jeudi 24 janvier 2013

Coming out

Je ne résiste pas (alors que je suis plongée dans les Apparences ceci expliquant sûrement cela) à vous faire partager le merveilleux monde professionnel dans lequel j'évolue depuis 10 ans. Je vais croiser d'ailleurs très fort les doigts pour qu'aucun de mes délicieux collègues ne tombent jamais sur ce billet mesquin et revanchard (on a le droit de passer sa route!)

Bref, dans la vie il y a ceux qui sont forts en math et les autres. Je fais partie des autres, au grand dam paternel. Les autres après le bac ont le choix entre faire une hypokhâgne... ou autre chose. J'ai évidemment choisi la fac en me disant que j'irais tranquillement à mon rythme, sans stress ni compétition. Youpi! J'ai changé trois fois de filière sous le regard inquiet et bienveillant de mon cher père (qui se convainquait que ce n'était pas si grave si je n'étais pas astrophysicienne quand je serais grande).

Et puis en Licence, il y a ceux qui ont passé le CAPES pour avoir un "vrai métier" et les autres. Encore une fois j'ai fait partie du deuxième wagon. Pour sauver les apparences et camoufler ma fuite du concours je me suis lancée dans une improbable maîtrise puis un DEA tout aussi opaque, qui m'ont propulsée, bien contre mon gré, au rang d'intellectuelle de la famille. Je n'ai rien fait pour démentir parce que c'est chouette de briller. Et patatra, mon labo, qui manquait d'élément féminin, parvient à me sortir une bourse de thèse. Waouh, la classe. J'en ai été la première surprise. Mes parents, repus de fierté légitime, n'en pouvaient plus de joie.

Sauf que le monde universitaire, c'est tout sauf ce qui me ressemble. Rien ne me convient dans ce milieu. Les directeurs de recherche, dans le meilleur des cas, reprennent à leur compte des "concepts" élaborés par de pauvres doctorants du fond d'un obscure dépôt d'archives. Dans le pire, ils t'ignorent et te laissent te vautrer lamentablement le jour de ta soutenance. Dans le pire du pire, ils font les deux.

Les maîtres de conférence, avec lesquels j'ai été amenée à travailler dans le cadre d'un contrat à durée déterminée, avaient un mépris aussi rare que surprenant de l'étudiant ; puisque comme chacun sait, ils sont l'élite de la nation et se récupèrent tous les lycéens qui n'ont pas été pris en prépa. Et bien sûr, on te laisse à 24 ans affronter sans aucune préparation (parce que c'est comme ça qu'on apprend le métier) un amphi de 200 personnes dont certains ont presque ton âge. Sans compter que moi qui déteste les esprits communautaires, je devais faire semblant de penser comme tout le monde (c'est l'avantage d'être indécise sur tout dans la vie, je me fonds admirablement bien dans la masse). J'avoue aujourd'hui avoir caché pendant trois ans mes lunettes de soleil griffé offertes à mon anniversaire pour ne pas passer pour une bourgeoise snob (ce que je ne suis pas vu que je n'en ai pas les moyens). Ne surtout pas soigner son apparence, ça voudrait dire qu'on est superficiel et quand on est "enseignant-chercheur" on est un esprit avant d'être un corps! 

Au bout de quatre ans de contrat rémunéré, bien sûr le doctorat n'est pas terminé, et on finit sa thèse comme on peut, sans salaire mais avec un mari compatissant et/ou des parents conciliants. On ne lit que des ouvrages scientifiques, on mange thèse, on dort thèse, on parle thèse. On ne lit pas pour le plaisir, on travaille son érudition. Mais le mieux, c'est quand on annonce sa première grossesse aux membres de son labo, avec les soupires et les regards exaspérés de ses collègues. "Mais voyons, personne ne fait des enfants avant la fin de sa thèse". J'aurais annoncé à l'infirmière scolaire à 16 ans que j'attendais des jumeaux que la réaction n'aurait pas été différente. Faire des enfants pendant sa thèse (alors qu'on a la chance d'avoir intégré un monde masculin) c'est trahir la cause des femmes, en faire plusieurs c'est trahir celle des chercheurs. Mais ce n'est rien par rapport à l'école qui considérait que j'étais vaguement étudiante. J'ai du  pleurer pour avoir des places à la cantine (sur ce coup, je dois dire que j'ai été vraiment grandiose).

Et quand sa thèse est terminée et soutenue, il faut encore être qualifiée maître de conférence (ben non, ça ne va pas de soi) et faire éditer ses recherches. Je suis en ce moment même jugée par de vieux messieurs englués dans leur érudition, et qui aiment moyennement les jeunes chercheurs (et dont je n'ai jamais entendu parler ce qui montre à quel point j'ai été une doctorante sérieuse). Quand on est vraiment optimiste (c'est bien entendu mon cas), on tente le C*N*R*S. Une bonne âme m'a clairement prévenue que" mon niveau de conceptualisation" était sans doute trop faible, mais que c'était bien de le tenter à blanc une première fois. Pour moi, les chercheurs sont ceux qui trouvent des vaccins pour les maladies rares ou qui résolvent les grands problèmes de l'univers...Les autres (je me compte dedans) ont quand même une utilité sociale discutable (qui se souvient des Chevaliers de l'an 1000 du lac de Paladru dans On connaît la chanson? C'est l'histoire de ma vie). 

Et le pire c'est que je m'en fiche totalement (j'ai honte de le dire), parce que je n'ai aucune envie d'en faire mon "vrai métier", que j'espère secrètement ne pas être reçue, de ne pas être convoquée à l'oral. Le problème je ne peux rien en dire à mon entourage qui ne comprendrait pas qu'après autant de sacrifices je renonce à une place douillette de fonctionnaire qui "serait tellement pratique pour les vacances scolaires". 

Bref, si j'ai aimé le dernier Dicker c'est probablement parce que le rôle de l'imposteur "formidable" je suis en plein dedans, que j'ai fait mes choix non par exigence intellectuelle mais pour gagner du temps avant de rentrer dans la "vie active". En plus, je ne suis pas à une incohérence près puisque je continue (essentiellement parce que je ne sais pas dire non) à répondre favorablement aux appels à contribution de revues spécialisées (tirées à 100 exemplaires) et à participer à d'obscures conférences. Ça me prend un temps fou et me confirme l'idée de la totale vacuité de mon étroit sujet de recherche.

Il n'y a que sur mon blog que je peux me permettre un tel aveu, c'est réjouissant de confesser que l'excellence n'est pas pour moi, que je rêve d'autre chose...(reste à déterminer quoi, parce qu'à l'heure actuelle , je ne sais rien faire d'autre que ce que je fais depuis 10 ans). Je vous l'avais dit, je ne me souhaite pas le meilleur pour 2013, juste du bon, du beau, du bien.
Judith Bernard, Qui trop embrasse, Stock, 2008, 265 p.

PS: Je suis certaine qu'il y a des universitaires super sympas, simples, humbles, ouverts sur les autres, qui aiment les apéros, les randos en montagne, les photos de bord de mer, Modiano et Noir Désir...mais si j'avais pensé à eux je n'aurais pas pu rédiger cette chronique de pure mauvaise foi! Pour démonter ce petit milieu rien de mieux que lire Judith Bernard qui a, bien mieux que moi, disséqué pendant 265 pages, les rouages de ce petit monde. 

PS2: Plus je blogue, plus je deviens égocentrique...et ça ne va pas en s'arrangeant. Le billet le plus long que je n'ai jamais écrit n'est même pas consacré à un chef d'oeuvre littéraire mais à ma petite personne. Tu disais quoi déjà Sophie la styliste? "Blogueuse pudique: oxymore."

16 commentaires:

  1. Ce billet m'a beaucoup parlé, parce que nous avons pas mal de points communs dans nos perceptions. Evidemment, le concept d'imposteur ne m'a pas laissée indifférente... J'ai pour ma part fait hypokhâgne et puis j'ai fui en courant 3 ans plus tard lorsqu'il a fallu passer en mode "recherche" après la maîtrise. J'ai donc pris l'option DESS plutôt que DEA. Bravo, car moi, j'aurais été incapable de suivre un parcours universitaire comme le tien (parce que je ne le voulais pas et surtout parce que j'en aurais été incapable). Je te rejoins complètement sur tes deux PS.

    RépondreSupprimer
  2. Parcours un peu dans le même genre, sauf que je me suis arrêtée à la maîtrise, que j'ai passé des concours, dont un, par hasard, a bien voulu de moi et finalement je suis très contente là où je suis ! (et pourtant, je n'ai jamais dit petite que c'était le métier que je voulais faire, comme quoi...On peut aussi atterrir par hasard au bon endroit !

    RépondreSupprimer
  3. Après tout, on peut aussi changer d'avis. Peut-être que les maths te plairont, finalement. Non, je plaisante. Dur-dur aussi de changer d'orientation une fois qu'on est bien engagé. Mais après tout, si tu préfères travailler le bois ou le papier, pourquoi ne pas te lancer dans cette voie.

    RépondreSupprimer
  4. Ton expérience est aux antipodes de la mienne (à 14 ans ma fille, tu iras travailler, et après tu te marieras, tu feras des enfants et tu resteras à la maison comme tout le monde ..) comme quoi on n'est jamais content quand ce sont les autres qui décident pour vous. Je note au passage le livre que tu recommandes, ton billet m'a fait sourire, mais pas que .. j'espère que tu trouveras ce que tu veux vraiment faire et que pourras le mettre en pratique.

    RépondreSupprimer
  5. Je suis passée par la fac... de droit. J'ai adoré faire un DEA. J'ai adoré travailler pour le seul plaisir intellectuel du travail. J'y ai pris un plaisir extraordinaire, c'était la plus belle année de ma vie d'étudiante. J'ai voulu commencer une thèse, en parallèle de l'école d'avocat. J'ai vite abandonné. Quant à la cumuler avec une vie professionnelle, c'était carrément impossible.
    Puis je me suis (enfin) mariée. J'ai accompli mon rêve : rester à la maison pour m'occuper de mes enfants. J'ai alors pris des cours par correspondance pour pouvoir garder une activité intellectuelle (allemand, philosophie, puis musique).
    Actuellement, 21 ans après avoir demandé ma radiation du barreau, j'éprouve le besoin de plaider, ou tout au moins de parler en public. Capter une attention, démontrer, prouver. C'est la première fois que ça me manque.
    En automne, tous mes enfants seront scolarisés. Je m'inscrirai en thèse, et j'essayerai de donner des cours.

    Pourquoi raconter ma vie sur ton blog ? J'aimerai faire passer l'idée que la vie est ce qu'on en fait. Il faut garder ses rêves et les accomplir. Puis, il faut en avoir d'autres en réserve. Il y a ce que tu fais aujourd'hui, et ce que tu feras dans 10 ans. Si actuellement tu es mieux à la maison à t'épanouir avec ta famille, laisse tout le reste. Peut-être que ça reviendra plus tard, ou pas. Mais en attendant, tu ne seras pas passé à côté de quelque chose.

    RépondreSupprimer
  6. J'aime ce billet :: J'aime lire ces commentaires et l'expérience de vie de chacun :: Je n'aime pas ne pas savoir comment commenter un billet :: J'aime venir me balader par ici ::

    RépondreSupprimer
  7. Pour avoir dans mon entourage plusieurs universitaires, thésards ou "chercheurs", je n'ai pas de mal à croire sur parole ce que tu décris si bien de ce milieu... Comment en arrive-t-on à faire des études pour lesquelles on n'est pas toujours fait, telle est la question. Bonne chance pour trouver ta voie ! (Et continuer ce blog, en espérant que le "niveau de conceptualisation" soit suffisant ! ;-))

    RépondreSupprimer
  8. c'est vraiment un plaisir de te lire...plus tu te dévoiles et plus je me dis que dans une autre vie, on aurait eu pas mal de choses à se dire.
    j'ai ouvert mon blog pour "raconter" un peu notre vie de famille, en me cachant derrière. Hier soir, j'ai longuement cogité sur des choses que je pensais réglées/digérées/oubliées - certaines de tes lignes sur l'imposture notamment et des trucs idiots sur FB ont surement déclenché cette réflexion :)
    Mais pour me raconter vraiment, il faudrait un autre blog...je n'assumerais pas sinon :)
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  9. Voilà un billet qui a dû te faire plaisir, un ressenti enfoui depuis tant d'années...
    Comme quoi on ne fait pas toujours ce que l'on voudrait !
    Pour moi, dès le départ mon père m'a fermé la porte de la Sorbonne, en 68, tu sais, c'était la chienlit!!!!
    Alors je suis passée, un peu par dépit, par une petite porte (CAP, stage et hop !) pour intégrer l'Education Nationale, institutrice et directrice, 38 ans...Pas de regret !
    Mon fils est prof en lycée et prépare une thèse, après son agrégation, en histoire et lui a choisi...
    Ceci dit je note le livre de Judith Bernard
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  10. Bien sur que tu deviens égocentrique, c'est (aussi) fait pour ça un blog.
    Se raconter, se livrer, et (aussi) être aimé alors même qu'on dévoile parfois des pensées pas très corporate! :-)

    RépondreSupprimer
  11. J'ai fait l'inverse aussi. Option bonne élève, hypokhâgne, khâgne, bi licence et maitrise avec les félicitations du jury... Capes par conviction politique parce qu'il faut changer les choses, la recherche n'est pas assez pratique pour moi. Et finalement, je ne sais toujours pas ce que je vais faire quand je serai grande. Comme quoi, tous les chemins mènent à rien.

    RépondreSupprimer
  12. Fanny elle fait même du tricot et de la couture, c'est dire si elle tâtonne !
    Je mesure ma chance d'avoir su, dès ma seconde ce que je voulais faire exactement. Oh, bien évidement, ça m'a valu des remontrances et des sourires en coin. Des profs surtout. Quand on est une "élève avec des capacités" pourquoi se fourvoyer dans d'obscures filières manuelles qui n'ont de brillant que ce qu'on veut bien s'en imaginer à l'âge où l'ado traîne encore des rêves de midinettes.
    Peu me chaut. Et toc. J'en ai eu des amies qui ont trainaillé de prépas en fac. Ma soeur Khâgneuse et Agrégée de lettre moderne fait un "boulot alimentaire" : prof -Pleine d'ambitions et d'élans de social, égalité fraternité, mis à très rude épreuve par 10 ans de 93- Des copines Magistrates qui prenaient des cours de modélisme en cachette de leurs confrères -honte !- … Ce que je retiens de ce que tu te racontes là, c'est avant tout l'histoire d'une fille brillante. Mais qui s'en fout. C'est fort. C'est fort, et j'adore !

    RépondreSupprimer
  13. Très joli. La sincérité te va bien. Je ne distingue pas de trace d'égocentrisme, seulement de l'honnêteté intellectuelle et factuelle.

    RépondreSupprimer
  14. Alors finalement : t'as ete qualifiée ou pas ?
    Ben quoi ???? J'avais du rater quelques billets en 2013 .....

    RépondreSupprimer
  15. Alors finalement : t'as ete qualifiée ou pas ?
    Ben quoi ???? J'avais du rater quelques billets en 2013 .....

    RépondreSupprimer
  16. C'était pas la qualif que je tentais ....

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés car je n'accepte que les remarques qui encensent mes billets ou qui crient au génie.
Merci de votre passage
(je plaisante!! La modération est activée pour échapper aux vérifications diverses et variées dont tout le monde sature ;-)