vendredi 14 novembre 2014

Constellation

Cela ne tient à rien une lecture en fait.
Adrien Bosc, Constellation,
Stock, 2014, 193 p.

Constellation était dans la LAL  de Valérie et du coup, influençable comme je suis, je l'ai commandé aux matchs de Price Minister (c'est le problème des gens indécis). En plus je venais de finir L'année des volcans qui traite aussi de ce monde et de cette période, donc vraiment, je me disais qu'entre Bosc et moi ça collerait.

En fait, si j'avais su qu'Adrien Bosc était journaliste, je ne l'aurais pas commandé, car je peux compter sur les doigts d'une main,  les journalistes qui sont de bons romanciers (à mes yeux). Hormis celle de Sorj, leur écriture est trop formatée pour m'enthousiasmer.

"Ce soir du 27 octobre 1949 sur la piste de l'aérodrome d'Orly, le F-BAZN d'Air France s'apprête à accueillir trente-sept passagers en partance pour les Etats-Unis" (incipit)

Et ça n'a pas manqué. Je suis déçue.

Tout est à l'image de l'incipit: clair, factuel, précis.

Pourtant le thème était vraiment tentant: l'histoire du crash d'un avion dans les Açores, qui transportait les stars des années 40': Marcel Cerdan et Ginette Neveu pour les plus connus.

En plus, la construction est intéressante, puisqu'Adrien Bosc alterne les chapitres sur le déroulement de l'enquête et les portraits des occupants de l'avion. Donc clairement c'est intéressant, très intéressant. J'ai appris des choses bien sûr, je me suis régalée du personnage de Bernard Boutet de Monvel ou des petits Basques partis chercher fortune aux Etats-Unis, j'ai aimé les pérégrinations du narrateur et son enquête auprès des proches des victimes. Donc, ça m'a intéressée.

Oui mais moi ça ne me suffit pas qu'un roman soit intéressant, j'ai besoin d'un supplément d'âme, d'une dimension plus romanesque, d'un ton, d'une patte, oserai-je dire d'un point de vue. Sinon, je lis un document, et je ne m'attends à rien d'autre qu'un déroulement de faits, à une véracité historique.

Et là ce n'est ni l'un ni l'autre.

Ce qu'il y a de plus littéraire dans ce livre ce sont les citations mises en exergue en début de chapitre, qui sont formidables, justes et bien choisies.

Je suis certaine que toutes les informations sont justes, les sources convenablement exploitées, que la reconstitution est fidèle, mais voilà j'en attendais plus, un frisson (surtout pour moi qui ne monte jamais dans un avion), un engouement, une intensité dramatique autour des violons de Ginette Neveu, ce quelque chose d'impalpable qui fait du roman un part de vérité dans la fiction, cette petite étincelle qui permet de rentrer dedans, alors que moi je suis restée dehors (dans le froid et sous la pluie même).

Pourtant tout aurait du me parler: j'ai une vraie phobie des avions et une curiosité assez malsaine pour les crashs, Numerobis a décidé soudainement de devenir violoniste, je suis fascinée par les anciens résistants devenus pilotes grands courriers, j'aime les boxers je connais toutes les chansons de Piaf...je pensais que ce serait dans les seconds rôle de cette histoire qu'il y aurait quelque chose à creuser, à comprendre, à travailler, pour en faire une histoire et pas seulement des informations mises bout à bout. Il manque du liant finalement, qui ferait tenir le tout ensemble.

A certains moments j'y ai cru, quand l'enquête sur les violons de Ginette Neveu progresse, quand une femme se suicide en Allemagne parce que son idole est morte dans l'accident d'avion (avec un exergue de Zweig drôlement bienvenu). Il y avait du romanesque, quelque chose de beau, le frémissement d'un roman.

Mais la dernière partie du livre mêle plein d'éléments qui sans doute ont du sens pour l'auteur mais pas pour moi. Je n'ai rien compris aux recoupements de dates, à la liste des accidents d'avion des années 50', la vie de Blaise Cendrars, la propre date d'anniversaire de l'auteur, la Pape... je ne sais pas, mon univers doit être trop éloigné de celui d'Adrien Bosc pour que j'y trouve mon compte.

Je suis restée complètement à côté malheureusement, je suis même étonnée du retentissement médiatique qu'a  ce livre, il y a quelque chose qui a du m'échapper.

C'est une lecture commune avec mon amie Valérie (qui je crois l'a davantage apprécié), et une participation au challenge A Tous Prix de la grande prêtresse Asphodèle, car en plus, il a reçu le Prix de l'Académie française, ce qui me laisse tout aussi perplexe, car je pensais que ces jurés récompensaient l'utilisation d'une langue. Bref, là, j'en suis à un point ou je m'interroge beaucoup sur moi-même.

Merci à Oliver Moss (qui organise toujours les matchs avec humour) et aux éditions Stock (qui, je pense, vont s'empresser de me proposer un partenariat)

74 commentaires:

  1. Ton point de vue sur le roman est intéressant, si je résume il n'est justement pas assez romancé. Je ne suis pas très emballée par les écrivains qui s'emparent de fais réels, je n'aurai donc pas de mal à laisser celui-ci de côté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfois Aifelle, je trouve ça réussi de romancer un fait réel mais là vraiment, je n'ai pas été séduite.

      Supprimer
  2. Moi qui regrettais de ne pas avoir choisi ça pour le MRL! Au moins ça me rassure, je ne suis pas la seule à ne pas avoir aimé le livre que j'ai choisi ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Ce qui donnerait presque envie de le lire c'est justement cette grosse différence entre les avis de lecteurs que j'ai pu lire et cet engouement médiatique. Mais effectivement, si on laisse les ménagères s'exprimer :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas bien comment prendre ta remarque Stephie ;-)

      Supprimer
  4. Le sujet ne m'intéresse pas particulièrement et même si je l'ai dans ma PAL, je ne suis franchement pas motivée à l'ouvrir. Ton avis achève de me convaincre. Il risque donc de prendre la poussière ... Ceci dit, je crois avoir fait un mauvais choix aussi pour les MRL, j'ai pris le David Vann et ... raaaa ce style, quelle horreur ! Je n'ai lu que 3 pages et je suis déjà dégoûtée, ça va être duuuuur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mince, c'est vrai tu es déçue par le Vann ? Punaise cette année, il y a beaucoup de déceptions ma parole avec ces livres PM....

      Supprimer
  5. Je comprends tout à fait ce que tu as ressenti mais moi, le frémissement d'un roman, je l'ai ressenti plusieurs fois. Je ne dis pas que je suis totalement sous le charme mais j'ai été émue plusieurs fois et j'ai aimé cette plume. Je suis un peu désolée de t'avoir embarquée dans cette galère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu rigoles, je suis désolée pour moi mais je suis ravie pour toi, je préfère offrir des livres qui plaisent quand même, et je crois qu'en ce moment j'ai l'enthousiasme difficile....

      Supprimer
  6. Tu n'es pas seule Galinette !!! Comme toi j'ai trouvé le style très factuel, et pourtant Cerdan, Piaf, et la catastrophe aérienne,voilà qui annonçait un potentiel émotion assez important. Je ne savais pas que l'auteur était journaliste, ceci explique peut-être cela en effet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me rassures Malika, même si je pense que je n'étais pas dans les meilleures dispositions de lecture. Mais oui, on sent clairement que c'est écrit par un journaliste .
      Bises

      Supprimer
  7. Une amie chère m'en a parlé en bien mais j'hésitais encore... Je reste dubitative (d'autant que le côté factuel dans un roman me rebute vraiment... J'aime qu'on me raconte des histoires ! )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons qu'il va t'en raconter plein (une quarantaine), mais trop rapidement, sans lien entre elles, et sans trop de profondeur...Bon après tu peux aussi te faire ton avis Céline ;-)

      Supprimer
  8. Si ça peut te rassurer, tu n'es pas la seule pour qui ce bouquin tient plus de la consternation que de la constellation, cf. Le Professeur Platypus (http://profplatypus.wordpress.com/2014/09/23/constellation-dadrien-bosc/) qui émet les mêmes réserves que toi, quant au style.
    Le thème était séduisant, mais je sais désormais que je peux passer mon tour...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Laurent, je m'empresse d'aller lire ce professeur Ptatypus...OUi le thème était vraiment séduisant...
      Un bon week-end à toi!

      Supprimer
  9. Il s'appelle OLIVER pas OLIVIER !! ;D
    J'avais mis de coté ce roman qui ne me tentait pas plus que cela. Le descriptif d'un roman factuel, qui change de personnage à chaque chapitre me paraissait un peu trop en surface pour moi. Ce que tu en dis me confortes dans mon choix et je vais aller voir Aliénor sans regret.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais Oui je le sais en plus, je m'empresse de corriger tout de suite Estelle, quelle gourde, chaque année je fais la même faute. Je n'étais pas tellement tentée par Aliénor non plus mais je vais attendre ton billet .
      Des bises

      Supprimer
  10. Tiens !? J'ai eu un captcha à taper... Tu les as remis ?

    RépondreSupprimer
  11. Bon, pour l'instant , tu es comme moi, toujours à la recherche d'une pépite dans cette rentrée littéraire , à ce que je vois 😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. voui, c'est vrai que cette année, c'est un peu diesel, à ta place je miserai sur le violoniste quand même non ?

      Supprimer
  12. Je n'étais pas tentée plus que ça, je crois que je vais retourner piocher dans les rentrées littéraires d'avant ou dans les livres sortis hors rentrées littéraires, si, si, ça existe et il y a même du très bon ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais je sais Kathel, je ne suis pas à convaincre de ce point de vue ;-)

      Supprimer
  13. c'est dommage ; car c'est vrai que le thème était tentant.

    RépondreSupprimer
  14. Dommage, car pour moi, ce fut un grand plaisir de lecture

    RépondreSupprimer
  15. Le sujet ne me dit rien du tout (phobique de l'avion aussi) et le reste rien grand chose non plus! Au moins, c'est clair :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certaines ont aimé Laeti ;-) mais je suis restée un peu à côté, ça arrive...

      Supprimer
  16. ah zut! :-( je sais que Laure a été déçue aussi... je le lirai quand même, mais sans grandes attentes alors...

    RépondreSupprimer
  17. Je ne te lis car je vais le recevoir bientôt également grâce à Olivier Moss qui a eu bien du mérite cette année ! Mon premier choix n'étant plus disponible, je me suis orientée vers celui-ci, on verra si mon avis rejoint le tien (j'ai juste vu que tu n'avais pas accroché).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais que c'est limite punk Titine de commenter un billet qu'on ne lit pas ;-) J'adore.
      Dis c'était quoi ton premier choix ? (car moi je regrette le mien franchement).
      Bises

      Supprimer
  18. Ton billet me conforte dans mon choix de ne pas lire ce roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je comprends que je ne suis pas la meilleure publicité sur ce livre Tiphanie.

      Supprimer
  19. J'aime beaucoup ta sincérité et le ton de ton billet voilà au moins quelque chose de bien dans cette lecture ton billet est un régal .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Evalire, c'est très gentil.
      bon week-end

      Supprimer
  20. Oh lala j'ai failli l'acheter ... Ben non alors. Le sujet me tentait bien ( j'aime bien les histoires de crash aérien ...:D) mais là je ne suis plus tentée du tout du tout ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, j'ai une curiosité malsaine là dessus, mais il m'a manqué une intensité dramatique ma belle .
      je t'embrasse.

      Supprimer
  21. A vouloir tout mettre dans un premier roman, on finit peut être par en oublier l'essentiel...l'humilité...et par passer à coté. Outre le fait que ce sujet ne m'intéresse pas vraiment, j'avais trouvé l'auteur disons...trop prétentieux pour être honnête lors de son passage à la grande librairie mais ce n'est que mon ressenti. Si tu aimes ces histoires de crash et la montagne, essaye de lire des libres sur le malabar princess...c'est assez romanesque !
    Mais voler au dessus des nuages quand tu vois les cotes maritimes de l'avion ou suivre les Alpes ou atterrir à Ajaccio avec les Sanguinaires à portée lorsque le soleil décline...waouh ça le fait ! A une époque j'ai eu peur de prendre l'avion...heureusement c'est terminé.
    Pour le partenariat, ça tombe bien puisque tu ne veux pas en faire....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu le même sentiment que toi à LGL, mais j'en avais fait abstraction quand j'ai ouvert le livre. Tu as raison pour l'avion, je l'ai beaucoup pris et je me souviens de ces paysages à couper le souffle.
      Bonne fin de we ;-)

      Supprimer
  22. J'ai toujours adoré prendre l'avion (pour le décollage et l'atterrissage) donc je ne suis pas fan de ce qui parle de crash a priori ! Comme toi, je n'aime pas trop les journalistes qui se mettent à la fiction, en l'occurrence une non-fiction c'est pire ! Je suis contente de ne pas l'avoir choisi ! Mais si ce n'avait été le Vann j'aurais pris Clara Dupont-Monod, donc celui-ci était out... Je vais aller lire le billet de Valérie qui aime toujours ce que l'on n'aime pas et vice-versa, hi ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu verras, elle est plus enthousiaste que moi Aspho (bien vu pour Val, et c'est pour ça qu'on l'aime)
      Bises

      Supprimer
  23. Quant au prix de l'académie française il a quand même été décerné à Joël Dicker et son Quebert à l'écriture plus que moyenne ...

    RépondreSupprimer
  24. Contrairement à toi j'ai beaucoup aimé parce que justement ce n'est pas romanesque, c'est une écriture journalistique, ça change un peu, mis à part les 20 dernières pages et les digressions sur Cendrars qui sont de trop, pour le reste j'ai trouvé Constellation passionnant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux tout à fait comprendre qu'on l'ait apprécié Bianca, peut-être qu'il ne m'a pas passionné parce que je ne l'ai pas lu au bon moment aussi :-)

      Supprimer
  25. Je n'avais déjà aucune envie de le lire, tu confirmes que je vais m'en passer sans regret.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que si à la base tu n'étais pas hyper motivé, je n'ai pas du arranger les choses ;-)

      Supprimer
  26. Dommage. Il tourne dans mon groupe de lecture, je vais quand même tester.

    RépondreSupprimer
  27. J'avais écouté le Masque et la Plume : il n'a pas aimé!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah c'est vrai Keisha?
      Ca va faire plusieurs mois que je ne les écoute plus, mais ça reviendra (hier soir j'ai craqué)

      Supprimer
  28. Le problème est que peut-être ce roman n'a rien de romanesque. Bon, je ne l'aurais pas choisi de toutes façons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui de mon point de vue c'est le vrai problème Ribambelle ;-)

      Supprimer
  29. Au moins, les citations sont intéressantes.....

    RépondreSupprimer
  30. Vu le nombre de titres que je promets de lire... je ne mets pas celui-là ! Galéa, je t'ai taguée sur mon blog, va voir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je t'en remercie Sandrion, tu sais que ça m'a remonté le moral quand j'ai vu ça ;-)

      Supprimer
  31. J'avoue qu'entre ton avis et celui de Valérie, je ne sais que penser... On verra si l'occasion se présente ou non.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que ça dépend de ce qu'on en attend de ce livre, car il a manifestement trouvé son public.

      Supprimer
  32. Je comprends parfaitement ta déception, que je partage entièrement, et je me retrouve très bien dans ton avis très clair, et très juste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui Laure, je me souviens de ton billet où tu disais "mais pourquoi donc" et on te sentait perplexe face à cet emballement...

      Supprimer
  33. Chouette, un livre que je ne vais pas avoir envie d'acheter :-) Bon dimanche Galéa !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après tu sais ce qu'on dit hein Margotte: "tous les goûts sont dans la nature".
      belle semaine à toi ;-)

      Supprimer
  34. Je n'avais pas l'intention de le lire alors...
    Il faudrait peut-être revenir sur la définition du roman ?
    Bonne soirée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui on est dans une époque où le roman gagnerait à être redéfini vraiment....parce qu'entre l'auto-fiction, les doc qui sont des romans, et les romans qui n'en sont pas...bof bof bof

      Supprimer
  35. Ce n'est pas un roman qui m'attire. Il ne m'avait pas intéressée dans LGL. Ton billet me confirme dans mon désintérêt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui moi aussi Fleur j'avais eu de sérieux doutes lors de LGL, et ça s'est confirmé malheureusement ...

      Supprimer
  36. Pas forcément attirée par cette lecture non plus pour ma part mais pourtant elle doit être très intéressante sur les faits.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais là, She reads a book, il y avait suffisamment de matière pour faire quelque chose de plus palpitant...

      Supprimer
  37. Bonjour Galéa, moi, c'est surtout le sujet qui ne m'attire pas du tout. Je passe. Bonne après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucun problème Dasola, un beau réveillon pour toi.

      Supprimer

Les commentaires sont modérés car je n'accepte que les remarques qui encensent mes billets ou qui crient au génie.
Merci de votre passage
(je plaisante!! La modération est activée pour échapper aux vérifications diverses et variées dont tout le monde sature ;-)