samedi 6 juillet 2013

Underground

Ce livre, j'ai failli l'abandonner 20 fois, j'ai du lutter pour le continuer et me faire violence pour l'achever.
Et j'en suis venue à bout. Difficilement; mais sans regret et avec satisfaction.


Haruki Murakami, Underground, 
Belfond, 2013, 584 p.

D'abord Underground n'est pas un roman, et ça Belfond se garde bien de le préciser (hormis sur la 4ème de couv' -que je ne lis jamais- où il est vaguement question d'entretiens, de réflexions philosophiques). Non, ce n'est pas un roman du tout. Je pense honnêtement qu'on pourrait parler de document, voire de document historique.


Murakami, dans Underground, rassemble les témoignages d'une trentaine de personnes ordinaires qui ont pris le métro, le 20 mars 1995, au moment où les membres d'une secte ont percé des poche de sarin dans plusieurs rames de métro . Alors clairement, pour quelqu'un de claustrophobe (qui évite autant que possible d'aller sous terre) et d'hypocondriaque, c'est un supplice absolu de lire 35 histoires de ce type. J'ai eu l'impression d'avoir tous les symptômes du sarin (je vous les épargne au cas où), symptômes qui sont décris sous toutes leurs formes (rien que de l'écrire, je sens un gène respiratoire). Ensuite, parce que par définition les gens ordinaires sont moyennement intéressants. Le détail qui explique pourquoi tel ou tel a pris la rame de 8h06 plutôt que celle de 8h09 a pour unique but de rendre hommage au 5000 anonymes gazés dans le métro tokyoïte (dont 12 en sont morts). Je l'accorde: c'est déjà beaucoup. 

Le problème c'est que ça dure 357 pages, sans aucune fioriture littéraire, aucune mise en écriture. Rien de littéraire mais un document qui, je le crois, permettra aux historiens des prochaines générations de pouvoir travailler. Murakami a créé un "corpus de sources"; en soi c'est énorme...à défaut d'être romanesque. Mais pendant cette partie, j'ai vraiment failli renoncer. 

J'ai persévéré parce qu'Underground m'a été offert par une amie chère à mon coeur (qui avait oublié mon anniversaire...mais tout le monde ne peut pas avoir été prof d'histoire et avoir la mémoire des dates), mais surtout à cause de Murakami, l'auteur de l'Autoportrait de l'auteur en coureur de fond, de 1Q84...et de bien d'autres. Murakami ouvre pour nous, Occidentaux, des perspectives inconnues, une philosophie différente. Murakami est important, il a créé un type de littérature, je lui ai donc fait confiance et j'ai continué. 

Et j'ai eu raison. Parce qu'il nous livre une lecture du peuple japonais qui résonne étrangement après Fukushima. Moi en 1995, j'essayais de ne pas redoubler ma seconde, donc l'attaque au gaz sarin à Tokio, ne j'en ai même pas un vague souvenir. En revanche, 2011 est encore très présent dans ma tête (névrose quand tu nous tiens) et tout ce que Murakami dit de la mentalité de ses concitoyens, des médias, du traitement de la crise, n'a absolument pas pris une ride. C'est franchement passionnant.

Et surtout parce qu'à partir de la page 389, commence la seconde partie intitulée "Le lieu promis". "Le lieu promis" rassemble les témoignages de 8 adeptes de la secte Aum. Et là effectivement, Murakami nous livre la matrice d'1Q84. Et quand le souvenir en est encore assez frais, c'est palpitant. Le personnage de Fukaéri est presque là, à témoigner, dans ce livre d'entretiens. Celui de leader, du détective privé, la question du corps, il y a presque tous les ingrédients de la trilogie...Et à la lecture d'Underground, je comprends presque mieux le 3ème volume d'1Q84, qui m'avait dérangée.

Et quelque part, (je savais que je pouvais lui faire confiance), Murakami abolit la distance entre les gens ordinaires et gens extraordinaires. Il fait appel à quelque chose de profond chez le lecteur. On comprend que les adeptes de cette secte étaient des individus en quête d'un certain absolu, en plein questionnement métaphysique, des personnes critiques vis à vis de leur société, qui  aspiraient à une certaine exigence, une poésie aussi. Ils tentaient de trouver ailleurs des réponses que le consumérisme des années 1990 ne pouvait leur apporter. Ils m'ont touchée ces gens qui ont commencé à faire du yoga pour aller mieux, et cherchant leur place.

 "...Ils errent de-ci de -là, ballottés entre un sentiment de supériorité et l'idée qu'ils ne sont pas tout à fait comme il faudrait. Ça pourrait très bien être moi. Ça pourrait être vous" (p.577)  

Je conseille donc ce document (ou cet essai) aux amateurs de Murakami (j'en suis), aux étudiants qui travaillent sur le Japon contemporain, à ceux qui s'intéressent à la question des sectes...
Pour tous les autres, c'est une lecture risquée je pense.


PS 1: j'ai bien conscience d'être décalée à chroniquer (loooonguement....) un livre un samedi soir, alors que l'été est là, et devant un documentaire sur Brassens de surcroît... Je sais que vous êtes tous à des terrasses de cafés, sirotant l'apéritif entre amis, joyeux des 9 semaines de vacances à venir. Mais vous le savez, mes amis ont fui la côte, je suis seule face à l'arrivée massive de touristes, je hais l'été azuréen, je me terre chez moi en attendant mes vacances ...calmes, peut-être un peu humides, voire un peu misanthropes...

PS 2: Mme Anonyme, je n'ai jamais trouvé votre blog, ce n'est pas faute d'avoir essayé...j'espère que vous allez bien et je vous souhaite de bonnes vacances...

30 commentaires:

  1. Tiens donc j'ai ce livre de coureur de fond ici justement. Pour Underground, intéressant le lien entre ce document et sa trilogie;
    Non, hier, je n'étais pas en terrasse! Mais plongée dans un gros pavé passionnant!
    Bon dimanche!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai adoré l'autoportrait ... J'ai hâte de savoir ce que tu en penses...Très bien le gros pavé contre la terrasse...
      Des bises Keisha

      Supprimer
  2. moi non plus je n'étais pas en terrasse mais en pleine méditation sur la trace de Golen. ...je lisais Siddhartha de herman hesse! et toc! et moi non plus j'aime pas leq migrations de touistes : on dirait les gnous traversant le massaï mara. ....dommage qu'il n'y ait pas plus de croco pour les estourbir! !!!!!! je sais : je suis méchante et snob. ....j'adore ça!
    ps : et si le croco pouvait se choper Lamberterie et s'en faire un cure dent : j'applaudis des deux mains!
    ADH

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahhhh, ça faisait longtemps que tu ne t'étais pas énervée contre Olivia...
      Moi aussi je suis méchante et snob; mais franchement j'ai des raisons, tu vois l'état de la plage le matin à 7 heures, tu te dis que les gens ne respectent rien.

      Sinon, je m'incline ADH, tu es une grosse intello dans tes lectures (enfin disons que je connais Stephane mais pas Herman...)

      Courage plus que 8 semaines de vacances scolaires

      Supprimer
  3. Mais justement, pendant que le français en vacances se précipite en bord de mer, comme il est bon de rester en ville, voire chez soi, devant son ordi ! Hier, je me réjouissait des rues qui commencent à être vides :-)) Ce qui ne m'empêchera pas d'aller voir un peu sur la côte ce qui se passe, en évitant soigneusement certains endroits où vraiment, non, l'été, ce n'est pas possible...
    Les masses avec le ventre en avant, le short et l'appareil photo en bandoulière, je ne peux pas, même en faisant de vrais efforts.
    D'ailleurs, hier soir, je lisais avec ferveur une série de comics écrite par le fils de S. King : addiction garantie et pas de coup de soleil à craindre, c'est du noir ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hannn!je n'ai jamais rien lu de King, je crois que je suis trop sensible en fait (ouarfff...). Le fils est-il comme le père?
      Sinon, le touriste ventripotent je le tolère (quoique le torse nu en pleine ville, j'ai vraiment du mal), mais le manque de respect, je n'en peux plus...
      La Bretagne me manque MArgotte!!!

      Supprimer
  4. Oh comme je suis touchée de ce petit "ps".
    Je ne l'avais pas encore lu lorsque que j'ai commenté votre précédent billet.
    Je suis actuellement débordée autour d'un "grand" projet et peu de temps sur Mme Latoile.
    Quant à mon blog, il arbore un titre qui me plaît, ainsi qu'un fond d'écran à mon goût, mais est parfaitement vierge.
    Je n'ai pas passé le cap de me dévoiler. Cela viendra sans doute.
    Ps : nous devons avoir sensiblement le même âge (1995)
    Mme Galéa, je vous souhaite un peu d'oxygène au milieu des touristes.
    Tachons d'être opportuniste ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente de vous voir par ici Mme Anonyme, j'attends que votre blog sorte de l'ombre, je ne vous cache pas que je suis impatiente.
      Je tente l'opportunisme , je m'y exerce.
      Merci de vos petits mots en plein travail, ça me fait très plaisir.
      Belle soirée

      Supprimer
  5. Quand seras-tu en terres humides ? J'y passe aussi ! (sinon, si tu fais un détour par l'Auvergne, on ne sait jamais ?)
    Bises et bel été à toi (malgré les touristes)(promis, je ne viens pas dans le sud !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je tente de convaincre l'Homme pour fin août....

      Supprimer
  6. J'ai lu autoportrait du coureur de fond. Son écriture ne m'a pas plus du tout, je ne sais d'ailleurs pas pourquoi je l'ai terminé. Peut-être parce qu'il a un côté accrochant qu'on ne soupçonne même pas en le lisant. Par contre, je ne lirai pas Underground, je ne crois pas pouvoir le supporter.
    Bon courage pour ton été !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mince, tu n'aimes pas Murakami...bon effectivement, je te déconseille Underground, mais on reste copines; hein?

      Supprimer
  7. J'ai aimé les 1Q84 alors normalement celui-ci devrait me plaire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OUi, je crois que cela te plaisait Clara, une sorte de genèse de la trilogie...

      Supprimer
  8. Non non tout le monde n'est pas en terrasse (ou sur sa terrasse) un vendredi soir !!! Moi aussi j'ai une Côte envahie de touristes l'été, et je ne remettrai les pieds sur une plage qu'en septembre, et encore... Sinon ce livre ne me dit rien pour l'instant malgré l'intérêt que tu parviens à susciter chez ton fidèle lecteur !!! :) Je ne note même plus les romans en ce moment, sauf les chefs d'oeuvre !!! :) Bises et reste à l'ombre ! On profite de toi !^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Aspho....merci beaucoup, (on se comprends avec nos côtes envahies), et bien sûr je reste à l'ombre, je ne sais pas bronzer je me contente de cuire, et c'est toujours ridicule au final.
      Des bises

      Supprimer
  9. une amie me l'a offert mais je ne suis pas pressée de le lire, j'avais entendu une critique radio qui développait le sujet et je ne suis pas certaine que cela va ma passionner A voir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois dire que le début est rébarbatif, mais la fin m'a emballée à cause de 1Q84...Très honnêtement, je ne m'y serais pas frottée si une bonne amie ne me l'avait pas offert!

      Supprimer
  10. Voilà un auteur auquel je n'ai aucune envie de me frotter !!! Un blocage ? Un à-priori ? Un 6ème sens ? ... un peu tout ça sans doute !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais Malika, pour moi il reste un auteur important quand même...Mais quand on n'accroche pas avec lui, on n'accroche pas du tout je pense

      Supprimer
  11. J'aime beaucoup Murakami (j'ai adoré par exemple Kafka sur le rivage) mais je vais faire l'impasse sur celui-ci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Sylire, il en a écrit d'autres tellement que je pense effectivement qu'on peut se passer de celui-là, quoique les fans d'1Q84 s'y retrouveront forcément.

      Supprimer
  12. Bouhh pas pour moi en ce moment... besoin de rose de bleu, de douceurs, de petits gâteaux et de massage des pieds... Bisous ma Galéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non c'est clair! je t'interdis Comète de lire les témoignages de l'attaque au gaz sarin!!

      Supprimer
  13. Je n'ai toujours pas fini le troisième de sa trilogie... Celui-là je ne sais pas du tout mais qui sait !!!
    Bonnes vacances au calme !!! Heureusement on peut choisir !!!!
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, tu as raison Enitram, on peut choisir (à peu près dirons nous), j'aimerais bien savoir ce que tu penses de la trilogie
      Belle soirée

      Supprimer
  14. Il n'est pas pour moi celui-là, bien trop anxiogène. Et puis Murakami, je ne m'y suis jamais frottée, il ne m'inspire pas cet homme-là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'étonnes Aifelle, toi la grande curieuse...mais je concède qu'il est très particulier. Moi il reste dans mes auteurs importants quand même.

      Supprimer
  15. je ne lirai plus cet auteur, j'ai été trop déçue par 1Q84 et carrément écœurée par Kafka sur le rivage!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors effectivement dans ces conditions, il vaut mieux ne pas le tenter Violette!!

      Supprimer

Les commentaires sont modérés car je n'accepte que les remarques qui encensent mes billets ou qui crient au génie.
Merci de votre passage
(je plaisante!! La modération est activée pour échapper aux vérifications diverses et variées dont tout le monde sature ;-)