuse aurait fini avec une menthe à l'eau dans le nez, paille incluse.
    Donc ça y est, c'est fini ? Reviens-nous !!!

    RépondreSupprimer
  10. Hahaha, cette rubrique "Mon immersion" est excellente ! Je me tape des barres de rire à chaque fois ! Bon, moi je continuerai à bloguer, et livresquement en plus, tant pis pour la ringardise.;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui la ringardise c'est aussi un moyen d'être heureux

      Supprimer
  11. Oh.....aucune hésitation.....Oubliez tout et restez avec nous .....Merci et douce nuit....Coco Vauzelle

    RépondreSupprimer
  12. Je découvre ce blog grâce à mon amie et collègue Céline (http://enlivrezvous.typepad.fr) et je lui dit merci car j'adore ton écriture et ton humour ! Je vais m'empresser de lire tout le reste. Sinon, j'étais persuadée que ce texte de désintox était pure fiction, mais au vu des commentaires j'hésite ... ou alors je n'ai rien compris ? une bonne âme peut-elle m'éclairer ? et Céline m'a vendu ton blog en disant que toi aussi tu aimais d'amour Benjamin Biolay ;-) Bonne continuation et vive les blogueurs littéraires ringards !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais ouiiiiiiiii! J'adore BB, même si je déplore sa participation à la Nouvelle Star, mais je lui pardonne. Merci de ton passage Christelle, à tout bientôt

      Supprimer
  13. Bah, la mode n'est qu'un éternel recommencement. Et non : ne supprime pas ton blog, ce sera dommage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alex, je ne peux plus aller sur ton blog, il me fait planter l'ordi à chaque fois, je pense qu'il y a un problème, je ne sais pas si je suis la seule (et vu que je n'ai plus FB j'espère que tu liras ce message), je vais essayer de mon téléphone.

      Supprimer
  14. Un créneau qui n’intéresse personne ? Ben tant pis alors pour personne ... M'en contre fiche !

    RépondreSupprimer
  15. Je crois que je suis la seule à être soulagée de la tournure de cette ultime réunion : j'ai cru tout le long qu'il te demanderait le nom de ton blog et qu'il irait y faire un tour. J'ai tremblé pour toi. Ceci dit, ça l'aurait peut-être calmé de lire qu'on peut faire de la littérature de tout, même de lui !
    Mais sérieux, c'est fini pour toi ? Tu sonnes le glas des compte-rendus désopilants ?
    Il vaut mieux rire de la bêtise humaine, au moins ça fait du bien pour les zigomatiques !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OUi, je pense que c'est fini ;-)
      J'espère que tu vas bien Alphonsine.

      Supprimer
  16. Diiis Galéaaa... tu vas en faire un livre, hein ? j'adore. Mais qu'ils sont chons tous ! Au plus ils le sont, au plus j'aime ! Retourne à la prochaine sollicitation et régale-nous par la suite !
    Puis une menthe à l'eau c'est triste. Demande la prochaine fois un diabolo menthe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne te cache pas que la questions si je prenais des bulles ou pas, m'a turlupinée.
      Merci pour tout Syl

      Supprimer
  17. Voila l'ultime preuve (mais en fallait-il une de plus ?) que tu n'avais pas ta place parmi ces frappadingues. J'espère pour toi que cette fois-ci cette (més)aventure est définitivement terminée ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime l'idée qu'on me considère saine d'esprit même si c'est pas comparaison ;-)

      Supprimer
  18. Ahahah !!! Ravie d'apprendre que je fais partie des prolos du blog, mais de toutes façons j'ai toujours adoré les trucs ringards ! Sans rire, c'est ce que je préfère parmi les blogs littéraires, ce côté convivial, en général sans trop de recherche de likes, de concours et cie, juste de partage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui enfin cela dépend lesquels, parce que même chez nous on en a qui passent leur temps à rechercher une notoriété, quitte à envoyer du pas terrible terrible (alors qu'un blog littéraire n'aura jamais la moindre chance d'atteindre les scores du lifestyle, visiblement )....Mais je ne citerai pas de nom, c'est pas mon genre (je suis foncièrement mauvaise).

      Supprimer
  19. L'avantage est que tu peux continuer à bloguer en toute impunité, personne du groupe ne tombera sur ton blog, même par hasard!! 😀

    RépondreSupprimer
  20. Rassure-moi, c'est une histoire que tu nous racontes depuis le début ! Si c'est vrai, j'espère que tu racontes tout à l'Homme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'Homme ne m'écoute pas beaucoup tu sais, c'est le problème des taiseux qui épousent des bavardes, ils sont obligés de trier les sons qui leur parviennent ;-)

      Supprimer
  21. Bonjour Galéa, j'espère surtout que numerobis va mieux. Merci pour ce moment distrayant tôt le matin au saut du lit. Je ris derrière mon écran. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce gentil commentaire Dasola, bonne journée à toi aussi.

      Supprimer
  22. Heu, que dire...que là ça part en vrille...cette rencontre autour d'un café n'a plus rien à voir avec le propos du début qui était la lutte contre l'addiction aux réseaux sociaux. Sauf que là, ton gourou parle des blogs et les blogs ne sont pas des réseaux sociaux, donc c'est hors sujet ! Et du coup, toi aussi, tu dévies du sujet de base...et ma foi, j'ai préféré tes 3 premiers épisodes...
    Ringards, vintage, oui et c'est ce qui est bien avec les livres !
    Donc, c'est fini ? Tu es libérée ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non le sujet c'est comment les blogs sites ou autres biaisent le rapport aux RS, et alors quand j'avais FB c'était vraiment flagrant la différence entre ceux qui avaient un blog à vendre et les autres...
      Désolée pour toi de ta déception, mais bon hein c'est comme ça, mon pauvre monsieur ;-) je ne suis pas maître du déroulé des séances.

      Supprimer
  23. Mouais, à force de se demander si cest du lard ou du cochon, beaucoup sont passés de l'autre côté du miroir avec toi 😏
    Une chose méritait vraiment d'être sue par tous, c'est que la position du pouce c'est pas de la tarte 😅
    Des bises d'une autre ringarde qui comme toi s'est posé trop de questions

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui on galère avec ce pouce purée de purée (l'audition est le 5 décembre, il va vraiment falloir s'y mettre là)
      Bisous copi)ringarde.

      Supprimer
  24. Bon j'espère que tout celà est faux Galea parce que le pathétique n'est pas là où ils le croient... Ces gens là existent vraiment ? Ce que je suis bien moi dans ma blogo ringarde... Restons comme nous sommes. Et surtout toi. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et puis nous sommes trop vieux pour changer maintenant

      Supprimer
  25. Bah, ils n'ont pas tort ces gens-là : les blogs qui parlent de livres n'ont jamais été ceux qui attiraient des foules. Mais du coup ils n'ont jamais eu (sauf exception...) ce côté bling bling prêt à tout pour exister. Ce qui ne nous empêche pas de bien nous amuser entre nous, non ? Je crois qu'il est temps que tu laisses tomber ce groupe, notamment ce JC qui m'a l'air d'être aussi psychorigide que peu informé sur la réalité des blogs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La blogo, en tous les cas, une partie de la blogo littéraire m'a tellement fait de bien et ouvert les horizons que pour moi c'est une évidence. Après je pense quand même qu'une partie de nos collègues ont beaucoup plus d'ambition qu'un simple échange sur leur blog, ce qui je trouve a été un peu lassant à un moment.
      Mais je me suis rendue compte combien tous ces échanges m'ont manqué pendant ma pause forcée.

      Supprimer
  26. Génial ! Tu peux continuer à bloguer sans être considérée comme une accro. Et merci pour les fous-rire que je prends en te lisant, une vraie thérapie !

    RépondreSupprimer
  27. Sauve qui peut, Galéa ! :-)


    Cela dit, le JC vient de toucher un nerf sensible chez moi en ce moment avec son « vous aviez quelque chose à vendre » en parlant de nos blogs.

    Etant donné que je cherche à monétiser mon blog depuis le début de l’année mais que pour ça il faut d’abord avoir une audience adéquate, je me débats depuis des mois avec les problèmes de visibilité qu’on a presque tous-tes ces derniers temps sur la blogo, et avec le fait que pour être visible il faut avoir tous les RS possibles et imaginables (alors que je m’en sors à peine avec les deux seuls que j’ai, FB et Twitter), qu’il faut faire du racolage en permanence, c’est-à-dire partager ses billets un peu partout, en espérant qu’on vienne les lire - et peut-être même, miracle parmi les miracles, les commenter ; et peut-être même, encore plus miraculeux, avec de vrais commentaires prouvant que les personnes ont réellement lu ton article, et ne l’ont pas juste survolé en laissant un commentaire générique.

    Je me débats aussi avec le fait que je ne vende "pas assez de rêve" et que si je refuse de modifier plein de choses dans ma façon d’écrire et de faire, et que je n’essaie pas d’entrer plus dans le moule (d’après la connaissance bossant dans le web-marketing-consulting-vendezdurêving qui m’a conseillée ces derniers mois – avant que je ne pète un câble le mois dernier et que j’arrête sa formation ^^), eh bien je n’ai aucune chance de pouvoir générer un revenu avec mon blog (alors que ce serait dans le prolongement de mon métier de rédactrice de presse écrite & web). Résultat : grosse déprime et panne bloguesque, je n’arrive plus à poster quoi que ce soit parce que chaque fois je me dis « à quoi bon, mon article ne vend pas de rêve et ne correspond pas aux attentes, personne ne va le lire alors que j’ai bossé des heures dessus et ça va me fiche le cafard » - voilà pourquoi mon blog est quasi à l’arrêt depuis cet été.

    Breeeef. Désolée. La phrase de JC a apparemment réussi à me faire vider mon sac. Il est fort ce JC, n’empêche ^^ !

    Sinon, effectivement, je ne connais pas de blogueurs littéraires français qui vivent de leur blog, en revanche on en trouve quelques-uns dans la blogo littéraire anglophone – donc si c’est possible.

    Et la blogueuse run n'a pas tout à fait tort, on m'a ces derniers temps reproché plusieurs fois d'être devenue obsédée par les performances du blog et de ne plus faire ça par passion, mais il faut comprendre que quand on travaille presque une centaine d'heures par mois sur son blog (écriture, correction, édition, mise en page, gestion des paramètres SEO et promotion) bloguer s'apparente à un vrai travail ; de plus la donne n'est effectivement pas la même quand on cherche à en vivre, ne serait-ce que partiellement. Avant moi aussi je m'en fichais des stats ^^

    Haha, le nerf est vraiment sensible en fait. Je ferais mieux d'aller en faire carrément un billet au lieu de pourrir ton espace commentaire avec mes états d'âme bloguesques !

    En tout cas, vraies ou fictives, peu importe, tu m'as bien fait rire avec tes aventures dans le monde merveilleux de la désintox virtuelle, merciiiiii !

    Et la littérature ne sera jamais ringarde, elle sera encore là quand Internet nous aura explosé à la figure <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Caro, ça ne va pas t'aider, mais comme j'ai adoré ton long commentaire, j'ai été voir ton blog, j'ai lu 2 articles , les plus récents et commenté ! Bref, je reviendrai fouiller pour voir ce que tu écris, je pense que ça va me plaire.
      Après, c'est certain que vendre du rêve avec les Juvélinia de Jane Austen...et espérer gagner des tunes avec, c'est carrément punk comme attitude et ça me plait bien ! Je crois que même hors littérature, arriver à vivre avec son blog est très difficile. Il peut servir à démarrer quelque chose, mais après il faut vraiment vendre quelque chose enfin je crois. Et puis, soit c'est un moisir, soit c'est un job et job et passion vont pas souvent ensemble, mis à part pour les artistes...:D :D
      Courage à toi !

      Supprimer
    2. J'adore ton comm Caro, et oui tu devrais en faire un billet, d'autant que j'ignorais que tu avais suivi cette formation, c'est très intéressant tout ce que tu dis, et ça me fait beaucoup réfléchir aussi. Tu ne vends peut-être pas de rêve, mais il y a (avait car bon) une vraie sincérité, un humour décalé, une résignation élégante sur ton blog.
      Si tu consacres une rubrique à cela sur ton blog, nul doute que tu boosteras tes audiences.
      J'espère que tu vas bien
      Des bises

      Supprimer
    3. MTG n'a pas tort effectivement, pour le côté punk

      Supprimer
  28. Je ne lis que les blogs littéraires, c'est grave docteur ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout dépend pour qui ...Merci de votre passage Adèle (quel beau prénom !!!!)

      Supprimer
  29. En fait, je ne comprends pas où est le problème dans le fait de ne pas attirer les foules. Non seulement dans l'absolu (c'est avant tout un plaisir d'écrire, un plaisir de muscler son esprit critique à l'égard d'une oeuvre et un plaisir de partager avec quelques happy few plutôt qu'avec de nombreux cons) ; mais d'autant plus dans la perspective de cette étrange thérapie : qui dit un blog qui n'a aucune visée mercantile et racoleuse, dit un blog qui n'a pas à être envisagée dans la perspective d'un réseau social addictif. JC devrait donc être content.
    Et puis, franchement, se faire traiter (indirectement) d'abruti.e par des abrutis, c'est un peu une manière de se faire brosser l'égo dans le bon sens, au final, non ? ;)

    RépondreSupprimer
  30. Non mais "allo quoi"!!! Tu ne vas pas te laisser déstabiliser par cette bande d'inculte bloguant pour les mauvaises raisons !! Tu vaux bien mieux que ça !! On s'en fout que ce soit ringard. Ce qu'on veut, c'est partager notre avis, discuter avec d'autres, créer des liens avec d'autres passionnés, non ? En tous cas, je suis encore interloquée que ce genre de thérapie existe. Je comprends...tu devais sauver ton couple mais quand même... je vais me renseigner, tiens, sur ce qui existe autour d'ici..biz Galéa, et bon retour sur IG ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sido, oui IG c'est tellement bien veillant comme support que finalement, ça fait du bien. Le tout c'est d'accepter d'être à contrecourant.hein, ensuite ça va tout seul.
      Des bises la voyageuse.

      Supprimer
  31. Je n’ai pas fait de blogotourisme depuis des lustres et je tombe là dessus... juste, je me marre 😊

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fanny de Fanny de quoi je me mêle?????? C'est toi ?

      Supprimer
  32. J'en conclus que le blog littéraire, s'il est plouc (profond soupir de lassitude), protège en tout cas efficacement de la tentation de franchir la ligne rouge, donc s'avère une activité saine pour l'esprit.
    Cela dit, j'ai un peu de mal à comprendre la position de JC. Si on peut vivre des autres types de blogs, ils deviennent une activité professionnelle. Si on est accro à son activité professionnelle, ce n'est plus tout à fait la même chose que d'être accro aux RS.
    Sinon, j'ai beaucoup ri de ton image du mariage et des voitures qui m'a rappelé une cérémonie où mon sac Liu Jo était placé entre un magnifique Birkin et un Chanel rutilant... mais voilà qui me donne une idée : et si je devenais une blogueuse mode ? ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que la blogueuse mode a plus d'avenir que nous ça c'est une évidence, mais le top est le lifestyle....Bref
      Sinon le probe!me c'est la manière dont on gère les RS quand on a soi-même quelque chose à vendre ou faire aimer aux autres...à mon avis. Parce qu'on est sur les RS en tant que personne, alors qu'au fond certains sont devenus des commerciaux d'eux mêmes.

      Supprimer
  33. Oh j'adore !!!! et si nous, blogueuses littéraires, faisions une apologie de la ringardise 2.0 ?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ringardise et perditude sont les deux piliers de ce blog Liliba ;-)

      Supprimer
  34. Perso je leur aurait envoyé ma menthe à l'eau dans la tronche... Et vive la blogo littéraire, ringarde ou pas ;-)

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés car je n'accepte que les remarques qui encensent mes billets ou qui crient au génie.
Merci de votre passage
(je plaisante!! La modération est activée pour échapper aux vérifications diverses et variées dont tout le monde sature ;-)