jeudi 17 août 2017

Mon immersion dans le service d'addictologie aux RS #1


Bonjour, 
Je m'appelle Galéa, j'ai 38 ans et je suis addicte aux réseaux sociaux.
Je suis abstinente depuis 2H.

Chers amis, je me suis rendue dans un service d'addictologie spécialisé pour les gens comme moi qui sont complètement sur-connectés aux réseaux sociaux divers et variés. J'ai décidé, la mort de l'âme (et poussée par l'Homme) de rompre mon lien avec les RS ("ton blog oui Galinette, mais sérieux tes RS ça devient flippant"). L'Homme en effet, trouve que je me fritte avec assez de gens comme ça dans la vraie vie pour ne pas en plus le faire sur mon téléphone. L'Homme est comme ça, il n'a pas d'adresse mail valide, trouve ça bizarre d'avoir des avatars de tous les côtés et a l'impression que je le trompe avec mon Iphone.

Soucieuse de sauver mon couple déjà éprouvé par 6 mois de travaux et un déménagement (plus Duracell qui ne dort toujours pas), j'ai cédé et me suis rendue dans un service spécialisé, dans un coin reculé d'un CHU poussiéreux, parqués à l'arrière du bâtiment comme si  nous étions contagieux (une infirmière nous a expliqué que c'était pour éviter qu'on contamine des gens qui avaient des maladies physiques et qui par définition étaient plus perméables à l'addiction numérique pour peu qu'ils aient un smartphone).

Nous étions une petite quinzaine, avec chacun de bonnes têtes de nolife. La salle de parole (oh Mon Dieu!!! je suis à présent une patiente!!) était privée de wifi et nous devions déposer nos téléphones et tablettes dans un panier à l'entrée (je me suis dis que si j'acceptais cela, je ne pourrai plus revenir en arrière). Il y en a une qui a essayé de resquiller en dissimulant un deuxième portable, elle a été au coin (à 27 ans ça fait quand même un drôle d'effet, elle m'a fait de la peine).

C'est un programme sur plusieurs mois, l'objectif est d'être complètement sevré à Noël, c'est-à-dire d'avoir complètement disparu des RS pour la nouvelle année. Ca me coûte un rein évidemment, rien n'est gratuit dans ce bas-monde. L'animateur est juste flippant, il n'a pas dépassé la mode des années 90, on se doute qu'il n'a jamais eu de portable puisqu'il nous confie qu'il va encore dans des cabines téléphoniques (je suis horrifiée), il ressemble vaguement à un gourou, et je doute de la propreté de ses cheveux.  Bref, je souffre.

Sois la bienvenue parmi nous Galéa, prendre conscience de son accoutumance toxique est déjà un grand pas, nous sommes là pour t'aider à franchir ce cap difficile du sevrage numérique. Ce ne sera pas simple, mais nous t'accompagnerons dans ta courageuse démarche.

Rien que ça me fait peur en fait. Le type commence assez light; avec des réseaux secondaires que je ne fréquente pas (Snapshat, Pinterest), il me félicite d'ailleurs devant tout le monde d'avoir résisté à ceux-là. Je me gargarise, je frime un peu, et prends la posture de la fille mature. Les autres sont jaloux de moi, c'est top. Chacun doit raconter sa propre expérience et l'un d'entre nous est tiré au sort pour convaincre les autres de disparaître d'un réseau social (je plains amèrement le deux premières désignées qui, des sanglots dans la voix, expliquent qu'il faut renoncer aux couronnes de fleurs et museau de daim). 

Il enchaine sur Instagram, chacun(e) raconte son expérience (et là je me rends compte que je suis une petite joueuse sérieusement, il y a vraiment des gens fêlés). C'est à moi de conclure sur la nécessité de se sevrer d'IG, je prends mon courage à deux mains devant une assistance déjà très éprouvée. Je sens monter en moi une vraie conviction:  "Instagram nous rappelle chaque jour qu'on a raté notre vie. Globalement si tu n'es pas à Bali (coucou Delphine) ou en Grèce (coucou Sido), tu as quand même le sentiment d'avoir fait les mauvais choix à un moment. Sans compter que tous ces appartements impeccablement rangés, ces enfants habillés et coiffés toujours nickel, ces couples dégoulinants d'amour, j'avoue de que ce n'est pas simple quand même de se dire que le monde n'est peuplé que de gens riches, beaux, heureux et bronzés qui vivent dans des décors de rêve". Salve d'applaudissements, je suis rouge de confusion. Mais le gourou a bien compris que j'étais une dissimulatrice.

-"Es-tu prête à te sevrer brutalement Galéa: à détruire ton compte pour toujours ?"

Non quand même pas, je dois récupérer les photos : 3 ans de portraits divers et variés de mes filles, ce n'est pas rien. Je vais donc y aller en douceur. (opprobre dans sa voix, au sujet de mes enfants, exposées sans leur accord, j'ai beau lui dire qu'à 18 mois, Duracell s'en fiche un peu, il me regarde avec mépris  : tu as jusqu'à Noël Galéa! - Je commence à me demander s'il ne recrute pas pour une secte).

Il enchaine sur Twitter, avec un geek de 40 ans qui nous explique qu'il rêvait d'être polémiste mais qu'il a fini expert-comptable, qu'il pensait vraiment déclencher des débats enflammés sur twitter, qu'il suit plus de 600 comptes et se gargarise de 400 followers (murmure d'admiration dans la salle). Il nous avoue qu'il est en train de douter de sa propre existence, "parfois je me demande si je ne suis pas dans le film de 6ème sens". Le geek nous avoue qu'il twitte dans le vide (un retweet de temps en temps, deux ou trois like), et qu'il se sent transparent. Il nous confie s'être demandé s'il n'y avait pas un complot contre lui parce qu'il était trop subversif (soupirs dans l'assistance) pour finir par reconnaître qu'il n'intéressait strictement personne (et oui). Applaudissements de compassion, petite accolade sur l'épaule. Le geek regarde le paniers à smartphone avec désespoir (comme nous tous).

On finit avec Facebook, et là, notre gourou est carrément hystérique:
- "Combien d'entre vous ont-ils passé des après-midi entières à défiler leur fil d'actualité pour ne pas lire un seul post d'intéressant, et vous ennuyer au lieu de faire des choses cons-tru-ctives ? (tout le monde lève la main)
- "Combien d'entre vous se sont-ils brutalement écharpés avec des gens qu'ils ne connaissent absolument pas sur des questions politiques, religieuses ou éducatives ? (Tout le monde lève la main, pour faire ma maligne je rajoute que je me suis beaucoup disputée aussi sur des questions littéraires, le gourou me demande de rester à ma place et de ne pas se la jouer l'intello de service).
- "Combien d'entre vous se sont-ils faits envahir sur leur mur, dégager sans préavis, bloquer par des presque inconnus....et combien d'entre vous ont-ils aussi fait cela chez les autres, combien élèvent leurs enfants avec les règles de politesse et se conduisent comme des bipolaires sur la Toile" (bon là c'est plus mitigé, je raconte que j'ai masqué la moitié de mes contacts par courtoisie et pour ne faire de peine à personne, je me prends dans la figure "ça ne montre pas que tu es courtoise, Galéa, mais juste que tu es lâche; et arrête d'intervenir à tout bout de champs dans la thérapie". Vexée, je suis a deux doigts de récupérer mon téléphone, de me connecter et d'aller chouigner sur mon mur.

"C'est ça le monde dans lequel vous voulez vivre?, vous avez tellement de temps libre que vous pouvez le consacrer à ça ?" hurle le gourou (moment de silence gêné, car il surjoue un peu l'exaspération, mais bon ça marche).

Personnellement, j'ai plein d'arguments à lui opposer, mais je ne le sens pas prêt à m'écouter, et si je me fait virer de la thérapie de groupe, j'ai peur que l'Homme divorce.

Ca se termine sur un pot de l'amitié (avec du jus d'ananas bio, visiblement on compte aussi nous sevrer de l'alcool par la même occasion), je brûle d'envie de fumer une cigarette mais j'ai peur des réprobations, j'ai déjà repéré deux autres patients qui me paraissaient chercher leur paquet dans leur sac (c'est réconfortant). Le gourou nous prend à part un à un et quand vient mon tour, il me dit "Galéa je sens que tu as beaucoup de choses à dire, à répondre et à justifier, la semaine prochaine, nous travaillerons sur les raisons profondes de vos vies parallèles, tu pourras t'exprimer, d'ici là, réfléchis à tout ce que l'on a dit aujourd'hui, j'espère que tu n'as pas un blog en plus ?".

J'ai simulé une quinte de toux (tout à fait crédible vu que je sens le tabac froid à 20 mètres). Mais la question c'est quand même celle-là: mon blog convalescent pourra-t-il tenir sans les RS? Peut-on exister sur la Toile sans soutien, je vais garder secrète ma page FB, parce qu'en plus j'ai peur qu'il me demande de couper messenger et whatsap, bref je tremble.

Prochaine réunion de groupe jeudi prochain. En attendant, ne vous inquiétez donc pas de ma disparition, (je sens que ce n'est pas gagné quand même). Je vous tiens au courant de la suite #PireQuarrêterDeFumer #MaVieSansRS.




PS: Juste un détail, parce que ça va mieux en le disant: ce blog est ce qu'il est mais il n'est pas libre de droits, ce que j'écris ici m'appartient, et ne peut en aucun cas servir d'inspiration à qui que ce soit, même en paraphrasant ce que j'écris, en l'adaptant ni même dans le but de me rendre "hommage" (surtout sans me citer ni me prévenir). Merci d'avance.

samedi 12 août 2017

Plonger

Je continue mon expérimentation digitale en publiant des billets quand il n'y a personne pour les lire. Je me suis dit que le week-end du 15 août (bientôt la Saint-Galéa #jdcJdr), quand tout le monde (même mes propres enfants) partent, reviennent ou sont encore en vacances, c'était vraiment une bonne date pour exister sur la Toile.

Donc, j'ai lu Plonger, sous des températures indécentes, en binôme avec une célèbre non-blogueuse avec laquelle j'ai comparé ma lecture, nous n'étions pas toujours d'accord sur Paz, et c'était vraiment chouette de se contrecarrer nos arguments via messenger (heureusement qu'on a renoncé à la politique toutes les deux).

Au même moment, Rayures a attaqué une crise d'adolescence force 7 qui la fait osciller entre Che Gevara et Pierrot de la Lune. Elle oublie de mettre des chaussures pour sortir mais  lui demander de vider le lave-vaisselle peut déclencher une révolution dans le foyer, entraîner des hurlements à l'injustice, voire une baston avec sa soeur. Numérobis n'est d'ailleurs pas en reste pour nous laisser pantois, puisqu'elle nous a très sérieusement annoncé qu'après réflexion elle comptait devenir prof d'art plastique à Vichy quand elle serait adulte. Vu qu'elle fait 5h de danse et 3h de musique par semaine, à 600 km des berges de l'Allier, forcément, on s'est demandé si ces activités (qui font de moi un esclave-taxi) étaient bien cohérentes avec ses projets futurs, elle nous a répondu "chaque chose en son temps". Ok.  Mais tout ne serait pas totalement formidable sans l'évolution du tempérament de Duracell, qui pour son jeune âge, présente des facultés d'imagination hors du commun quand il s'agit de ne pas dormir. Nos soirées sont donc égrenées de longues heures de chantage/menace/renoncement/acrobaties/ pour la faire rester dans son lit. Vu qu'elle ne parle pas du tout (à part "maman" quand elle a faim, et "non" pour tous les autres cas de figure) bien sûr la communication est relativement restreinte. En revanche, elle tape et mord très bien (à la crèche je suis officiellemment la mère du caïd du service des bébés - la base quoi).

Sinon l'Homme a eu 40 ans, mais c'est moi qui ai fait ma crise du milieu de vie (dans le meilleurs des cas évidemment). Du coup, on s'est dit que c'était le bon moment pour vider notre ancien appartement encombré de tous nos souvenirs. Retrouver les photos argentiques de nos 20 ans (punaise ça pique), des cartes postales des années 90 (dont on ne se souvient pas toujours des expéditeurs), des factures EDF de 2001 (ne rien jeter, jamais) et le plan de table de mon mariage (trop tard), c'est juste délicieux, excellent pour le moral, et pratique quand on n'a déjà pas assez de place dans le nouvel appartement.

Bref, tout ça pour dire que j'ai lu Plonger et que j'ai bien fait.